Non nobis Domine, non nobis, sed Nomini Tuo da Gloriam Non pas à nous Seigneur, non pas à nous, mais à Ton Nom seul, donne la gloire
Sceau des Templiers Croix des Templiers Histoire de L'Ordre du Temple Les Templiers et les Croisades Croix des Templiers Les croisades et les Templiers Sceau des Templiers
Menu général:
Première   Deuxième   Troisième   Quatrième   Cinquième   Sixième   Septième   Huitième   Neuvième
Versailles Grand Pilier   Croisés de france

Premième Croisade - 1096-1099
 
179 Achard de Bully (vers 1121) 1e Croisade
Blason de Achard de Bully (vers 1121)Avant son départ pour la Terre-Sainte, Achard de Bully approuva, avec ses frères Hugues et Guillaume, la donation que leur père, Itier, seigneur de Bully, fit à l'abbaye de Savigny de tout ce qu'il possédait entre la Loire et la Saône. Achard mourut à Jérusalem, et, après son décès, cette donation fut ratifiée, en 1121, par son frère Guillaume qui lui survécut.

La famille de Bully avait emprunté son nom au village de Bully en Lyonnais, près de l'Arbresle; elle s'allia aux de Varennes, dont le fief passa en sa possession au XIVe siècle.
(Cartulaire de Savigny, charte 903)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
125 Adam de Béthune 1e Croisade
Blason de Adam de BéthuneAdam de Béthune, après la prise de Jérusalem, eut en partage la ville et baronnie de Bessan, dans la Galilée, dont le titre resta à ses descendants. Plusieurs autres membres de la même maison figurèrent aux croisades. Armes: d'azur, à trois bandes d'or. La maison de Béthune, l'une des plus illustres d'Artois, ducale de Sully et de Charost, prit plus tard pour armes: d'argent, à la fasce de gueules.
Top

 
1 Adhémar de Monteil (mort en 1098) 1e Croisade
Blason de Adhémar de Monteil (mort en 1098)Evêque du Puy, légat apostolique, suivit la première croisade et mourut à Antioche en 1098. La maison de Monteil portait: d'or, à trois bandes d'azur.

Clerc d'origine noble, évêque du Puy (1087), pèlerin de Terre sainte, Adhémar de Monteil joua un rôle essentiel dans la préparation de la première croisade, grâce à la connaissance qu'il avait de la situation en Orient. Le pape Urbain II le nomma légat et lui confia la direction de l'entreprise, lui adjoignant comme chef militaire le comte de Toulouse, Raymond de Saint-Gilles, que d'autres initiatives, comme celles de Bohémond ou de Godefroi de Bouillon, privèrent rapidement de sa prééminence. Le légat demeura donc la seule autorité incontestée de la croisade: habile diplomate, Adhémar en profita pour assurer la difficile cohésion des barons. Il mourut lors d'une épidémie, pendant le siège d'Antioche.
Sources: Auteur Charles Gavard - Galeries historiques de Versailles. Armoiries des salles des Croisades - Paris Gavard (avant 1847). Imprimerie Duverger. - Charles Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV

Adhémar de Monteil
Adhémar de Monteil, évêque du Puy-en-Velay, était issu d'une famille distinguée du midi de la France. Il fut le premier à demander, au concile de Clermont, à entrer dans ce qu'on y appela la voie de Dieu, et à recevoir la croix des mains du pape Urbain II. L'évêque d'Orange suivit aussitôt son exemple. Le peuple compara l'évêque du Puy à Aaron, et le comte de Toulouse, avec qui il partit pour la terre sainte, à Moïse.
Le pape, ayant dû refuser de se mettre lui-même à la tête de la croisade, nomma Adhémar son représentant auprès de l'armée. C'était le meilleur choix qui pût être fait.

Les historiens contemporains sont unanimes pour louer l'évêque du Puy de l'usage constamment courageux et charitable qu'il fit de l'influence que lui donnait sa charge, et ils s'accordent à dire qu'il s'attira le respect et la confiance des pèlerins, autant par ses qualités personnelles que par sa position de légal du Saint-Siège.

Ses exemples, ses conseils et ses exhortations contribuèrent puissamment, dans toutes les circonstances à maintenir l'ordre et la discipline dans l'armée des croisés et la concorde entre leurs chefs. Il marcha avec ses vassaux sous la bannière du comte de Toulouse.

Avant son départ, qui eut lieu vers la fin du mois d'octobre de l'année 1096, il composa le chant de guerre de la croisade, où il implorait l'intercession de la Reine des cieux. C'est la prière « Salve, Regina, etc. », que l'église a conservée. Il paraît que ce fut un autre apôtre des croisades, le grand saint Bernard, qui ajouta à l'invocation de l'évêque du Puy l'exclamation finale: « O clemens, ô pia, ô dulcis Virgo Maria ! »

En traversant les provinces de l'empire grec occupées par les Pincenates, dit Raymond d'Agiles, l'évêque du Puy, s'étant un peu éloigné du camp, tomba entre les mains de ces barbares, qui le renversèrent de sa mule, le frappèrent grièvement à la tête, et le dépouillèrent. « Mais, ajoute le chroniqueur, parce qu'un si grand pontife était encore nécessaire au peuple de Dieu, il fut sauvé par la miséricorde divine. Tandis qu'un Pincenate lui demandait de l'or, en le défendant contre les attaques des autres, tout à coup un bruit partit du camp, et l'évêque s'échappa pendant qu'on venait à son secours, »

L'évêque du Puy perdit son étendard dans un combat que livrèrent les chrétiens sous les murs d'Antioche, pour repousser une sortie de la garnison musulmane. Il contribua, par les nobles exhortations qu'il adressa aux pèlerins, et par l'exemple de son courage, au succès de la fameuse bataille remportée par les croisés contre Kerboga, devant cette même ville, comme il avait coopéré à la victoire de Dorylée. Pendant l'épidémie qui, en 1098, enleva plus de cinquante mille guerriers de la croix en un mois, dans Antioche, Adhémar fut le consolateur de toutes les souffrances et de toutes les misères. Mais ses forces trahirent son zèle, et il mourut victime de son ardente charité.

L'armée témoigna, par les pleurs dont elle accompagna ses funérailles, qu'elle sentait la grandeur de la perte qu'elle faisait en restant orpheline de son père spirituel. L'autorité morale, que l'évêque du Puy s'était acquise par ses vertus, lui permettait d'exercer sur ses compagnons de pèlerinage une influence encourageante et conciliante, qui disparut avec lui. Son corps fut inhumé dans l'église de Saint-Pierre d'Antioche, à la place où avait été découverte la sainte Lance.

Les chefs de la croisade, en annonçant au souverain pontife la mort du légat du Saint-Siège, en exprimèrent leurs regrets, et supplièrent le pape de venir lui-même combler, par sa présence, le vide que laissait au milieu d'eux la perte qu'ils venaient de faire. « Comme toujours quelque chose de triste, disaient-ils après avoir raconté la prise d'Antioche, se mêle aux joies de la terre, l'évêque du Puy, que vous nous aviez donné pour votre vicaire apostolique, est mort après la conquête de la ville, et après une guerre où il avait acquis beaucoup de gloire. Maintenait vos enfants, privés du père que vous leur aviez donné, s'adressent à vous, qui êtes leur père spirituel. Nous vous prions, vous qui avez ouvert la voie que nous suivons, vous qui, par vos discours, nous avez fait quitter nos foyers et ce que nous avions de plus cher dans notre pays, qui nous avez fait prendre la croix pour suivre Jésus-Christ et glorifier son nom, nous vous conjurons d'achever votre ouvrage en venant au milieu de nous, et en amenant avec vous tous ceux que vous pourrez amener. C'est dans la ville d'Antioche que le nom de chrétien a pris son origine; car, lorsque saint Pierre fut installé dans cette église que nous voyons tous les jours, ceux qui s'appelaient galiléens se nommèrent chrétiens. Qu'y a-t-il de plus juste et de plus convenable que de voir celui qui est le père et le chef de l'Eglise, venir dans cette ville qu'on peut regarder comme la capitale de la chrétienté ? Venez donc nous aider à finir une guerre qui est la vôtre. Nous avons vaincu les Turcs et les païens; nous ne pouvons de même combattre les hérétiques; les Grecs, les Arméniens, les Syriens, les Jacobites; nous vous en conjurons donc, très-saint Père, nous vous en conjurons avec instance, vous qui êtes le père des fidèles, venez au milieu de vos enfants vous oui qui êtes le vicaire de Pierre, venez siéger dans son église; venez former nos coeurs à la soumission et à l'obéissance; venez détruire par votre autorité suprême et unique toutes les espèces d'hérésies; venez nous conduire dans le chemin que vous nous avez tracé, et nous ouvrir les portes de l'une et l'autre Jérusalem; venez délivrer avec nous le tombeau de Jésus-Christ, et faire prévaloir le nom de chrétien sur tous les autres noms. Si vous vous rendez à nos voeux, si vous arrivez au milieu de nous, tout le monde vous obéira. Que celui qui règne dans tous les siècles vous amène parmi nous, et vous rende sensible à nos prières. »

La situation des affaires de l'Europe, troublées principalement par l'attitude hostile au Saint-Siège, dans laquelle persévérait l'empereur Henri IV, ne permettait pas à Urbain II de répondre à cet appel des chefs de la croisade.
Sources: Nouvelle Encyclopédie Théologique, dictionnaire sur toutes les parties de la science religieuse. Par L'Abbé Migne, tome XVIII Paris 1852
Top

 
124 Aimery, vicomte de Rochechouart 1e Croisade
Blason de Aimery, vicomte de RochechouartAimery, vicomte de Rochechouart, est cité par le P. Anselme, comme ayant fait le voyage de la Terre-Sainte en 1098. La maison de Rochechouart, aujourd'hui ducale de Mortemart, porte: fascé ondé d'argent et de gueules.
Top

 
34 Alain IV duc de Bretagne 1e Croisade
Blason de Alain IV duc de Bretagnedit Fergent, duc de Bretagne, se croisa en 1096. Ses descendants, dont le dernier rejeton fut Anne de Bretagne, femme de Charles VIII et de Louis XII, ont toujours porté les armes qu'on lui donne ici: d'hermine.
Top

 
89 Alexis Ier Comnène 1e Croisade
Blason de Alexis Ier Comnène(1048-1118), empereur Byzantin (1081-1118); habile diplomate, il redressa l'empire Byzantin. Sa première entreprise fut de s'allier aux Vénitiens pour résister aux envahisseurs Normands dirigés en Grèce par Robert Guiscard. En 1091, il défit les Petchenègues, une tribu Turque qui effectuait des incursions dans le nord de l'empire, puis stabilisa la situation à l'est en concluant un traité de paix avec les Turcs Seldjoukides. Il profita de la première croisade, que venait de lancer le pape Urbain II (1095), pour reprendre l'Anatolie occidentale aux Seldjoukides, et exigea un serment d'allégeance de la part des croisés (parmi lesquels Bohémond Ier, le fils de son ancien ennemi Robert Guiscard) mais ne put les empêcher d'établir des états indépendants en Syrie et en Palestine. Une querelle l'opposa à Bohémond au sujet de la souveraineté d'Antioche; celui-ci finit par reconnaître la suzeraineté d'Alexis en 1108. Sa biographie, l'Alexiade, rédigée par sa fille Anne Comnène, constitue une précieuse source d'informations sur la première croisade, même si l'on y trouve beaucoup de préjugés probyzantins.

Alexis Ier Comnène
Alexis Ier Comnène parvint au trône de Constantinople en 1081, en dépouillant de l'empire Nicéphore Botoniate, dont il commandait les armées. Il a été le provocateur des croisades, en réclamant l'appui du souverain pontife et le secours des princes de l'Occident contre les Turcs. Guibert a conservé, en partie, et la Collection de Martène contient, en entier, la lettre adressée, en cette occasion, par Alexis au compte Robert de Flandre. Lempereur grec y cherche, non-seulement à loucher le coeur du comte de Flandre par la peinture de la misère des chrétienté d'Orient et de la profanation des Lieux Saints, mais il lui fait voir aussi les avantages matériels que devait amener une expédition contre les infidèles, et il lui vante la beauté des femmes grecques. L'authenticité de cette lettre, qui fait honte au caractère d'Alexis, a été révoquée en doute par le savant Heeren. Comme le texte grec n'en existe plus, et qu'on n'en possède que des versions latines, M. Wilken, dans son Histoire allemande des Croisades (Geschichte der Kreuzzuge) soupçonne ces versions de n'être pas exactes. Il est difficile de croire, pense-t-il, qu'un empereur grec se soit servi de ces expressions: « melius est ut vos habeatis Constantinopolim quam pagani » (il vaut mieux que Constantinople vous appartienne qu'aux infidèles). Mais cette lettre est reconnue authentique par Ducange, qui est une grande autorité. Parce qu'un document qui émane d'un empereur de cette époque contient des bassesses, ce n'est pas une raison de le tenir pour suspect.

Lorsque Alexis s'était adressé au pape pour appeler l'Occident à son secours, il ne s'attendait pas que les défenseurs de la chrétienté allaient arriver dans son empire par centaines de mille. La multitude innombrable des croisés l'effraya; sa fille, Anne Comnène, ne cesse de la comparer aux étoiles du firmament, aux sables de la mer. Alexis fut aussi très-inquiet de voir figurer, parmi les chefs de la croisade, le fils de Robert Guiscard, l'ambitieux Bohémond, qu'il avait appris précédemment à redouter. « Il aurait pu, dit M. Michaud, en parlant de l'empereur Alexis, se mettre à la tête de la croisade et reconquérir l'Asie Mineure, en marchant avec les Latins à Jérusalem. » Mais il était incapable de prendre cette noble résolution, et, suivant l'expression du même historien, « il crût qu'il suffisait de tromper les croisés pour n'en avoir rien à craindre, et d'en recevoir un vain hommage pour profiter de leurs victoires. » Nous citons à l'article Etienne, comte de Blois, une lettre de ce seigneur, où l'éloge d'Alexis est fait en termes surprenants, si on les compare au langage plus que sévère des chroniqueurs, lorsqu'ils parlent de la conduite de l'empereur envers es croisés. A la suite du fragment de cette lettre que nous avons traduit, le comte de Blois raconte qu'Alexis avait recueilli des montagnes d'or des dépouilles de Nicée, mais qu'il en avait distribué une grande partie à l'armée latine. Il résulte évidemment du récit du comte qu'une des habiletés d'Alexis a été de le séduire, et on en peut conclure aussi que, sans être aussi vénérable que le représente Etienne, l'empereur n'était peut-être pas aussi méprisable que le peignent tous les chroniqueurs, à l'exception de Foucher de Chartres, sans doute, comme l'observe très-justement M. Michaud, parce que Baudouin, dont Foucher était le chapelain, n'aura pas eu à se plaindre du souverain grec. Un chroniqueur, Bertholde de Constance, résume très-bien la conduite d'Alexis, en disant qu'il ne négligea rien pour arrêter la marche des pèlerins et faire périr la croisade, un autre chroniqueur, Ekkard, qui faisait partie de l'armée des croisés, rapporte dans sa chronique que les pèlerins disaient tous: « Alexis nous trahit; il regarde les chrétiens qui vont combattre les Turcs, comme des chiens qui mordraient d'autres chiens, « canes se invicem mordentes. »

Anne Comnène prétend que les souffrances corporelles dont son père était accablé, provenaient des tourments d'esprit que lui causa le passage des armées des Francs. « Alexis, dit-elle, était plongé dans un abîme d'inquiétude et de chagrin, quand il considérait cette effrayante multitude, qui surpassait les sables de la mer et les astres du firmament, et lorsqu'il faisait réflexion que si toutes ces troupes, qui étaient dispersées de toutes parts, soit dans les garnisons des villes, ou sur les côtes maritimes, avaient été réunies en un seul corps, il n'aurait pas été capable de leur résister: c'est pourquoi, remettant à un autre temps toutes les autres affaires, il s'appliquait presque uniquement à réfléchir sur les prétentions des Francs et sur les moyens d'arrêter leurs entreprises; il était assis dès le matin sur son trône et leur donnait audience, afin qu'ils pussent en toute liberté lui proposer ce qui leur plaisait: leur impudence naturelle, leur avarice et leur opiniâtreté ne leur permettaient pas d'user de cette liberté avec quelque retenue; ils parlaient tant qu'ils voulaient sans craindre de blesser le respect dû à l'empereur, d'ennuyer les principaux de sa cour, et de consommer ainsi inutilement une chose aussi précieuse que le temps. Ceux qui ont étudié le caractère des nations savent que les Francs sont de grands parleurs, et qu'ils font de longs discours. Quand la nuit était venue, mon père, qui n'avait pas mangé de tout le jour, se levait de son trône pour se mettre à table; mais il n'était pas pour cela délivré de l'importunité des Francs; au contraire, il était accablé de la foule de ceux qui n'avaient pas eu audience, ou de ceux qui, l'ayant déjà eue, venaient lui faire quelques nouvelles demandes. »

La fille d'Alexis tâche aussi de justifier son père de n'avoir pas secouru les croisés à Antioche: « L'empereur s'avança au secours des Latins assiégés; il alla jusqu'à Philomèlie, s'emparant, sur son passage, de plusieurs villes qui étaient au pouvoir des infidèles. Là arrivèrent dans le camp Guillaume de Grandmesnil et le comte Etienne, qui s'étaient sauvés d'Antioche en descendant par une corde. Ils racontèrent à l'empereur l'état désespéré auquel se trouvait réduite l'armée des croisés, renfermée dans cette ville. Malgré les avis prudents de ses conseillers, César se disposait néanmoins à marcher vers la ville assiégée, pour secourir les chrétiens, lorsqu'on apprit que le sultan du Khorassan avait envahi le territoire de l'empire; alors, au sein du conseil impérial, s'éleva une opposition unanime contre la volonté d'Alexis. Pourquoi tenter de secourir des hommes tout à fait perdus ? Comment exposer les défenseurs de l'empire et l'empire lui-même, pour des alliés si peu dignes de la bienveillance d'Alexis ? »

Cet empereur mourut le 15 août 1118; il était âgé d'environ soixante-dix ans, et il avait régné trente-sept ans et près de cinq mois. Il laissait deux fils et deux filles: Jean, l'aîné de ses fils, fut son successeur, et le second, Isaac Comnène, fut la tige des empereurs de Trébizonde. Sa fille Anne, mariée au fils de l'empereur Nicéphore Bryenne, a écrit la vie de son père, et Théodora, son autre fille, épousa Constantin l'Ange, qui est la souche des empereurs de ce nom.

Selon l'Art de vérifier les dates, il paraît qu'Alexis fut toujours en communion avec l'Eglise romaine.
Sources: Nouvelle Encyclopédie Théologique, dictionnaire sur toutes les parties de la science religieuse. Par L'Abbé Migne, tome XVIII Paris 1852
Top

 
102 Amanieu sire d'Albret 1e Croisade
Blason de Amanieu sire d'AlbretAmanieu sire d'Albret, pénétra un des premiers dans la ville de Jérusalem. Il portait: de gueules plein.
Top

 
143 Anselme de Ribaumont 1e Croisade
Blason de Anselme de RibaumontAnselme de Ribaumont, seigneur picard, est cité avec éloge par Albert d'Aix, Guibert de Nogent et Raoul de Caen. Il fut tué au siège d'Archas. Armes, selon le P. Goussencourt: de gueules, fretté d'or, au canton d'or chargé d'un léopard de sable.
Top

 
185 Archimbaud-le-Blanc (vers 1137) 1e Croisade
Blason de Archimbaud-le-Blanc (vers 1137)Archimbaud-le-Blanc, fils d'Artaud-le-Blanc, vicomte de Mâcon et arrière petit-fils d'Archimbaud-le-Blanc dont il a été parlé précédemment (Voyez le nº 1), possédait diverses terres dans le Beaujolais et notamment le château et la seigneurie de Chevagny-le-Lombard, près d'Aigueperse.

Vers l'année 1137, à la veille de son départ pour Jérusalem, il donna et céda à Humbert de Beaujeu tout ce qu'il possédait en deçà de la Loire, soit dans la plaine, soit dans la montagne, en bois, forêts, eaux, serfs ou serves, au cas où il mourrait sans enfants légitimes. Et comme Archimbaud avait besoin de grandes ressources pour faire son voyage, Humbert lui prêta 5,100 sous, monnaie de Cluny, sur sa terre de Chevagny et ses dépendances, et 3,000 sous, monnaie de Cluny, et 500 sous de la forte monnaie de Lyon sur sa terre de Châteauneuf et ses dépendances. Humbert ajouta encore à ces sommes celle de 600 sous de la même monnaie forte de Lyon et trois marcs d'argent, en stipulant qu'Archimbaud seul ou son fils légitime, pourraient dégager les terres remises ainsi en garantie, lesquelles devaient appartenir au prêteur, au cas de prédécès d'Arcliimbaud.

Cet acte d'emprunt fut dressé en présence de Guichard et Hugues de Marzé frères, Hugues de Vaux, Eudes de Marchampt, Humbert d'Andillé, Hugues de Vernay, Arnoul de Fougères et de plusieurs autres représentants des principales familles chevaleresques du Beaujolais.

Mais les éventualités prévues par la charte d'engagement ne se réalisèrent point. Archimbaud laissa un fils nommé Etienne, avec lequel il avait fondé l'hôpital d'Aigueperse et qui figure, comme témoin, dans un acte de cession de la moitié du château de Riottier à Guichard de Beaujeu par son oncle Artaud-le-Blanc, deuxième du nom, vers l'année 1140. Aussi Aubret constate-t-il que les terres engagées par Archimbaud ne demeurèrent point en la possession du sire de Beaujeu.
(Aubret, I, 324. - Aug. Bernard, Vicomtes de Lyon et de Mâcon, 40. - Revue forézienne, 1, 167. - Louvet, 4e partie, chapitre 7. - La Roche Lacarelle, Histoire du Beaujolais, I, 76)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
117 Arnoul II, baron d'Ardres 1e Croisade
Blason de Arnoul II, baron d'ArdresArnoul II, baron d'Ardres, se signala à la prise de Jérusalem. Il portait: d'argent, à l'aigle éployée de sable.
Top

 
174 Artaud d'Apchon (1102) 1e Croisade
Blason de Artaud d'Apchon (1102)Artaud, comtour d'Apchon, suivit, en 1102, Guillaume, comte d'Auvergne, à la croisade. Ce chevalier appartenait à une ancienne famille d'Auvergne qui s'éteignit, au milieu du XIVe siècle, dans les Saint-Germain, seigneurs de
Montrond, en Forez, qui en prirent le nom et les armes.
D... à une fasce accompagnée de deux jumelles en chef et de trois en pointe, blason non créé.

Ses descendants, sous leur nouveau nom d'Apchon, jouèrent un grand rôle dans l'histoire du Forez, et surtout dans les guerres de religion de la fin du XVIe siècle. Ils donnèrent leur nom au village de Saint-André-d'Apchon, qui faisait partie de leurs seigneuries. Ils possédaient outre, dans le Forez, Montrond, Rochetaillée, Veauche, Chenereilles, Chambost-Longessaigne et Souternon. Cette famille s'est éteinte après la Révolution, dans les marquis de Biencourt.
(Roger, 107. - Galeries de Versailles, I, 318, 322. - Annuaire de la Société de l'Histoire de France, 1845, 131. - Art de vérifier les dates)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
145 Artaud de Chastellux 1e Croisade
Blason de Artaud de Chastellux1147. Artaud de Chastellux part avec ses cinq fils. (Cartulaire de l'abbaye de Rigny)
Sources: Annuaire du Conseil Héraldique de France. Paris 1888

Artaud de Chastellux 1147. Sur le point de partir pour la croisade, il fit une donation dont le titre original existe encore dans les archives de la maison de Chastellux. Cette maison dont une branche est aujourd'hui ducale de Rauzan, porte d'azur, à la bande d'or, accompagnée de sept billettes du même, posées droites, six dans la direction de la bande, et une à l'angle sénestre supérieur.
Sources: Dictionnaire de numismatique et de silographie religieuses. Publié par M. L'Abbé Migne. Paris 1852.

Donation par Anséric de Montréal à l'abbaye de Reigny, en partant pour la Croisade. (1147)
Per testimonium hujus carte notum fieri volumus presentibus et futuris quod Ansericus de Monteregali dedit nobis omnes usus quos aesentias vocamus, cum enim idem Ansericus cum Ludovico rege Francorum, multisque aliis, pergeret Jerosolimam tam terram suam omnes aesantias, sicut concesserat pater ejus Hugo et mater ejus Aluisa, tam pascuorum quam aquarum atque silvarum ad alendos porcos sive alios greges, tam glandiferis temporibus quam sterilibus. Anno ab Incarnatione Domini M. CXL. VII., epacta XVII., concurrente n., indictione XVII.. Hujus rei testes sunt: Bernardus archipresbiter Autisiodorensis; Euvradus, archipresbiter Avalonensis; Hermanus de Avalone; Wildricus de Avalone; Milo de Nuceriis; Seguinus de Cruz; Hugo de Turre; Hugo de Semur; Hugo Lupus; Bernardus de Insula, (Archives de l'Yonne, fonds Reigny; liasse 1, s.-l. 1; Carlulaire de l'Yonne, 1. 429)
Sources: Histoire généalogique de la maison de Chastellux, avec pièces justificatives, par le Comte Henri-Paul-César de Chastellux. Auxerre 1869
Top

 
98 Astanove VII comte de Fézensac 1e Croisade
Blason de Astanove VII comte de FézensacComte de Fézensac, partit en 1097 pour la Palestine, où il mourut. Sa fille, Azalire, porta son héritage dans la maison d'Armagnac. Armes: d'argent, au lion de gueules.
Top

 
202 Seigneurs de Barasc 1e Croisade
Blason de Seigneurs de BarascBarasc ou Baras (de)
Barons de Béduer, Montbrun, Cabrerets; seigneurs de Carayac, Capdenac, Ampare, Marcillac, Goudou, Corn, Gréalou, Lissac, le Poujoulat; co-seigneurs de Saint-Pierre-Toirac, Cajarc, Camboulit, Bélaye, Puy-L'Evêque, Luzech, Montpezat, Subéjol, (Pardines)

Dont Géraud de Barasc (Géraud IV selon La Croix et V selon Vidal), évêque de Cahors de 1236 à 1248.

Armoiries: Coupé au I d'azur, au lion léopardé d'argent; au 2, d'or, à la vache passante de gueules, colletée et clarinée d'azur. - (Image http://www.vivies.com/)
(Versailles: salle des croisades. - Archives du Lot: folio 318)
Sources: Bulletin de la Société des études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, tome 27. Editeur: Imprimerie A. Laytou. Cahors 1902

Seigneurs de Barasc
Les Barasc apparaissent dans l'histoire du Quercy dès la fin du XIe siècle, avec Déodat, seigneur de Béduer (le château de Béduer est attesté dès la moitié du XIe siècle), à qui a été donnée, à moins qu'il ne l'ait prise, l'avouerie de l'abbaye de Marcilhac.

Ce même Déodat, ainsi que de nombreux seigneurs quercynois, accompagne Bertrand, comte de Toulouse, à la croisade de 1109.
Sources: François Petitjean, Histoire du Quercy nº 90, octobre-décembre 1997
Top

 
161 Baudoin Chauderon (1096) 1e Croisade
Blason de Baudoin Chauderon (1096)La Chanson d'Antioche rappelle à plusieurs reprises la bravoure et les hauts faits d'armes de Baudoin Chauderon: Baudoin Canderon, le pieux et vaillant... (Chant II, 27.)
D'or, au chef de sable.

Il périt, frappé d'une pierre, au premier assaut qui fut livré par les croisés au siège de Nicée, la veille du jour où mourut Guillaume, comte de Forez. D'après de La Mure il appartenait à une famille originaire du Berry, que nous trouvons possessionnée, plus tard, dans le Nivernais et le Bourbonnais, mais qui était déjà représentée dans le Forez, par Arnoul Chauderon, dès l'année 1092. Les Chauderon ont possédé, dans cette dernière province, les fiefs et seigneuries de Piney, Estaing, Donzy, Saint-Marcel et une partie des villes de Feurs et de Roanne. Cette dernière seigneurie fut apportée en dot par Isabelle de Roanne, dernière héritière des seigneurs de Roannais, à son mari, Arnulphe Chauderon, seigneur de la Ferté, en Nivernais, en 1266.
(Guillaume de Tyr, I, 134. - Chanson d'Antioche, chant II, passim. - De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, I, 108 et 110. - Peyré, Histoire de la première Croisade, I, 307. - Roger, La Noblesse de France aux Croisades, 172)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
3 Baudouin Ier roi de Jérusalem 1e Croisade
Blason de Baudouin Ier roi de JérusalemBaudouin de Boulogne (v. 1065-2 avril 1118), comte d'Edesse de 1098 à 1100 puis roi de Jérusalem, Baudouin Ier, de 1100 à 1118. Frère de Godefroy de Bouillon, lui succéda en 1100 et mourut en 1118. Armes: de Jérusalem.

Fils du comte Eustache de Boulogne et frère de Godefroi IV de Boulogne dit Godefroi de Bouillon, Baudouin Ier prit part à la première Croisade mais abandonna les autres croisés avant le siège d'Antioche pour aller à Edesse (actuellement Orfa), au-delà de l'Euphrate, où il s'assura, par ruse et par trahison, de la succession d'un prince arménien (mars 1098). A la mort de Godefroi de Bouillon, les barons appelèrent son frère, et celui-ci n'eut aucune peine à s'imposer comme roi, malgré les réticences du clergé. Baudouin Ier fut sacré à Bethléem, le 25 décembre 1100.

Souverain à la personnalité puissante, volontiers fourbe et violent, mais intelligent et courageux, Baudouin Ier fut le véritable créateur de la royauté franque à Jérusalem et l'unificateur du royaume latin. Il élargit la base territoriale de son autorité, en s'assurant notamment la subordination du prince d'Antioche. Il dota le royaume d'institutions qui en assurèrent la cohésion pendant près d'un siècle. Mettant fin à la résistance armée de bandes arabes, faisant passer des ports importants comme Césarée, Acre, Beyrouth et Sidon sous la domination des Francs, il accrut notablement le territoire conquis lors de la première Croisade. Une légèreté de moeurs, qu'il ne cherchait pas à cacher, lui valut l'hostilité du clergé, déjà dépité d'avoir dû consentir à la fondation du royaume. Une rocambolesque affaire de bigamie fit que le premier roi de Jérusalem mourut excommunié.
Sources: Auteur Charles Gavard - Galeries historiques de Versailles. Armoiries des salles des Croisades - Paris Gavard (avant 1847). Imprimerie Duverger. - Charles Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV

Baudouin I, roi de Jérusalem
Baudouin I, roi de Jérusalem, frère et successeur de Godefroy de Bouillon, était parti pour la première croisade, eu 1096, sous fa bannière de sou frère. « Baudouin, dit Guillaume de Tyr, fut formé, dans son adolescence, à l'étude des lettres. Il entra dans l'état ecclésiastique et obtint des prébendes dans les églises de Reims, de Cambrai et de Liège; mais il renonça, pour des causes qu'on ignore, à tous ces bénéfices, et quitta l'habit de clerc pour embrasser la carrière des armes. Il ramena d'Angleterre une dame de distinction qu'il épousa; elle avait suivi son époux dans la première croisade, et mourut non loin d'Antioche. Devenu comte d'Edesse, Baudouin s'était remarié avec la fille d'un riche prince d'Arménie. »

Au rapport de Guibert, Baudouin vivait avec une magnificence orientale dans l'Etat dont il s'était emparé. « Toutes les fois qu'il se mettait en route, dit ce chroniqueur, il frisait porter devant lui un bouclier d'or, sur lequel était figuré un aigle, et qui avait la forme d'un bouclier grec. Adoptant les usages des gentils, il portait une robe longue; il avait laissé croître sa barbe; il accordait ce que lui demandaient ceux qui l'adoraient, mangeait par terre sur des tapis étendus; et, s'il entrait dans une ville qui lui appartînt, deux cavaliers, en avant de son char, faisaient retentir le son de la trompette. »

Voici le portrait que Guillaume de Tyr trace de Baudouin: « Il était beaucoup plus grand que son frère Godefroy. Comme Saul, il dépassait de la tète les hommes d'une taille ordinaire. Il avait la barbe et les cheveux roux, et cependant il était médiocrement blanc de peau. Il avait le nez aquilin, la lèvre supérieure proéminente, les dents inférieures un peu enfoncées, sans toutefois que cela parût un défaut. Baudouin avait la démarche grave, le maintien sérieux. Bon manteau, qui tombait toujours de ses épaules, lui donnait l'air d'un évêque plutôt que d'un laïque. Il n'était ni trop gras ni trop maigre. On vantait son adresse à manier les armes, à monter à cheval. Il était prompt et actif, magnifique, brave, habile au métier de la guerre, et possédait toutes les qualités héréditaires dans sa famille. »

Guillaume de Tyr reproche deux choses à Baudouin: d'avoir trop écouté le patriarche Arnoul, homme de moeurs suspectes et de conseils dangereux, et de s'être trop laissé aller à son penchant pour les femmes. Il épousa, lorsque sa seconde femme vivait encore, la comtesse de Sicile, veuve de Roger, frère de Robert Guiscard. La comtesse ignorait que Baudouin fût marié, et tout le monde s'entendit pour l'entretenir dans son erreur, parce qu'elle prodigua en bienfaits les richesses pour lesquelles Baudouin l'avait épousée. Mais il se sépara d'elle, au bout de trois mois, sous un vain prétexte de conscience. Il y eut deux hommes en Baudouin; avant de parvenir au trône, il se fit haïr par son ambition et par sa hauteur, et, devenu roi, il se fit aimer par la modération de son caractère. Il passa son règne à combattre les infidèles, et il s'est, dans toutes les occasions, signalé par de véritables prodiges de valeur.

Ekkard peint la bravoure de Baudouin en disant qu'au combat de Ramla, l'armée des ennemis fondait devant lui comme la cire devant la flamme. Baudouin avait succédé à son frère en 1100, et il mourut en 1118, sans laisser aucun enfant, quoiqu'il eût été marié trois fois.
Sources: Nouvelle Encyclopédie Théologique, dictionnaire sur toutes les parties de la science religieuse. Par L'Abbé Migne, tome XVIII Paris 1852
Top

 
183 Bernard de Marze (1137) 1e Croisade
Blason de Bernard de Marze (1137)Bernard de Marzé, allant à Jérusalem avec son frère Humbert, qui suit, donna à l'abbaye de Savigny le quart des terres qu'il possédait au village d'Apinost (Bully). Il excepta expressément de cette donation les serfs qui se trouvaient dans ses domaines, pour être partagés à son retour de la Terre-Sainte. L'abbé Pons paya aux deux frères quatorze marcs et demi d'argent pour cette acquisition (1er décembre 1137).

Bernard de Marzé est sans doute le même personnage que nous voyons figurer, comme témoin, dans un acte d'inféodation de l'an 1118, du bourg de Saint-Trivier en Dombes, par Guy, comte de Forez, à Guichard, sire de Beaujeu.

« La famille de Marzé, dit Le Laboureur, fut la plus noble, la plus riche et la plus ancienne du Beaujolais. » En effet, son nom apparaît à chaque page de l'histoire de cette province, au moyen-âge. Le fief de Marzé, qui fut son berceau, était situé près d'Alix, en Lyonnais. Elle a fourni neuf chanoines à l'église de Lyon et deux moines à l'abbaye de l'Ile-Barbe, dont l'un fut abbé de ce monastère. Elle était possessionnée à Anse, Pommiers, Lucenay, Beligny, en Beaujolais. Outre le château de Marzé près d'Alix, elle en posséda un autre du même nom près de Gleizé, ainsi que celui de Belleroche dans la même province. Les terres de Grézieux et de Champs en Forez furent aussi possédées par les de Marzé. Cette famille s'éteignit au XVIe siècle et ses biens passèrent dans celle des Nagu.
(Cartul de Savigny, charte 937. - Aubret, I, 276, 312. - Guichenon, Histoire de Bombes, 2e édition, tome I, 145. - Mazures de l'Isle-Barbe, I, 85, 191, 318; II, 178, 481, 587, 588)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
2 Bohémond Ier (1057 env.-1111) - prince d'Antioche (1098-1111) 1e Croisade
Blason de Bohémond Ier (1057 env.-1111) - prince d'Antioche (1098-1111)prince d'Antioche, ménagea par des intelligences secrètes la prise de cette ville, dont les croisés lui cédèrent la possession. Le P. Goussencourt lui donne pour armes: d'argent, à la branche de fougère de sinople, nouée d'or et renversée en pal.

Fils du fondateur de l'Etat normand de Sicile, Robert Guiscard, Bohémond Ier participe avec son père à la lutte contre l'empereur Alexis Comnène et à l'éphémère conquête de la Macédoine (1081-1085). Intelligent et peu scrupuleux, il n'hésite pas à prendre part à la première Croisade, décidé à ruser avec Byzance et à réaliser ses ambitions orientales à la faveur de l'entreprise des chrétiens d'Occident. Il joue un rôle décisif dans la marche sur Antioche et dans le siège de la ville: il obtient en récompense de garder Antioche et son territoire (juin 1098). Il se désintéresse alors de la croisade. Le principat de Bohémond est moins brillant que la conquête d'Antioche. Prisonnier des Turcs (1100-1103), il est dépossédé par ceux-ci des régions orientales et il cède le port de Lattaquieh aux Byzantins; il doit gagner l'Europe occidentale à la fin de 1104 pour y quémander des renforts qu'il ne peut obtenir. En 1107, il attaque à nouveau Byzance en Epire; vaincu alors qu'il assiège sans succès Durazzo, il doit reconnaître la souveraineté byzantine sur Antioche. Humilié, il préfère demeurer en Italie.

De Constance, fille du roi de France, Philippe Ier, il a un fils qui, sous le nom de Bohémond II, règne sur la principauté d'Antioche jusqu'à sa mort, en 1130. Le neveu de Bohémond Ier, Tancrède, qui a été investi personnellement de la Galilée, assure la régence d'Antioche pendant l'enfance de Bohémond II.
Sources: Auteur Charles Gavard - Galeries historiques de Versailles. Armoiries des salles des Croisades - Paris Gavard (avant 1847). Imprimerie Duverger. - Charles Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV

Bohémond Ier prince de Tarente
Bohémond Ier, prince de Tarente, fils de Robert Guiscard, était de la famille des gentilshommes normands, conquérants de la Pouilles et de la Calabre.
Né d'un premier mariage, il eut beaucoup de peine à obtenir une part de la succession de son père, que sa belle-mère voulait faire avoir tout entière à son propre fils Roger.
Les frontières de la petite principauté de Tarente étaient trop étroites pour Bohémond, qui avait hérité de l'ambition de son père, en même temps que de son génie. Conquérir des possessions plus étendues était le seul moyen qu'il entrevit de satisfaire sa soif de régner. L'occasion désirée s'offrit à lui, lorsque le pape Urbain II appela les chrétiens à la délivrance de la terre sainte. Ce fut l'armée de Hugues de Vermandois qui porta en Italie l'enthousiasme pour la croisade. Bohémond, lorsque cette armée arriva à Bari pour s'embarquer, assiégeait avec son oncle Oger, comte de Sicile, la ville d'Amalfi, qui s'était révoltée contre ce prince.

Le caractère de Bohémond permet de penser que ce ne fut pas uniquement dans des vues religieuses qu'il amena les troupes assiégeantes à demander la croix, et à répéter le cri du concile de Clermont: « Dieu le veut ! Dieu le veut ! » Sollicité de se mettre à la tête de ces nouveaux croisés, il eut tort de faire croire qu'il cédait à leurs prières, lorsqu'il atteignait le but de ses plus ardents désirs. La fleur des chevaliers de la Pouilles, de la Calabre et de la Sicile, se réunit sous sa bannière, à côté du brillant Tancrède, son cousin.

Anne Comnène, qui accuse d'ambition tous les chefs de la première croisade, à l'exception de Godefroy de Bouillon, parle de Bohémond, sous ce rapport, en termes qui ne dépassent la vérité que par leur exagération. Elle fait de lui, d'ailleurs, un portrait un peu étrange sous la plume d'une femme, et où le défaut que nous venons de signaler se fait sentir, dès les premiers mots: « Ni l'empire, ni les pays étrangers, dit-elle, n'ont produit, en notre siècle, aucun homme qui lui pût être comparé. Sa présence éblouissait autant les yeux que sa réputation étonnait l'esprit. Sa taille était si avantageuse qu'il surpassait d'une coudée les plus grands. Il était menu par le ventre et par les côtés, et large par le dos et par l'estomac. Il avait les bras forts et robustes; il n'était ni maigre ni gras. Il avait les mains grandes et pleines, les pieds fermes et solides. Il était un peu courbé, non par défaut, mais par habitude. Il était blanc partout le corps, mais il avait sur le visage un agréable mélange de blanc et de rouge. Il avait des cheveux blonds qui lui couvraient les oreilles, sans lui battre sur les épaules, à la façon des barbares. Ses yeux étaient bleus et paraissaient pleins de colère et de fierté. Son nez était fort ouvert, car comme il avait l'estomac large et le coeur grand, il fallait que son poumon attirât une grande quantité d'air pour en modérer la chaleur. Sa bonne mine avait quelque chose de doux et de charmant; mais la grandeur de sa taille et la fierté de ses regards avaient quelque chose de farouche et de terrible. Son rire n'inspirait pas moins de terreur que la colère des autres à coutume d'en inspirer. Il était fin et rusé; il parlait fort à propos, et il ne manquait jamais de réponse à quelques demandes qu'on lui pût faire. »

« Dès l'instant que Bohémond eut débarqué sur le territoire grec, dit encore Anne Comnène, il sentit qu'il ne pouvait lutter ni de noblesse ni de puissance avec les autres chefs des croisés; alors il se proposa d'acquérir par la ruse les mêmes avantages que ses compagnons devaient à leurs forces réelles. Il se rendit immédiatement auprès de l'empereur: Alexis le reçut avec le témoignage d'une vive amitié; il lui rappela sans aigreur ses grands exploits et ses victoires dans les plaines de Larisse. Bohémond, plein de dissimulation et d'adresse, lui répondit: « Alors, je l'avoue, j'étais votre ennemi; mais à présent je viens m'offrir à Votre Majesté comme votre ami et votre vassal. Alexis, touché de ces paroles, assigna au héros normand un logement magnifique dans son propre palais; il y fit dresser une table somptueuse, où étaient servis avec la même profusion des mets cuits et d'autres crus. Le motif apparent de cet ordre donné par l'empereur fut la crainte que l'assaisonnement des viandes à la manière des Grecs ne plût pas à Bohémond; mais Alexis voulait, dans la réalité, effacer jusqu'au dernier soupçon d'empoisonnement dans l'esprit du prince normand, dont il avait déjà pénétré les craintes secrètes. Cependant celui-ci ne fut pas rassuré, car il ne toucha à aucun des mets qui lui étaient présentés avant d'en avoir offert, sous l'apparence d'une générosité presque royale, aux officiers qui le servaient. »

Bohémond agit envers Alexis avec la même dissimulation que l'empereur mit dans ses rapports avec lui. Apres avoir fait à Godefroy de Bouillon la proposition que rejeta ce noble prince, de détrôner Alexis à leur profit, le fils de Robert Guiscard prêta, sans difficulté apparente, le serment de fidélité qu'exigeait l'empereur des chefs de la croisade, et reçut de lui la vaine promesse de domaines en Asie. Bohémond ne se contenta pas d'accepter les présents d'Alexis, il le provoqua à lui en faire; il aspira même à la place de « grand domestique » ou de général de l'empire d'Orient. L'empereur, qui s'était frayé la voie au trône en occupant cette place, dissimula la blessure faite à son orgueil par les prétentions audacieuses de l'étranger, et eut recours à cette politique artificieuse qui attribue aux circonstances les motifs de ses refus.
Quand Raymond de Toulouse, voulut tirer vengeance d'une attaque de son armée, surprise la nuit par les troupes grecques, Bohémond le menaça de tourner ses armes contre lui, s'il prenait une attitude hostile envers l'empereur, ou s'il s'opposait plus longtemps à ses prétentions à l'égard de l'hommage féodal.

Le prince de Tarente joua un rôle important et glorieux à la bataille de Dorylée, où il sauva la vie à Tancrède; il conduisit avec beaucoup d'habileté le stratagème, par lequel il obtint des chefs de la croisade qu'Antioche lui fût livrée, après qu'il y aurait introduit les chrétiens, au moyen de ses intelligences avec le renégat Phirouz.

Bohémond fut fait prisonnier en 1100 par un émir de la Mésopotamie, il ne recouvra sa liberté qu'après quatre ans de captivité. Mais il n'avait plus ni argent ni armée, et l'empereur Alexis exigeait qu'il lui rende Antioche, conformément aux promesses faites à Constantinople par les princes latins, et Laodicée, dont Tancrède s'était emparé. Bohémond résolut alors d'aller en Europe réclamer le secours des princes de l'Occident.

« Le prince de Tarente, dit Anne Comnène, fit répandre le bruit de sa mort; il se mit dans un cercueil entouré de tout l'appareil usité dans les funérailles; des barbares étaient assis auprès de ce cercueil et déploraient, en s'arrachant les cheveux, la perte de leur prince. Bohémond, qui ne respirait que par de petits trous, fit placer à ses côtés un coq mort, afin que les exhalaisons qui s'élèveraient du cercueil confirmassent encore mieux les matelots dans l'idée que le corps du prince était en putréfaction. »

Arrivé à Corfou, Bohémond fit appeler le gouverneur de la ville, et, si l'on en croit Anne Comnène, il lui parla en ces termes: « Je suis Bohémond, fils de Robert, qui ai fait assez sentir aux Grecs et à leurs armées quelle est la vigueur de mon courage et la force de mon bras: Dieu m'est témoin que je n'ai point oublié les injures qu'Alexis m'a faites, depuis que j'ai pris Antioche et que j'ai réduit la Syrie, ni les fausses espérances qu'il m'a données, les promesses violées, les disgrâces et les périls où vous m'avez engagé, et que je me propose d'en tirer une vengeance éclatante, je suis encore plein de vie, quoique j'aie longtemps passé pour mort, et que j'aie trompé tous mes ennemis sous cette fausse apparence; je m'en retourne dans ma patrie; vous me comptiez déjà au nombre des morts, apprenez que je vis pour moi, pour les miens et pour votre malheur; j'armerai contre vous les plus belliqueuses nations de la terre, les Lombards, les Allemands, les Français; je remplirai vos provinces de meurtres et je ferai nager Constantinople dans le sang. »

Après avoir mis ce discours dans la bouche de Bohémond, Anne Comnène s'écrie: « Voilà l'excès où se portait l'insolence de ce barbare ! »

Bohémond arriva en Italie, où il alla se jeter aux pieds du souverain pontife, à qui il représenta Alexis comme l'ennemi des chrétiens. Le pape promit au prince d'Antioche d'intéresser l'Europe au soutien de sa cause. Bohémond se rendit de là à la cour de France, où il reçut un bon accueil de Philippe Ier, dont il épousa la fille. Il parcourut ensuite le Poitou, le Limousin, l'Auvergne, passa même en Espagne, et retourna en Italie, cherchant partout des guerriers qui voulussent le suivre. Il s'embarqua à Bari avec tous ceux qu'il avait pu recruter, et fit une descente sur le territoire grec. Mais ayant échoué dans le siège de Durazzo, qu'il avait entrepris, il fut abandonné par la plupart de ceux qui s'étaient enrôlés sous ses drapeaux, et il ne lui resta plus d'autre ressource que de traiter honteusement de la paix avec l'empereur dont il avait espéré de renverser le trône. Déçu dans tous ses rêves d'ambition, il retourna dans sa petite principauté de Tarente, où il finit ses jours, en 1111, lorsqu'il se disposait à retourner en Syrie.
Sources: Nouvelle Encyclopédie Théologique, dictionnaire sur toutes les parties de la science religieuse. Par L'Abbé Migne, tome XVIII Paris 1852
Top

 
188 Bonpard, prévôt d'Amplepuis (1140) 1e Croisade
Blason de Bonpard, prévôt d'Amplepuis (1140)Bonpard remplissait à Amplepuis, en Beaujolais, les fonctions de prévôt pour les sires de Beaujeu (1). Il accompagna, par affection, Guillaume de Montrond à Jérusalem et, à l'occasion de la donation, faite par ce dernier, des dîmes de Savonière, à l'abbaye de Savigny, il reçut du cellérier, Hugues Ramier, la somme de quatre sous d'argent, pour lui aider à supporter les dépenses de son voyage d'outre-mer.

1. Le prévôt était un officier comptable qui percevait les redevances dues au possesseur d'un fief.

(Cartulaire de Savigny, charte 941. - Aubret, I, 326)

Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
107 Calo II, seigneur de Caumont 1e Croisade
Blason de Calo II, seigneur de CaumontCalo II, seigneur de Caumont, est cité par le P. Anselme, comme s'étant croisé en 1096. La maison ducale de Caumont porte: d'azur, à trois léopards d'or.
Top

 
172 Chatard de Bussy (1100) 1e Croisade
Blason de Chatard de Bussy (1100)Chatard de Bussy-Albieu, en Forez, voulant aller à Jérusalem (volens ire ad Jérusalem), fit donation, vers l'année 1100, de tout son patrimoine au monastère de Savigny, et reçut, en retour, des religieux la somme de 250 sous d'argent et un mulet. Il fut, en outre, stipulé entre les parties que si Chatard mourait pendant son voyage, l'abbaye deviendrait propriétaire incommutable de tous ses biens; il en était de même si, à son retour, il voulait se faire moine.

Mais s'il se mariait et laissait des enfants, il pourrait recouvrer les choses données, en restituant aux religieux le prix qu'il en avait reçu. Mais aucun document ne nous apprend si les éventualités prévues s'accomplirent.
(Cartulaire de Savigny, charte 867. - Aubret, I, 259. - Peyré, II, 493)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
168 Claude de Montchenu (1096-1122) 1e Croisade
Blason de Claude de Montchenu (1096-1122)La famille de Montchenu est originaire du Dauphiné. Néanmoins nous avons cru devoir faire figurer ici le nom de Claude de Montchenu, à un double titre: Les Montchenu ont fourni deux chanoines-comtes à l'Eglise de Lyon. En outre, la seigneurie d'Argental, en Forez, leur a appartenu, dès le XVe siècle, par alliance avec les Payen d'Argental.

Claude de Montchenu, fils d'Amédée de Montchenu, se croisa, en 1096, et se distingua à la première croisade où il commanda un corps de troupes. Il mourut en Palestine, en 1122. A cause du rang distingué qu'il occupait dans l'armée chrétienne, on lui éleva, dans l'église de Saint-Jacques le Majeur, hors des portes de Jérusalem, un tombeau qui subsistait encore au siècle dernier et sur lequel étaient figurées ses armoiries avec l'épitaphe suivante:
HIC JACET CLAVDIVS MONTECANVTVS QUI OBIIT ANNO MCXXII.

Ces mêmes armes se voient encore dans la chapelle de Saint-Vincent-de-Paul de la cathédrale de Lyon, sur la tombe de Geoffroy de Montchenu, chanoine et doyen de cette église, mort en 1472.
De gueules, à la bande engrêlée d'argent, blason créé.

Deux autres membres de cette famille se rendirent à la troisième croisade (1190), Ce sont:
1º Albert de Montchenu;
2º Foulques de Montchenu.
(Guy-Allard, Dictionnaire du Dauphiné. - Galeries de Versailles, I. 289. - Roger, 183. - Revue du Lyonnais, 3e série, I. 380. - Annuaire de la Société de l'Histoire de France, 168. - Lachesnaye des Bois, t. x)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
9 Comnène Anne (1083-1148) 1e Croisade
Blason de Comnène Anne (1083-1148)Fille aînée de l'empereur Alexis Ier (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé inabouti par la mort de son époux. A la demande de sa belle-mère, ce dernier avait commencé à écrire l'histoire du règne d'Alexis Ier. Sa femme se servit de ce travail, des archives impériales auxquelles elle avait eu accès, des témoignages des membres et des proches de sa famille ainsi que de ses propres souvenirs. Le résultat fut un ouvrage monumental en quinze livres, L'Alexiade , écrit sous le règne de Manuel Ier (1143-1180). La familière des grands auteurs grecs qu'était la princesse impériale eut soin d'employer une langue classique et recherchée, voire artificielle.

L'objet du livre était de raconter les hauts faits du père d'Anne Comnène. Malgré des erreurs d'ordre chronologique, l'ouvrage constitue sur ce règne, qui marqua un renouveau de la puissance byzantine, une source historique de premier ordre, en raison des qualités et du rang de son auteur. Anne Comnène livre notamment de précieux renseignements sur la psychologie d'Alexis Ier et de son entourage. Elle montre de manière suggestive le fossé séparant les Byzantins des croisés, qui arrivèrent dans l'empire à partir de 1096. Pour Anne Comnène, l'idée d'une croisade déclenchée par le pape et l'Eglise était incompréhensible, car la guerre était le fait du seul empereur. L'Alexiade dépeint ainsi les Latins comme des êtres courageux, mais incultes et orgueilleux, et se montre très critique à l'égard des papes.

L'ouvrage abonde en précieuses notations sur la géographie de l'empire ainsi que sur la situation de son armée et de sa flotte, dont la composition et les problèmes sont indiqués en détail. La vision qui est donnée de la société byzantine est évidemment parcellaire et déterminée par l'origine princière de l'auteur, mais L'Alexiade n'en demeure pas moins fondamentale pour l'histoire politique de la période. Le livre est extrêmement suggestif en ce qui concerne la culture byzantine. Anne Comnène multiplie avec un plaisir évident les allusions à la mythologie grecque et le style même de L'Alexiade témoigne du renouveau de l'enseignement et des études classiques dont Anne Comnène crédite son père. Mais, dans le même temps, Anne est animée d'une piété profonde et décrit avec vigueur la foi des Byzantins, qui constitue un des éléments les plus importants de leur identité face à leurs ennemis orientaux et occidentaux. L'Alexiade est très représentative de l'humanisme byzantin, qui reprend de l'Antiquité un certain nombre de références et de techniques d'écriture et les met au service de valeurs chrétiennes. De plus, l'ouvrage a une fonction apologétique évidente et doit justifier la confiscation du pouvoir par la famille des Comnènes. Mais les talents littéraires d'Anne Comnène et l'intérêt historique de son témoignage suffisent à conférer à L'Alexiade une place de choix dans la littérature byzantine.
Top

 
160 Guillaume, comte de Lyonnais et de Forez 1e Croisade
Blason de Guillaume, comte de Lyonnais et de ForezGuillaume, comte de Lyonnais et de Forez (1096). Avant son départ pour la première croisade, dont il fut un des principaux chefs, Guillaume III, comte de Lyonnais et de Forez, fit don, en 1096, de l'église de Saint-Julien-de-Moind à Hugues, archevêque de Lyon, qui la transmit, à son tour, à l'abbaye de la Chaise-Dieu, au mois de décembre de la même année. Comme la plupart des guerriers de nos provinces, il faisait partie du corps d'armée de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse. Le comte de Forez, dit Guillaume de Tyr, se distingua dans tout le cours de l'expédition, autant par sa bravoure que par sa puissance: Omni virtute et potentia bellica proeclarus. Au siège de Nicée, Guillaume de Forez mourut glorieusement, percé de flèches, avec un autre vaillant guerrier, nommé Galon de l'Ile, dans l'un des nombreux assauts que l'armée des croisés dut livrer pour se rendre maîtresse de cette ville: « Le peuple de Dieu, ajoute l'historien déjà cité, consterné de la mort de ces guerriers, les ensevelit avec soin et leur rendit les honneurs funèbres avec des sentiments de piété et d'amour, tels qu'ils sont dus aux hommes nobles et illustres. (1097) »
De gueules, au chêne d'or rayé et feuille de sinople, nouveau blason Lyonnais, Forez, Dauphiné.
(Guillaume de Tyr, III, chapitre. v. - Peyré, Histoire de la première Croisade, I, 188, 307, II, 511. - De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, I, 108, 273; III, 20. - Guigue, Obituarium Lugdunensis ecclesiae, 165, 244. - Galeries de Versailles, I, 231. - Roger, La Noblesse de France aux Croisades, 176. - Annuaire de la Société de l'Histoire de France, 1845, 164)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
163 Dieudonné de Foudras (1096) 1e Croisade
Blason de Dieudonné de Foudras (1096)Dieudonné de Foudras, frère du précédent, assista avec lui au concile de Clermont, où tous deux prirent la croix. Il vendit aussi, sous la même condition de rachat, sa part de la seigneurie d'Estieugue à sa soeur Béatrix.
Fascé d'argent et d'azur, blason créé.

Dieudonné de Foudras mourut de maladie à Constantinople, et la seigneurie d'Estieugue passa ainsi dans la maison d'Amanzé.
(Archives de la maison de Fondras; note communiquée par M. Mulsant, bibliothécaire de la ville de Lyon)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
95 Drogon seigneur de Nesle 1e Croisade
Blason de Drogon seigneur de NesleSeigneur de Nesle, dont le fils Raoul épousa l'héritière du comte de Soissons, suivit Hugues de France à la croisade, et partagea sa captivité. Ses descendants, Yves III, comte de Soissons en 1147, Raoul de Nesle et Jean de Soissons en 1248, prirent aussi la croix. Armes: burelé d'argent et d'azur.
Top

 
135 Eléazar de Montredon 1e Croisade
Blason de Eléazar de MontredonEléazar de Montredon, est cité par D. Vaissète comme l'un des compagnons du comte de Toulouse. On lui attribue les armes d'une maison qui fit ses preuves de maintenue en 1668: d'azur, au lion d'or, à la bordure componée d'argent et de gueules.
Top

 
39 Etienne comte d'Aumale 1e Croisade
Blason de Etienne comte d'Aumalecomte d'Aumale, revint de Palestine après la prise de Jérusalem en 1099 et y retourna vers l'an 1120. Il était de la maison de Champagne et portait les mêmes armes que son parent étienne, comte de Blois.
Top

 
35 Etienne comte de Blois 1e Croisade
Blason de Etienne comte de Bloiscomte de Blois, fils de Thibaut III, comte de Troyes, fit deux fois le voyage d'outre-mer, où il s'illustra par ses exploits et sa prudence. Armes de la maison de Champagne, dont il était un rejeton: d'azur, à une bande d'argent, accompagnée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or de treize pièces
Top

 
29 Eudes Ier duc de Bourgogne 1e Croisade
Blason de Eudes Ier duc de BourgogneEude Ier duc de Bourgogne, « dit Borrel », (1058—1102-03).
Ce prince, arrière-petit-fils du roi Robert-le-Pieux, ayant fait le voyage de la Terre-Sainte, mourut à Tarse, en Cilicie, l'an 1102-03.
Les armes qu'on lui donne ici, « bandé d'or et d'azur de six pièces, à la bordure de gueules », sont celles qu'ont portées les princes de la première maison de Bourgogne jusqu'à son extinction, en 1361.

Philippe-le-Hardi, quatrième fils du roi Jean, en qui commença la seconde maison de Bourgogne, écartela son écu de France et de Bourgogne; et cet écu se chargea après lui des armoiries des diverses souverainetés acquises par ses trois successeurs.
Sources: Versailles, Salles des Croisades — CH. Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV
Top

 
40 Eustache comte de Boulogne 1e Croisade
Blason de Eustache comte de Boulognecomte de Boulogne, frère de Godefroy de Bouillon, l'accompagna à la croisade. Les armes de sa maison étaient: d'or, à trois tourteaux de gueules.
Top

 
90 Eustache d'Agrain prince de Sidon 1e Croisade
Blason de Eustache d'Agrain prince de SidonPrince de Sidon, s'étant distingué à la croisade de 1096, reçut de Baudouin Ier la principauté de Sidon, et fut élu pendant la captivité de Baudouin II, gouverneur du royaume de Jérusalem, dont il était déjà connétable. Les chroniqueurs lui ont donné le glorieux surnom de Bouclier et d'épée de la Palestine. Sa maison, originaire du Vivarais, s'est éteinte il y a quelques années; elle portait: d'azur, au chef d'or.
Top

 
106 Foulques de Maillé d'Anjou 1e Croisade
Blason de Foulques de Maillé d'AnjouFoulques de Maillé d'Anjou, d'une famille noble d'Anjou, fit le voyage d'outre-mer en 1096. Jacquelin de Maillé, chevalier du Temple en 1187, se distingua eu combat de Nazareth, soutenu par cinq cents croisés, contre toute l'armée de Saladin. Le P. Anselme cite Hardouin, baron de Maillé, comme ayant suivi saint Louis en égypte. La maison, aujourd'hui ducale de Maillé, porte: d'or, à trois fasces ondées de gueules.
Top

 
122 Gérard de Bournonville 1e Croisade
Blason de Gérard de BournonvilleGérard de Bournonville, avec ses six enfants, partit pour la croisade l'an 1096. Il périt en 1101 dans un combat. Robert de Bournonville se croisa avec saint Louis en 1245. Armes: de sable, à trois cuillers ou louches d'argent. La maison ducale de Bournonville, aujourd'hui éteinte, adopta plus tard pour armes: de sable, au lion d'argent, la queue nouée, fourchée et passée en sautoir.
Sources: Salles des Croisades, à Versailles.

Gérard de Bournonville
Gérard de Bournonville, en 1096, avec ses six fils.
En 1250, huit frères et leur soeur Anceline vont au secours du roi saint Louis.
Sources: Annuaire du Conseil Héraldique de France. Paris 1888
Top

 
132 Gérard de Chérizy 1e Croisade
Blason de Gérard de ChérizyGérard de Chérizy, se distingua, suivant Guillaume de Tyr, à la bataille de Dorylée, et fut, au siége d'Antioche, envoyé avec d'autres vaillants guerriers pour reconnaître l'approche de Kerbogha, prince de Mossoul. Albert d'Aix cite les mêmes faits et parle aussi d'Addon de Chérizy, tué à la bataille de Ramla. Armes: d'or, à la fasce d'azur.
Top

 
32 Gérard de Martigues 1e Croisade
Blason de Gérard de Martiguesétait recteur de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem lorsque les croisés s'emparèrent de la ville sainte. Ce pieux établissement avait été fondé pour recueillir les chrétiens que la maladie surprenait dans leur pèlerinage. Gérard obtint en 1113, du pape Pascal II, une bulle qui confirma l'institution et en fit l'ordre religieux et militaire des hospitaliers de Saint-Jean-de Jérusalem, aujourd'hui l'ordre de Malte. On a représenté sur son écu les armes que le pape accorda plus tard à 1'ordre, et qu'on appelle armes de la religion: de gueules, à la croix d'argent.
Top

 
130 Gérard, comte de Roussillon 1e Croisade
Blason de Gérard, comte de RoussillonGérard, comte de Roussillon, se distingua au siége d'Antioche et entra un des premiers dans la ville sainte. Son sceau, reproduit dans l'Histoire du Languedoc, par D. Vaissète, représente deux fermaux posés en pal.
Top

 
111 Gérard, sire de Créquy 1e Croisade
Blason de Gérard, sire de CréquyGérard, sire de Créquy, prit la croix en 1096. Plusieurs autres membres de sa famille firent le voyage d'outremer. La maison ducale de Créquy, éteinte depuis près d'un demi-siècle, avait pour armes parlantes: d'or, au créquier de gueules.
Top

 
199 Gourdon (Géraud de) 1e Croisade
Blason de Gourdon (Géraud de)Gourdon (Géraud de) - Barons de Castelnau-Montratier. - Seigneurs de Gourdon, Gaiffier, Penne, Peyrilles, Cénevières, Puy-Lagarde, Biars, Lugagnac, Lentillac, Saint-Cirq-la-Popie, Saint-Jean-de-Laur, Limogne, La Bouffie, Sérignac, la Meslière (Lamolayrette), Espanel, Camboulan, Uzech, La Roque-des-Arcs, La Vercantière, Concores, Saint-Germain, Ussel, Nadillac, Saint-Clair, Saint-Romain, Cornus, Montcuq, Mondenard, Balaguier, Sauveterre, etc.

Ses armes: Parti: au I, d'azur à trois étoiles d'or en pal, qui est de Genouillac; au 2, bande d'or et de gueules, qui est de Ricard.
(Lacoste: Histoire du Quercy: Tome II, pages 410-411, Tome III, page 32)

La terre de Cénevières fut érigée en marquisat en 1612 pour Antoine de Gourdon, vicomte de Gourdon et de Gaiffier et seigneur de Cénevières.

Armes de Géraud de Gourdon en 1096 (première croisade)
(Salle des Croisades, à Versailles. - Abbé Gary: Le château et les seigneurs de Cénevières, page 35. - Généalogie dite du Saint-Esprit. - Papiers Lacabane, page 424. - Documents et généalogie aux Archives du Lot: Folio 427 à 433)
Sources: L. Saint-Marty. Histoire populaire du Quercy. Des origines à 1800. Cahors 1920

Gourdon (Géraud de)
Bertrand de Gourdon, chevalier, portait en 1225:
Parti: au 1, coticé d'or et de gueules de vingt-deux pièces; au 2, d'azur, à trois étoiles à huit rais, mises en pal.
Cénevières: Département: Lot, Arrondissement: Cahors, Canton: Limogne-en-Quercy â?? 46
M. L'Abbé Migne. Dictionnaire de numismatique et de sigillographies religieuses. Paris 1852
Top

 
97 Garnier comte de Gray 1e Croisade
Blason de Garnier comte de GrayComte de Gray en Franche-Comté, et cousin de Godefroy de Bouillon, mourut, quelques jours après lui, à Jérusalem. Le P. Goussencourt lui donne pour armes: de sable, au chef d'argent.
Top

 
42 Gaston IV vicomte de Béarn 1e Croisade
Blason de Gaston IV vicomte de Béarnvicomte de Béarn, se signala avec Tancrède de Hauteville à la prise de Jérusalem par un trait d'humanité. Attendris par les prières et les cris des musulmans qui s'étaient réfugiés dans le temple de Salomon, ils leur accordèrent la vie et les recueillirent à l'abri de leurs bannières. Armes: d'or, à deux vaches de gueules, accolées, accornées et clarinées d'azur.
Top

 
128 Gaucher Ier de Châtillon 1e Croisade
Blason de Gaucher Ier de ChâtillonGaucher Ier de Châtillon, prit la croix au concile de Clermont en 1095. Gaucher II, son petit-fils, périt dans les montagnes de Laodicée, à la croisade de Louis-le-Jeune. Plusieurs autres seigneurs de Châtillon firent le voyage de la Palestine. Armes: de gueules, à trois pals de vair, au chef d'or.
Top

 
164 Gaudemar Charpinel (1096) 1e Croisade
Blason de Gaudemar Charpinel (1096)Gaudernar Charpinel était seigneur pour partie de Dargoire en Lyonnais. Adon de Riverie, qui s'était emparé de l'église, du presbytère et du cimetière de Saint-Maurice et les détenait à titre d'alleux, les avait donnés en fief à Gaudemar Charpinel et à son frère Ponce Bérard. Mais une charte, à laquelle Auguste Bernard assigne la date de 1090, et qui doit être contemporaine de la première croisade, nous apprend qu'Adon, touché de repentir, rendit ce sanctuaire avec ses dépendances aux moines du prieuré de Mornant, ses anciens possesseurs. Gaudemar Charpinel et son frère Ponce Bérard approuvèrent cette donation et renoncèrent à toute prétention sur les biens restitués aux religieux. Beaucoup d'injustices furent réparées ainsi au moment du départ des seigneurs féodaux pour la Terre-Sainte.
Fascé d'or et d'azur, blason créé.

Gaudemar Charpinel fit partie du corps d'armée du comte de Saint-Gilles, et se distingua par sa vaillance dans tout le cours de la première croisade. Après la conquête de Jérusalem, loin d'imiter ses compagnons d'armes qui revinrent pour la plupart en Europe, il demeura en Terre-Sainte pour combattre les infidèles. Aussi, après la prise de Cayphas (1100), Godefroy de Bouillon lui remit cette ville en fief, pour le récompenser de ses services. Gaudemar Charpinel essaya de s'y établir et de s'y fortifier. Mais Tancrède, qui avait déjà auparavant essayé, à plusieurs reprises, de s'emparer de cette place, la fit occuper par ses troupes et en chassa Charpinel qui se retira au château de Saint-Abraham, situé dans les montagnes, du côté de la mer Morte.

Après la mort de Godefroy, ce chevalier réclama, devant la haute cour du roi Baudoin, la saisine de son fief, disant qu'il avait reçu Cayphas en don et de la main de Godefroy, comme la récompense de son service militaire, quam donoet ex manu ducis Godefridi suscepit, ac militari obsequio promeruit

Tancrède refusa d'abord de comparaître devant la haute cour; mais appelé, sur ces entrefaites, au gouvernement de la principauté d'Antioche, à cause de la captivité de Bohémond, dont il était l'héritier présomptif, il consentit enfin à remettre Cayphas à Gaudemar Charpinel, qui s'engagea à lui restituer cette place, s'il revenait dans le délai d'un an et trois mois. Mais Gaudemar périt, peu de temps après avoir recouvré ce fief, dans une rencontre avec les Sarrasins de Babylone (1101).

Les Charpinel possédèrent pendant plusieurs siècles la seigneurie de Dargoire. C'est ainsi qu'en 1215, Ponce Charnel en était encore coseigneur avec Artaud de Roussillon et Hugues de Talaru. Cette maison ancienne, fondue au XIVe siècle dans les Talaru, a donné deux chanoines-comtes à l'Eglise de Lyon: Guillaume en 1193 et le doyen Pierre Bérard en 1226 (1).
1. Le nom de Gaudemar Charpinel, chevalier de la première Croisade, a été singulièrement altéré par plusieurs historiens. Michaud l'appelle, on ne sait pourquoi, Guillaume le Charpentier (Histoire des Croisades, t. II, p. 21). Beugnot (Régime des terres, etc., page 29) transforme son nom en celui de Carbonnel, pour le rattacher a la famille normande de ce nom. Mais Gaudema Charpinel appartenait évidemment à une famille du Midi de la Fance, puisqu'il faisait partie du corps d'armée du comte de Toulouse. D'autre part, les historiens originaux des Croisades lui donnent tous le nom de Carpinel ou Carpenel. Enfin, la charte 835 de Savigny nous indique d'une manière précise qu'il était de la famille lyonnaise et forézienne de ce nom.
(Cartulaire de Savigny, charte 835. - Albert d'Aix, livre VII, chapitre 26, 43, 44, 45 et 64. - Livre de Jean Ibelin, chapitre CXVIII, p. 258. - Ducange, Les Familles d'Outre-mer, p. 263. - Beugnot, Régime des terres dans les principautés fondées en Syrie par les Francs, p. 29. - Peyré, Histoire de la première Croisade, II, 506, 510. - La Mure, I, 56, 348, 393. - Roger, La Noblesse de France aux Croisades, 171. - Guigue, Obituar Lugdunensis ecclesiae. 213. - Mazures de l'Isle-Barbe, 566. - Morel de Voleine et de Charpin, Archevêché de Lyon, 62, 87, 231.)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
136 Gauthier et Bernard, comtes de Saint-Valéry 1e Croisade
Blason de Gauthier et Bernard, comtes de Saint-ValéryGauthier et Bernard, comtes de Saint-Valéry, s'attachèrent à la fortune de Bohémond, prince d'Antioche, selon Orderic Vital. Armes: d'azur, fretté d'or, semé de fleurs de lis du même.
Top

 
146 Geoffroy de Saint-Savin 1e Croisade
Blason de Geoffroy de Saint-SavinEn 1096, Geoffroy de Saint-Savin et ses trois frères partent avec Godefroy de Bouillon.
(Histoire généalogique de la Maison de Brisav, I, 34)

Armes: D'azur à une fasce ondée d'argent, accompagnée de cinq fleurs de lys de même, 3 en chef et 2 en pointe.
Sources: Annuaire du Conseil Héraldique de France. Paris 1888
Top

 
92 Geoffroy III de Preuilly 1e Croisade
Blason de Geoffroy III de PreuillyComte de Vendôme, fut tué, en 1102, à la bataille de Ramla, selon la chronique de Guillaume de Tyr. Armes: d'argent, au chef de gueules, au lion d'azur brochant sur le tout.

Il a des démélés avec l'abbaye de la Trinité, conflit qui finit par causer son excommunication. En pénitence, il participe à la première Croisade. Il meurt en 1102, après avoir été fait prisonnier par les Arabes au siège d'Ascalon.
Top

 
101 Gilbert de Garlande 1e Croisade
Blason de Gilbert de GarlandeGilbert de Garlande, nommé à tort Gauthier, par Albert d'Aix et Guillaume de Tyr, se signala au siége de Nicée. Armes: d'or, à deux fasces de gueules.
Top

 
12 Godefroi de Bouillon - dit Godefroi IV de Boulogne (1061-1100) 1e Croisade
Blason de Godefroi de Bouillon - dit Godefroi IV de Boulogne (1061-1100)Godefroy de Bouillon, roi de Jérusalem. Duc de Basse-Lorraine, il fut un des chefs principaux de la première croisade: il fut élu par ses compagnons d'armes roi de Jérusalem, après la prise de cette ville, en 1099, et y mourut l'année suivante.

Les armoiries que nous lui attribuons ici ne sont point celles de la maison de Boulogne, dont Godefroy de Bouillon était issu; ce sont celles qui furent données au royaume de Jérusalem, en 1100, par le pape Pascal II.
Elles se blasonnent ainsi: d'argent, à la croix potencée et contre-potencée d'or, cantonnée de quatre croisettes de même.
Sources: Versailles, Salles des Croisades — CH. Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV

Godefroi de Bouillon
Godefroi de Bouillon (v. 1061-1100), aristocrate français, homme de guerre et l'un des principaux chefs de la première croisade. Il naquit à Baisy-Thy, près de Genappe, vers 1061. En 1082, il fut nommé duc de Basse-Lorraine par l'empereur Henri IV, pour lequel il avait guerroyé, et il fit de Bouillon, dans les Ardennes, sa capitale. En 1095, il fut, avec ses frères Baudoin et Eustache, l'un des premiers à se croiser et conduisit une armée de milliers de croisés venus de la Meuse et du Rhin. A son arrivée à Constantinople en décembre 1096, il refusa de prêter serment à l'Empereur byzantin Alexis Ier Comnène, s'estimant vassal du seul empereur germanique. En 1099, il participa au siège et à la prise de Jérusalem. Il se vit offrir le titre de roi de Jérusalem, mais il le refusa pour réserver les droits de l'église sur le nouvel état latin et préféra le titre « d'avoué du Saint-Sépulcre ». En août 1099, il défit à Ascalon (aujourd'hui Ashquelon, en Israël) les forces égyptiennes qui avaient mené une attaque sur Jérusalem.
Sources: Encyclopédie Encarta

Godefroi IV de Boulogne - dit Godefroi de Bouillon
Né à Baisy, près de Genappe, vers 1061-Jérusalem 1100; duc de Basse-Lorraine (1089-1095); avoué du Saint-Sépulcre (1099-1100).

Fils cadet d'Eustache, comte de Boulogne, et neveu, par sa mère, du duc de Basse-Lorraine Godefroi le Bossu, à qui il succéda indirectement en 1093, Godefroi de Bouillon prit la tête de l'une des branches de la première croisade, qui atteignit l'Orient par la voie danubienne. Apprécié pour sa dévotion et sa modestie, mais plus encore pour sa prestance, sa bravoure et sa force physique, il put user de son prestige pour modérer les rivalités et arbitrer les conflits nés du partage de la conquête. Il ne joua cependant aucun rôle décisif dans la direction des opérations, jusqu'à la prise de Jérusalem (15 juillet 1099), au cours de laquelle il se distingua en atteignant le premier le sommet de la muraille. Les barons francs préférèrent ce conciliateur sans ambitions, qui ne les inquiétait pas, à l'impétueux et intransigeant Raymond de Saint-Gilles, qui avait été désigné par le pape comme chef militaire de la croisade et avait joué un rôle de premier plan. Comme il avait refusé la couronne royale, ils lui offrirent le titre d'avoué du Saint-Sépulcre avec la charge de gérer cet état nouveau-né dont nul ne savait s'il était indépendant, sur le plan temporel, du Saint-Siège qui avait organisé la croisade. Sources: Encyclopédie Universalis
Top

 
134 Guérin de Rochemore 1e Croisade
Blason de Guérin de RochemoreGuérin de Rochemore, suivit Raymond de Saint-Gilles en Palestine, et fut tué au siège d'Archas, selon la chronique de Robert le moine. Armes: d'azur, à trois rocs d'échiquier d'argent.
Top

 
139 Guillaume de Briqueville 1e Croisade
Blason de Guillaume de BriquevilleGuillaume de Briqueville, chevalier normand, accompagna le duc Robert en Palestine, d'après les preuves de cour de la famille de Briqueville. Armes: pallé d'or et de gueules.
Top

 
154 Guillaume de Grandmesnil 1e Croisade
Blason de Guillaume de GrandmesnilGuillaume de Grandmesnil (1055-1060 - mort entre 1100 et 1114) est un baron normand de Calabre, membre de la famille Grandmesnil et lié à la Maison de Hauteville.
Guillaume: De Grandmesnil, époux de Mabille, fille de Robert Guiscard.

Natif du duché de Normandie, Guillaume de Grandmesnil est le second fils de Hugues, seigneur de Grandmesnil (mort 1098), l'un des compagnons de Guillaume le Conquérant à la bataille de Hastings (1066), et d'Adelise (mort 1091), fille du comte Yves de Beaumont. Il est également le neveu de Robert (mort 1089), abbé de Saint-Evroult puis de Santa Maria di Sant Eufemia en Calabre, dont la demi-soeur Judith d'Evreux (morte 1076) épousera en 1062, Roger de Hauteville, conquérant normand de la Sicile musulmane (1061-1091).

Guillaume de Grandmesnil
A la suite de la prise d'Antioche, pendant que les troupes de Ketboga investissaient la ville, un certain nombre de croisés, parmi lesquels se trouvaient Guillaume de Grandmesnil et Etienne de Blois, comte de Chartres, désespérant du salut de l'armée, s'enfuirent furtivement au port Saint-Siméon et, malgré les protestations de Guillaume de Vieux-Pont, seigneur de Courville, qui refusa de les suivre, ils gagnèrent par mer la côte d'Asie-Mineure, où ils rencontrèrent l'empereur Alexis et de nombreux croisés latins venant rejoindre l'armée franque.
Sources: E. REY - Revue de l'Orient Latin

Guillaume de Grandmesnil
De nombreux rapports annoncèrent bientôt à Antioche la retraite de l'Empereur. Cette nouvelle mit le comble aux maux de tout genre sous lesquels notre armée avait à gémir, et la précipita dans l'abîme du désespoir. Tous condamnèrent à jamais et eurent en horreur la mémoire du comte de Chartres: on chargea d'exécrations Guillaume de Grandmesnil et tous ceux qui avaient participé aux mêmes actes d'impiété; on invoqua contre eux la malédiction des feux éternels qui dévorent le traître Judas, puisque, non contents de se soustraire aux travaux et aux périls communs, ils avaient encore, par leurs artifices, privé le peuple de Dieu des secours que le Seigneur même semblait lui avoir préparés.
Sources: Guillaume de Tyr - Histoire des faits et gestes dans les régions d'outre-mer depuis le temps des successeurs de Mahomet jusqu'a l'an 1184.

Guillaume de Tyr - Chapitre X
Cependant Guillaume de Grandmesnil et ceux qui s'étaient enfuis avec lui arrivèrent à Alexandrette. Ils y trouvèrent Etienne, comte de Chartres et de Blois, dont l'armée et les princes attendaient le retour à chaque instant avec la plus vive impatience, et qui feignait toujours d'être malade. Ils lui racontèrent, tout ce qui se passait à Antioche; et, pour ne pas paraître eux-mêmes avoir abandonné leurs alliés sans motifs ou sur des prétextes frivoles, et comme des hommes timides, ils exagérèrent encore le tableau des malheurs publics. La situation de l'armée était terrible et n'avait nul terme de comparaison; ils trouvèrent moyen, dans leur relation étudiée, de la charger de plus sombres couleurs et de la représenter encore plus effrayante. Il ne leur fut pas difficile au surplus de faire croire au comte étienne tout ce qui pouvait augmenter ses craintes, puisque lui-même avait déjà déserté le camp et abandonné ses collègues, sous prétexte de maladie, mais dans le fait pour céder au même sentiment de frayeur. Après avoir tenu conseil à ce sujet, les transfuges se minent en mer sur les vaisseaux qui depuis longtemps étaient prêts à les recevoir; ils naviguèrent quelques jours et arrivèrent dans une ville maritime: là, ayant cherché à savoir en quel lieu se trouvait l'empereur en ce moment, ils reçurent d'abord des rapports différents les uns des autres; mais enfin ils apprirent d'une manière certaine que l'empereur, conduisant d'innombrables légions de Grecs et de Latins, avait dressé son camp près de la ville de Finimine et qu'il marchait vers Antioche, comme pour porter secours à nos armées, ainsi qu'il s' y était engagé par les traités. Sans compter les troupes qu'il avait levées chez toutes les nations, il avait encore avec lui environ quarante mille Latins. Ceux-ci étaient d'abord demeurés en arrière des autres légions et sur le territoire de l'empereur, soit que la pauvreté, les maladies, ou toute autre cause grave les eussent retenus; mais enfin, ayant repris leurs forces, animés par l'espoir que l'empereur serait au milieu d'eux, et se confiant aux troupes innombrables dont ils suivaient la marche, ils s'étaient remis en route avec le plus grand zèle, et se hâtaient de rejoindre ceux qui les avaient devancés. Le comte étienne, ayant appris ainsi le lieu de la résidence de l'empereur et sachant qu'il n'attendait que l'arrivée de nouvelles forces pour se porter en avant, prit avec lui tous ceux qui l'avaient accompagné, suivit des chemins raccourcis et dirigea sa marche en toute hâte vers l'armée impériale. Il fut accueilli assez bien par l'empereur, qui cependant lui témoigna son étonnement de le voir. L'empereur avait fait sa connaissance à Constantinople lorsqu'il y avait passé avec tous ses collègues, et s'était lié d'amitié avec lui; il s'informa avec empressement de la santé des princes et de l'état de l'armée, et demanda ensuite au comte par quels motifs il s'était séparé de l'expédition. étienne lui répondit en ces termes:

Guillaume de Tyr - Chapitre XI
« Empereur invincible, vos fidèles à qui votre Grandeur avait naguère accordé un passage dans ses états, et que vos largesses avaient enrichis, après avoir pris Nicée, se rendirent assez heureusement à Antioche, assiégèrent cette ville avec opiniâtreté pendant neuf mois entiers, protégés par la miséricorde divine, et s'en emparèrent enfin de vive force, à l'exception de la citadelle de la place, qui est située sur une montagne d'où elle domine toute la ville, et que sa position rend absolument inexpugnable. Ils crurent alors que tout était consommé et qu'ils avaient enfin échappé à tous les dangers; mais cette erreur fut la pire de toutes, et bientôt ils se trouvèrent en proie à des périls beaucoup plus grands. A peine le troisième jour était-il passé depuis l'occupation de la ville, que Corbogath, très puissant prince des Perses, arriva avec ses Orientaux dont le nombre ne saurait être compté, et vint investir la place de toutes parts. Il intercepte toutes les communications, s'oppose à l'entrée et à la sortie de la ville; les princes et le peuple entier sont affligés de tant de maux qu'il n'est plus possible de rien espérer pour leur salut. L'affluence des assiégeants est telle qu'il ne serait pas facile de les compter: pour tout dire, en un mot, leurs bataillons ont occupé les contrées environnantes comme des armées de sauterelles, et l'on dirait qu'il n'y a pas même assez de place pour déployer toutes les tentes. Cependant le froid, la famine, la chaleur, les combats, les massacres, ont tellement réduit la force de notre peuple qu'il a pu se renfermer tout entier dans la ville, et qu'il est presque hors d'état de pourvoir au soin de sa défense. Vous saurez aussi que les secours qui arrivaient par mer aux Chrétiens tant de votre Empire que des îles et des villes maritimes, leur ont été entièrement enlevés. Les Turcs ont envoyé un corps de troupes qui a occupé le pays situé entre Antioche et la mer: ils ont presque entièrement détruit la flotte; les matelots et les facteurs ont succombé sous leurs glaives, en sorte que les nôtres ont perdu par là tout moyen de commerce et tout espoir de recevoir des vivres et des secours. On dit que ce qui reste de subsistances dans la ville ne peut suffire à la nourriture de nos troupes pour un jour entier. Parvenus ainsi au comble de la misère, les Chrétiens ne trouvent pas même dans la ville un refuge assuré. Les Turcs montent souvent en secret vers la citadelle supérieure, et de là ils s'élancent jusqu'au milieu de la ville et livrent de fréquentes attaques dans les rues et sur les places publiques; de telle sorte que nos soldats n'ont pas moins à souffrir de ces combats intérieurs que des assauts qui leur viennent du dehors. Aussi les capitaines et les hommes nobles qui sont ici présents, et nous-mêmes, voyant que l'entreprise de nos alliés ne pouvait réussir, nous les avons invités à plusieurs reprises, et avec des sentiments fraternels, à pourvoir à leur sûreté, à renoncer à la poursuite d'un dessein qu'il est impossible d'accomplir et contre lequel la Providence s'est prononcée; mais, n'ayant pu les y déterminer, nous avons enfin pris soin de notre salut, pour ne pas nous trouver par notre imprudence enveloppés dans de semblables calamités. Et maintenant, si vous le jugez convenable, et si les illustres qui vous entourent sont du même avis, cessez de poursuivre de pareils projets, afin que les heureuses légions qui suivent vos pas échappent du moins aux mêmes périls. Il vaut mieux eh effet se retirer avec ses forces intactes devant cette multitude innombrable que l'Orient a rassemblée, sans tenter une entreprise impossible, que d'aller témérairement se livrer à de si grands hasards. Les hommes illustres qui sont en votre présence et qui ont eu part au même sort, vous attesteront la vérité de nos paroles; et Tanin, cet homme prudent et habile, que votre Grandeur avait envoyé à notre suite, aura pu vous rendre compte aussi des mêmes choses, puisque, connaissant les malheurs de nos armées, il s'est prudemment soustrait à tant de calamités, sans doute pour venir en informer Votre « Majesté Impériale ». Il y avait alors dans l'armée de l'empereur un nommé Gui, frère du seigneur Boémond, qui devint presque fou en entendant le récit du comte de Blois, et déplora amèrement les infortunes de son frère et de ses amis. D'abord il voulut contredire les rapports du comte, et lui reprocha d'avoir cédé à un sentiment de crainte, en abandonnant imprudemment une réunion de princes si illustres; mais Guillaume de Grandmesnil, qui avait épousé la sœur de Boémond, homme illustre selon la chair, et non selon les oeuvres, parvint enfin à le calmer.
Sources: Guillaume de Tyr - Histoire des faits et gestes dans les régions d'outre-mer depuis le temps des successeurs de Mahomet jusqu'a l'an 1184.
Top

 
187 Guillaume de Montrond (1140) 1e Croisade
Blason de Guillaume de Montrond (1140)Guillaume de Montrond ou de Montrotier (Monterotrudo), possédait dans la paroisse d'Amplepuis, avec son frère Pierre, le quart des dîmes du lieu de Savonière. A l'exemple de sa mère Ameline, il fit don de ces dîmes à l'abbaye de Savigny, au moment de son départ pour Jérusalem, et il reçut en retour de Hugues Rainier, cellérier de cette abbaye, une somme de 40 sous de la plus forte monnaie, pour lui aider à faire son voyage.
(Cartulaire de Savigny, charte 941. - Aubret, I, 326)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
105 Guillaume de Sabran 1e Croisade
Blason de Guillaume de SabranGuillaume de Sabran, était un des soixante chevaliers qui, au siége d'Antioche, défendirent un pont contre toute une armée de Sarrazins. Sa maison, aujourd'hui ducale, porte: de gueules, au lion d'or.
Top

 
170 Guillaume et Jean de Mauvoisin (1096) 1e Croisade
Blason de Guillaume et Jean de Mauvoisin (1096)Plusieurs chevaliers du nom de Mauvoisin ont pris part aux diverses croisades. Ce sont:
1º Guillaume de Mauvoisin, dont la présence à la première croisade nous est révélée par un manuscrit de la Bibliothèque nationale;
2º Jean de Mauvoisin, qui fut de la même expédition;
3º Robert de Mauvoisin, souvent cité par Villehardouin, parmi les seigneurs de France qui allèrent, en 1202, à la conquête, de Constantinople et qui, plus tard, prit part à la croisade des Albigeois;
4º Guy ou Guyon de Mauvoisin, qui accompagna saint Louis en Egypte, en 1248.

Ces deux derniers appartenaient à l'ancienne famille du Vexin, qui possédait notamment la terre de Rosny, près de Mantes. Mais Guillaume et Jean de Mauvoisin pourraient bien être de la famille forézienne du même nom, qui joua, au moyen-âge, un si grand rôle dans notre province, où elle apparaît, dès le commencement du XIe siècle, dans la personne de Pierre de Mauvoisin, témoin dans la charte de donation du prieuré de Randans, près de Feurs, à l'abbaye de Savigny (vers l'an 1000). Il paraît incontestable, du moins, que les deux familles avaient une origine commune, qui nous est révélée par la ressemblance de leurs armoiries.

En effet, les Mauvoisin, seigneurs de Rosny, portaient:
D'or, à deux fasces de gueules, et les Mauvoisin, seigneurs de Chevrières en Forez et de Rébé en Beaujolais, les armes qui figurent en tête de cet article: D'or, à la fasce ondée de gueules.
(Roger, 182, 232, 313. - Cartulaire de Savigny, chate 124. - Villehardouin. - Joinville. - Galeries de Versailles, I, 435)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
109 Guillaume Ier, vicomte de Melun 1e Croisade
Blason de Guillaume Ier, vicomte de MelunGuillaume Ier, vicomte de Melun, dit le Charpentier, à cause de sa force, parent par les femmes de Hugues de France, comte de Vermandois, l'accompagna en Palestine. Il portait: d'azur, à sept besants d'or, posés 3, 3 et 1, au chef d'or.
Top

 
118 Guillaume III, comte de Lyonnais et de Forez 1e Croisade
Blason de Guillaume III, comte de Lyonnais et de ForezGuillaume III, comte de Lyonnais et de Forez, fut tué au siége de Nicée en 1097. Sa soeur porta son comté dans la maison d'Albon. Armes: d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
Top

 
33 Guillaume IX 1e Croisade
Blason de Guillaume IXduc de Guyenne et de Poitiers, après avoir refusé de prendre la croix en 1096 et avoir scandalisé l'Occident par ses honteux désordres, résolut de les expier, et partit en 1101, pour la Terre-Sainte. Les ducs de Guyenne portaient: de gueules, au léopard d'or, armé et lampassé de gueules. La réunion de ces armes et de celles du duché de Normandie ( voyez n. 4) composa plus tard l'écu des rois d'Angleterre: de gueules, à trois léopards d'or.
Top

 
182 Guillaume le Chauve (vers 1121) 1e Croisade
Blason de Guillaume le Chauve (vers 1121)Guillaume le Chauve fit le pèlerinage de la Terre-Sainte avec Ponce Palatin qui précède. Une charte, de l'an 1090, le désigne comme fils de Girin le Chauve et frère de Girin le Chauve, chanoine de l'église de Lyon. Une autre, comme possesseur du château de Donzy avec son frère Artaud (1121).
D... à l'aigle de...

Au moment de sa mort, Guillaume le Chauve restitua au prieuré de Sait en Donzy, avec ses fils Girin et Roland, les droits qu'il exerçait injustement sur le village de ce nom. Il donna, en même temps, aux religieux de Salt ce qu'il possédait à la Bardine et aux Chavannes, ainsi que le curtil de Guigue d'Azolette, à Saint-Barthélemy-Lestra.

La famille des Chauve porta aussi le nom de Salt où elle avait établi sa principale résidence. Guillaume le Chauve était donc, suivant toute vraisemblance, un descendant de Roland de Salt cité plus haut (nº 2). Les Chauve possédèrent une foule de fiefs dans le Forez et le Lyonnais, notamment le Palais, Randans, Donzy, la Vaurette (Cottance), Chamousset, etc. Cette famille a donné aussi deux chanoines à l'église de Lyon.
(Cartulaire de Savigny, charte 829, 906, 921, 924. - Aubret, I, 304, 309. - De La Mure, III, 11)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
94 Guillaume Taillefer comte d'Angoulême 1e Croisade
Blason de Guillaume Taillefer comte d'AngoulêmeComte d'Angoulême, mourut au retour de la première croisade en traversant l'Allemagne. Armes: losangé d'or et de gueules.

Top

 
131 Guillaume V, seigneur de Montpellier 1e Croisade
Blason de Guillaume V, seigneur de MontpellierGuillaume V, seigneur de Montpellier, donna tous ses biens à l'église de Maguelonne avant de partir pour la Terre-Sainte. D. Vaissète raconte ses nombreux exploits contre les Sarrazins, et lui donna pour armes, d'après d'anciens sceaux: d'argent, au tourteau de gueules.
Top

 
110 Guy de Thiern, comte de Châlons-sur-Saône 1e Croisade
Blason de Guy de Thiern, comte de Châlons-sur-SaôneGuy de Thiern, comte de Châlons-sur-Saône, dont il avait hérité de sa mère, partit pour la croisade en 1096. Son petit-fils, Guillaume II, comte de Châlons, suivit Philippe-Auguste en Terre-Sainte. Armes: de gueules, à la bande d'or.
Top

 
126 Guy III, sire de Laval 1e Croisade
Blason de Guy III, sire de Lavalsire de Laval, avec cinq de ses frères, suivit à la croisade Alain Fergent, duc de Bretagne. A son retour il passa par Rome, où le pape Pascal II ordonna que le nom de Guy, illustré par ses exploits, serait héréditairement transmis de mâle en mâle par ordre de primogéniture. Philippe Ier, roi de France, confirma ce privilège. Cette maison s'éteignit dans une branche de celle de Montmorency au XIIIe siècle. Armes: de gueules, au léopard d'or.

Guy III de Laval
Les cinq fils de Guy III, sire de Laval, partent en 1097 pour la Palestine, d'où ne doit revenir que l'aîné. (Cabinet historique XIX, Catalogue page 67)
Sources: Annuaire du Conseil Héraldique de France. Paris 1888
Top

 
123 Héracle, comte de Polignac 1e Croisade
Blason de Héracle, comte de PolignacHéracle, comte de Polignac, portait le grand étendard de l'église à la première croisade, et fut tué devant Antioche en 1098. Sa maison s'étant éteinte au XIVe siècle, celle de Chalençon lui fut substituée. Armes: fascé d'argent et de gueules.
Top

 
38 Henri Ier comte d'Eu 1e Croisade
Blason de Henri Ier comte d'Eucomte d'Eu, d'une branche bâtarde des anciens ducs de Normandie, prit la croix en 1096. Le P. Anselme donne aux comtes d'Eu pour armes: d'azur, semé de billettes d'or, au lion du même.
Top

 
112 Host, seigneur de Roure 1e Croisade
Blason de Host, seigneur de RoureHost, seigneur de Roure, ancienne baronnie du Gévaudan, accompagna Raymond de Saint-Gilles, et fut tué à la bataille de Ramla en 1102, selon le récit d'Albert d'Aix. Armes: d'azur, au chêne d'or, à trois racines et quatre branches passées en sautoir et églantées du même.
Top

 
113 Houdetot, Jean et Colard 1e Croisade
Blason de Houdetot, Jean et ColardJean et Colard et Houdetot, suivirent Robert, duc de Normandie, à la conquête de la Terre-Sainte. Jean, seigneur de Houdetot, avait déjà fait le pèlerinage de Jérusalem en 1034, avec Robert-le-Magnifique. L'ancienne maison de Houdetot portait: d'or, à six porcs de sable.
Top

 
180 Hugues de Bully (vers 1121) 1e Croisade
Blason de Hugues de Bully (vers 1121)Hugues de Bully, frère du précédent, approuva avec ce dernier la donation faite par leur père, Itier de Bully, à l'abbaye de Savigny. Hugues de Bully mourut aussi à Jérusalem.
(Cartulaire de Savigny, charte 903)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
28 Hugues de France 1e Croisade
Blason de Hugues de FranceHugues de France, surnommé « le Grand », comte de Vermandois. Frère de Philippe Ier, roi de France, après s'être distingué dans la première croisade par des exploits qui lui méritèrent le surnom de Grand, il revint dans sa patrie avec les débris de sa chevalerie échappés aux maladies et aux coups des infidèles.
Mais, au bout d'une année, la même ardeur qui l'avait enrôlé au concile de Clermont sous la bannière de la croix lui fit reprendre le chemin de la Terre-Sainte et il alla y mourir en héros.
Il succomba à de nombreuses blessures qu'il avait reçues en combattant, le 18 octobre 1102, à Tarse, en Cilicie.

Le père Anselme donne pour armes aux comtes de Vermandois de la maison de France: « échiqueté d'or et d'azur, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or. »
Sources: Versailles, Salles des Croisades — CH. Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV


Hugues de France (fils Du Roi Henri Ier), Comte De Vermandois dit « le Grand » et le Maisné (1057 - Tarse 1101 ou 1102) - Croisé En 1095.

Le premier seigneur ayant franchi la mer était le frère de Philippe Ier roi de France, Hugues le Grand, comte de Vermandois, il fut aussi le premier qui arriva à Constantinople.

Nous ne savons pas exactement l'époque à laquelle il quitta la France; tout porte à croire que ce fut vers la mi-août. Il prit la route d'Italie et, par Rome, gagna Bari, où il s'embarqua. Par une lettre pleine de hauteur il avait avisé le basileus de son arrivée, demanda qu'on le reçoive avec les honneurs dus à son rang. Alexis rempli de méfiance et qui, de plus, ignorait quelles forces le comte de Vermandois amenait avec lui, ordonna à son neveu, Jean Comnène, gouverneur de Durazzo, de surveiller le littoral dalmate, tandis que la flotte de Nicolas Mavrokatakalon croisait au large afin d'éviter un débarquement secret. Hugues, avec magnificence, se fit annoncer par une ambassade de 24 chevaliers, qui accrut encore la méfiance dont il était l'objet; mais son arrivée n'eut rien de grandiose car, ayant perdu une grande partie de ses vaisseaux au cours d'une tempête, il débarqua presque seul entre Durazzo et le cap Palli. Un des postes qui patrouillaient la côte le mena à Durazzo, où Jean Comnène le reçut avec honneur et le garda jusqu'à ce que l'empereur eut envoyé Boutoumitès pour le chercher et le ramener à Constantinople. Aux yeux d'Alexis, Hugues était un otage important dont il convenait de s'assurer.

Avec Philippopoli, le comte de Vermandois se rendit à Constantinople, où il dut arriver en novembre. Alexis le reçut très bien, et lui remit une grosse somme d'argent. Rien ne permet de croire que les reports de l'empereur et du prince français aient été mauvais, au contraire Hugues semble avoir prêté sans difficulté le serment de fidélité et être resté volontiers à la cour impériale. Nous allons le voir par la suite et suivant l'arrivée des armées des barons servir d'intermédiaire entre Alexis et le duc de Lorraine, première armée arrivé à Constantinople.
Sources: Histoire de la première croisade — Foulcher de Chartres
Top

 
48 Hugues de Payens 1e Croisade
Blason de Hugues de Payenspremier grand-maître de l'ordre du Temple. Il avait fondé, avec huit autres chevaliers, une confrérie militaire pour la défense des saints lieux et la protection des pèlerins. Ils prirent le nom de Templiers, du temple de Salomon, près duquel ils s'étaient établis. Honorius en fit un ordre régulier, dont le concile de Troyes confirma l'institution en 1128. Les armes du Temple, qu'on donne ici à son fondateur, étaient: d'argent, à la croix patée et alaisée de gueules.
Top

 
178 Hugues de Payens (1118-1136) 1e Croisade
Blason de Hugues de Payens (1118-1136)Hugues de Payen ou Payan (Pagani) fut le premier grand maître de l'ordre des Templiers, qu'il fonda avec huit autres chevaliers, et qui prit son nom de son établissement dans le voisinage du temple de Salomon (1118). Hugues de Payen se rendit à Rome, avec Geoffroy de Saint-Aldemar, l'un de ses compagnons, pour demander au pape Honorius III une règle et le titre d'ordre religieux. Cette règle leur fut donnée par saint Bernard, et la nouvelle institution fut confirmée, en 1128, par le concile de Troyes, sous le nom de l'ordre des Pauvres soldats du Temple de Salomon.

Hugues de Payen revint en Palestine, en 1130, et mourut en 1136. Quelques historiens ont avancé qu'il était originaire de la Champagne. Mais les derniers travaux historiques ont démontré que la famille du fondateur de l'ordre des Templiers appartenait à la Haute Provence. C'est de là qu'elle vint s'établir, dès le XIIe siècle, dans le Forez, où elle posséda la seigneurie d'Argental, et, au siècle suivant, celles de Meys, Miribel, Cuzieu, Kervieu et Grézieu-le-Fromental (l).

1. D'après Sonyer du Lac, Hugues de Payen, était fils de Willelme de Payen, seigneur de Miribel, Meys et Cuzieu en Forez et frère d'Arthaud de Payen, qui épousa Béatrix d'Argental, fille unique et héritière d'Adhémar d'Argental. (Observations sur l'état ancien et actuel des Tribunaux de justice de la province de Forez, 1781, p. 55)

Cette biographie est une hypothèse, basée sur des travaux qui n'ont plus cours
(Galeries de Versailles, I, 117. - Roger, 185. - Annuaire de la Société de l'histoire de France, 1845, 173. - Revue du Lyonnais, 3e série, I, 382. - Aug. Bernard, Histoire du Forez, 1, 173. - Marquis de Villeneuve-Trans. Histoire de saint Louis, II, 558).
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
194 Hugues de Raimond 1e Croisade
Blason de Hugues de RaimondHugues de Raimond, l'un des vassaux de l'illustre et puissante maison d'Adhémar de Grignan en Dauphiné, reçut, le 21 septembre 1099, de Giraud et Giraudet Adhémar, frères, seigneurs de Monteil et de Grignan, le fief de la Combe du Fesc, à titre de récompense des services qu'il avait rendus dans la première croisade, en 1096, sous Raimond de Saint-Gilles, comte de Toulouse.

Hugues de Raimond fut la souche d'une nombreuse et illustre postérité, qui, depuis 1200 jusqu'à la fin du dix-septième siècle, porta le surnom de Chantemerle, dont elle rendait hommage à la maison d'Adhémar, branche de Grignan, et qui avait adopté pour armoiries: De gueules à trois croissants d'argent, surmontés chacun d'une molette d'éperon d'or.
Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, Volume 6. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles. 1826
Top

 
119 Hugues de Saint-Omer 1e Croisade
Blason de Hugues de Saint-OmerHugues de Saint-Omer, s'établit en Terre-Sainte après la prise de Jérusalem, et eut en partage la seigneurie de Tibériade. Guillaume de Tyr raconte qu'il remporta en 1102 une victoire sur les Sarrazins bien supérieurs en nombre, mais il y reçut une blessure dont il mourut. Armes, selon le P. Goussencourt: d'azur, à la fasce d'or.
Top

 
142 Hugues, comte de Saint-Pol 1e Croisade
Blason de Hugues, comte de Saint-PolHugues, comte de Saint-Pol, dit l'Ancien, et son fils Enguerrand se distinguèrent au siége d'Antioche. Enguerrand mourut de la peste au siége de Marrash. Ils étaient de la première maison des comtes de Saint-Pol, appelés Champs-d'Avesne, qui portaient: d'azur, à la gerbe d'avoine d'or.
Top

 
121 Hugues du Puy 1e Croisade
Blason de Hugues du PuyHugues du Puy, chevalier dauphinois, partit pour la conquête de la Terre-Sainte avec ses trois fils. Rodolphe, l'aîné, périt au combat de la vallée de Ran; Romain mourut en possession des fiefs qu'il tenait de Godefroy de Bouillon; Raymond du Puy fut le premier grand-maître de Saint-Jean de Jérusalem. Armes: d'or, au lion de gueules, armé et lampassé d'azur.
Top

 
43 Hugues VI sire de Lusignan 1e Croisade
Blason de Hugues VI sire de Lusignandit le Diable, sire de Lusignan, fut tué à la bataille de Ramla le 26 mai 1102, selon Foulcher de Chartres. Armes primitives de la maison de Lusignan: burelé d'argent et d'azur.
Top

 
173 Hugues, archevêque de Lyon (1101-1106) 1e Croisade
Blason de Hugues, archevêque de Lyon (1101-1106)Hugues, successeur de saint Jubin sur le siège archiépiscopal de Lyon (1084), avait été d'abord abbé de Saint-Marcel, près de Chalon-sur-Saône, puis évêque de Die, en 1073. Grégoire VII, qui l'avait en profonde estime, le fit son légat pour toute la Gaule, fonctions qui lui furent confirmées, avec le titre de primat des Gaules, par une bulle du pape Urbain II, datée de Clermont (1095). Hugues fit le pèlerinage de la Terre-Sainte, en 1101. Le 13 mars de cette même année, au moment de son départ pour Jérusalem, il fit don de l'église de Feurs à l'abbaye de Savigny, l'utilité de son église, et pour s'assurer un heureux voyage (tracturus de utilitate ecclesiae suae et de suo itinere). Vers la même époque, il confirma aussi au même monastère l'église de Saint-Polycarpe de Bully.

A son passage à Rome, le pape le nomma son légat en Asie. Après quelques années de séjour à Jérusalem, Hugues revenait de son pèlerinage, pour assister au concile que venait de convoquer le pape Pascal II, quand il mourut le 5 novembre 1106, suivant les uns, à Famagouste, dans l'Ile de Chypre, et suivant les autres, à Suse, dans les Alpes.
(Cartulaire de Savigny, charte 819. - De La Mure, Histoire ecclésiastique du diocèse de Lyon, 157, 392. - Histoire des ducs de Bourbon, 118. - Gallia christiana, IV, 107. - Aubret, I, 267, 283, 286. - Obituarium Lugdunensis ecclesioe, 128, 244. - Morel de Voleine et de Charpin, Archevêque de Lyon, 34, 247)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
184 Humbert de Marzé (1137) 1e Croisade
Blason de Humbert de Marzé (1137)Au moment de son départ pour la Terre-Sainte, Humbert de Marzé, frère du précédent, donna à l'abbaye de Savigny les trois quarts des terres et des serfs qui lui appartenaient au lieu d'Apinost, et dont le surplus avait été cédé au même monastère par son frère Bernard, en retour de la somme de 14 marcs et demi d'argent qui fut payée aux deux frères par l'abbé Pons. Mais à la différence de son frère, Humbert ne fit aucune réserve pour les serfs qui devaient être partagés entre les religieux et Bernard de Marzé, au cas où ce dernier reviendrait sain et sauf de la croisade.
(Cartulaire de Savigny, charte 937. - Aubret, I, 312)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
103 Ithier II seigneur de Tocy 1e Croisade
Blason de Ithier II seigneur de TocyIthier II seigneur de Tocy, mourut en Palestine en 1097. Plusieurs membres de sa famille figurèrent aussi aux croisades. Armes: de gueules, à trois pals de vair, au chef d'or, chargé de quatre merlettes.
Top

 
162 Jean de Foudras (1096) 1e Croisade
Blason de Jean de Foudras (1096)Jean de Foudras, fils de Philippe de Foudras, chevalier, seigneur d'Estieugue (Cours), en Beaujolais et d'Etiennette de la Guiche, se croisa au concile de Clermont (novembre 1095). Pour subvenir aux frais de son voyage en Terre-Sainte, il vendit, avant son départ, en se réservant le droit de rachat, sa part de la seigneurie d'Estieugue, à sa soeur Béatrix, épouse de N. d'Amanzé.
Fascé d'argent et d'azur, blason créé.

Jean de Foudras mourut dans l'Anatolie, des suites de blessures.
(Archives de la maison de Fondras; note communiquée par M. Mulsant, bibliothécaire de la ville de Lyon)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
165 Jean de Harenc (1096) 1e Croisade
Blason de Jean de Harenc (1096)Suivant M. D'Assier de Valenches, Jean de Harenc ou ses successeurs auraient fait construire la forteresse de Harenc près d'Antioche. Mais cette forteresse, qui joue un grand rôle dans les opérations du siège de cette dernière ville par l'armée chrétienne, en 1098, existait déjà sous le nom de Hareng ou Hareg, au moment de l'arrivée des Croisés en Syrie. D'un autre côté, Jean de Harenc n'a pu lui emprunter son nom, car la famille de Harenc apparaît dans nos cartulaires dès le commencement du XIe siècle.
D'azur, à trois croissants mis en bande d'or. Blason non créé

Ce qui a pu induire le savant auteur, cité plus haut, en erreur, c'est que Jean de Harenc, chevalier de la première Croisade, s'établit effectivement dans la Palestine, où il possédait, dans la baronnie d'Acre, un fief pour lequel il était tenu au service militaire envers le roi de Jérusalem, auquel il devait fournir deux chevaliers. L'une de ses descendantes, Sibylle de Harenc, devint, en 1180, l'épouse de Bohémond III, prince d'Antioche, après que ce dernier eût répudié Théodora, nièce de l'empereur Manuel Comnène; ce prince la répudia, plus tard, à son tour, quoiqu'elle lui eût donné deux enfants.

A leur retour de la Terre-Sainte, les Harenc se fixèrent dans le Forez, à la Condamine, près de Bourg-Argental, dont ils prirent le nom. Leur dernière héritière épousa, en 1340, Josserand de la Roue, damoiseau, dont les descendants ont porté le nom et les armes des Harenc de la Condamine jusqu'en 1866, que cette maison, établie à Ampuis, en Lyonnais, s'est éteinte, dans la personne du marquis d'Harenc de la Condamine, mort sans postérité.
(Peyré, Histoire de la première Croisade, I, 403, 457, II, 10, 12. - Michaud, Histoire des Croisades, I. Pièces justificatives. Eclaircissements sur les Assises de Jérusalem. - Roger, 64, 178. - Père Anselme, Histoire des grands officiers de la Couronne, II, 592. - D'Assier de Valenches, Noblesse bailliagère du Forez, 62)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
44 Josselin de Courtenay 1e Croisade
Blason de Josselin de Courtenaypassa en Terre-Sainte l'an 1101 avec étienne, comte de Blois, et reçut des rois de Jérusalem la seigneurie de Tibériade en 1115, le comté d'édesse en 1120. Armes: d'or, à trois tourteaux de gueules.
Top

 
37 Louis comte de Bar 1e Croisade
Blason de Louis comte de Barfils de Thierry Ier, comte de Bar, fit, en 1096, le voyage de la Terre-Sainte, où Albert d'Aix raconte qu'il se distingua par sa valeur. Armes: d'azur, semé de croix d'or recroisettées et fichées; à deux bars d'or adossés.
Top

 
116 Montlaur, Pons et Bertrand 1e Croisade
Blason de Montlaur, Pons et BertrandPons et Bertrand de Montlaur, sont cités par D. Vaissète comme s'étant croisés en 1096. Un ancien armorial, manuscrit, de la Bibliothèque royale, donne leurs armes: d'or, au lion de vair.
Top

 
176 Philippe de Montdor (1106) 1e Croisade
Blason de Philippe de Montdor (1106)Quand Bohémond, prince d'Antioche, vint en France, au mois de mars 1106, pour solliciter des secours en faveur des chrétiens de l'Orient, l'un des chevaliers qui le suivirent à la croisade, fut Philippe de Montdor, l'un des plus anciens représentants connus de la famille chevaleresque de ce nom.

L'origine des Montdor remonte à une époque si reculée qu'on les a rattachés au fameux paladin Roland, dont ils se flattaient de posséder le cor. Suivant Le Laboureur, l'archevêque de Lyon, Aluvala, mort en 895, appartenait à la famille de Montdor, qui a fourni aussi deux chanoines comtes à l'église métropolitaine, en 1193 et 1514. Ses diverses branches ont possédé les seigneuries de Collonges, Hoirieux, Rontalon et Châteauvieux dans le Lyonnais, et celle de Chambost dans le Beaujolais. L'une de ces branches est encore représentée à la Guadeloupe.
(Symphorien Guyon, Histoire de l'église et diocèse, ville et université d'Orléans, 1e partie, 355. - Lachesnaye des Bois, X, 303. - Morel de Voleine et de Charpin, Archevêque de Lyon. 18. - Mazures de l'Isle-Barbe, 448)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
140 Philippe de Montgommery 1e Croisade
Blason de Philippe de MontgommeryPhilippe de Montgommery, nous dit Orderic Vital, mourut à Antioche en 1098. La généalogie de cette famille mentionne que Guillaume et Guy de Montgommery se croisèrent avec Louis-le-Jeune en 1147. Ils portaient: d'azur, au lion d'or. armé et lampassé d'argent.
Top

 
91 Philippe le Grammairien 1e Croisade
Blason de Philippe le GrammairienComte d'Alençon, de la maison de Belesme, mourut au siége d'Antioche. Armes: d'argent, à trois chevrons de gueules. (ce blason est copie sur celui de la commune de Chambellay).
Top

 
133 Pierre, vicomte de Castillon 1e Croisade
Blason de Pierre, vicomte de CastillonPierre, vicomte de Castillon, fut l'un des soixante chevaliers qui, au siége d'Antioche, défendirent un pont contre toute l'armée des infidèles, et l'un des quatorze chevaliers qui enlevèrent un troupeau escorté par soixante Sarrazins. La maison de Castillon, long-temps souveraine en Guienne, conserva pour devise le cri de la guerre sainte Dieu lo volt, et pour armes: de gueules, au château d'argent, sommé de trois tours donjonnées et crénelées du même.
Top

 
177 Pierre de Réotier (de 1107 à 1116) 1e Croisade
Blason de Pierre de Réotier (de 1107 à 1116)Une charte, qui se place entre l'année 1107 et 1116, nous apprend que Pierre de Réotier (cognomine Reortherius), chevalier, voulant se rendre à Jérusalem (Jherosolimam volens ire), vint à Lyon, sur le conseil de son archiprètre Ponce, et fit donation à l'évêque Gaucerand des dîmes qu'il possédait à Crespol (Crespo) et à Mépieu (Maipeo), ainsi que du presbytère de ces deux paroisses (1). Il rendit pareillement à l'église de Saint-Just de Lyon les dîmes de Vercieu (Vertiaco), dont il s'était emparé au préjudice de cette église (2).
La situation des biens restitués dans cette charte ne permet guère de supposer que le donateur devait son surnom au village de Riottier dans la Dombes. Il est plus vraisemblable qu'il avait pu l'emprunter au bourg de Réotier, près d'Embrun.

1. Crespol, canton de Romans (Drôme) - Mépieu, prêt de Faverges, canton de Morestel (Isère).
2. Vercieu, canton de Morestel (Isère).
(Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, 18e année, tome III, 373. - Monfalcon, Monumenta Historioe Lugdunensis, II, 388. - Delandine, Cartulaire, des Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, III, 169)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
137 Pierre et Pons de Capdeuil 1e Croisade
Blason de Pierre et Pons de CapdeuilPierre et Pons de Capdeuil, chevaliers du Vélay. D. Vaissète cite Pierre et Pons de Fay comme s'étant croisés en 1096; mais, d'après les preuves de cour de la maison de Fay-Latour-Maubourg, son nom primitif étant celui de Capdeuil, on l'a rendu aux deux chevaliers mentionnés par l'historien du Languedoc.

Pons de Capdeuil, célèbre troubadour, engagea par ses chants les seigneurs du Midi à prendre la croix avec Philippe-Auguste en 1190. Armes de Latour-Maubourg: de gueules, à la bande d'or, chargée d'une fouine passante d'azur.
Top

 
171 Pierre et Pons de Salemard (1096) 1e Croisade
Blason de Pierre et Pons de Salemard (1096)D'après une notice inédite sur la ville de Néronde en Forez, lue, en 1783, à l'Académie de Lyon, par Delandine, Pierre et Pons de Balemard, seigneurs de la Fay, près de Néronde, accompagnèrent Guillaume, comte de Forez, à la première croisade, dans le corps d'armée de Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse. L'auteur nous laisse ignorer sur quels documents il s'est appuyé. Mais il est bien certain, du moins, que la famille des Salemard remonte à cette époque reculée. Le nom d'Etienne de Salemard figure, en effet, dans deux chartes de l'an 1090.
Coupé d'argent et de sable, à une bande dentelée de l'une en l'autre, blason non créé.

On place le berceau des Salemard près de Néronde, dans l'ancien manoir de la Salle ou la Celle, appelé Aula dans les chartes du moyen-âge. Suivant une ancienne tradition, le premier possesseur de cette terre salique portait le nom de Marc. De là, le nom de Salle de Marc, et par contraction, de Sallemarc, aurait été donné à ce domaine, et serait devenu plus tard le nom féodal de l'ancienne famille des Salemard.

Quoi qu'il en soit de cette tradition, qui semblerait confirmée par la forme primitive de son nom dans les cartulaires (Salemarc), la maison de Salemard, dont on possède la filiation suivie, depuis le XIIIe siècle, joue un rôle important dans l'histoire du Forez. Indépendamment de la terre de la Fay, près de Néronde, elle posséda encore le Cognet, la Colonge, Chirassimont, Saint-Cyr-de-Valorge et Ressis.

Deux de ses membres furent chanoines comtes de Lyon; un autre, moine à l'abbaye de l'Ile-Barbe. Devenus possesseurs de la terre de Montfort dans le Dauphiné, au milieu du XVIe siècle, les Salemard se sont retirés dans cette dernière province, où ils sont représentés aujourd'hui par Raymond-Marie, comte de Salemard, ancien magistrat, et chevalier des SS. Maurice et Lazare.
(Delandine, Notice historique sur la ville de Néronde en Forez. - De Rivoire de la Bâtie, Armorial du Dauphiné. - Mazures de l'Isle-Barbe, 538. - Saint-Allais, Nobiliaire de France, II, 154. - Cartulaire de Savigny. Charte 832 et 834)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
18 Pierre l'Ermite (1050-1115) 1e Croisade
Blason de Pierre l'Ermite (1050-1115)Né au milieu du XIe siècle, Pierre d'Archères, dit l'Ermite, probablement originaire d'Amiens, avait vraisemblablement déjà parcouru ce que le monde chrétien considérait comme la Terre sainte quand Urbain II lança son appel à la croisade le 27 novembre 1095 lors du concile de Clermont. Le motif du pape était que les Turcs qui avaient conquis Jérusalem sur les Arabes Abbassides en 1073, interdisaient désormais l'accès des Lieux saints aux pèlerins chrétiens.


Parfois appelé Pierre le Petit, Pierre d'Achères ou Pierre d'Amiens, ascète, fondateur d'un monastère, croisé, et prédicateur dont l'influence fut considérable; on le considère comme l'un des principaux instigateurs de la première croisade. On rapporte qu'il se rendit en Terre sainte vers 1093, avant toute croisade.

Lorsque Urbain II proclama la croisade au concile de Clermont, en novembre 1095, Pierre commença à la prêcher. Il partit du centre de la France, du Berry, traversa la Champagne et descendit la vallée de la Meuse, puis se rendit à Cologne, qu'il atteignit en avril 1096. Son éloquence toucha des milliers de gens. Pierre quitta Cologne en mai, et sa troupe enthousiaste traversa l'Europe jusqu'à Constantinople où, à la fin juillet, d'autres contingents vinrent la renforcer. Les 5 et 6 août, les croisés avancèrent jusqu'à Nicomédie (aujourd'hui Izmit, Turquie). Incapable de maintenir la discipline, Pierre retourna bientôt à Constantinople pour demander l'aide de l'empereur byzantin Alexis Ier. En son absence, la plus grande partie de son armée fut anéantie par les Turcs (21 oct.). Il attendit à Constantinople que les expéditions des princes de l'Europe occidentale s'y soient enfin rassemblées (mai 1097) et les accompagna vers le sud-est à travers l'Anatolie.

Jérusalem enfin atteinte, Pierre fut nommé aumônier de l'armée chrétienne au printemps de 1099. Il prononça un sermon sur le mont des Oliviers, peu avant la mise à sac de Jérusalem, en juillet, et il conduisit les processions en août. Il revint en Europe en 1100, devint prieur du monastère augustinien de Neufmoutier à Huy (Belgique), qu'il avait fondé, et y mourut.
Top

 
127 Pierre Raymond de Hautpoul 1e Croisade
Blason de Pierre Raymond de HautpoulPierre Raymond de Hautpoul, se distingua au siége d'Antioche, où Raymond, comte de Toulouse, le mit à la tête de l'avant-garde avec le vicomte de Castillon. Il fut l'un des soixante chevaliers qui défendirent un pont contre l'armée des Sarrazins, et il mourut de la peste en 1098. La maison d'Hautpoul porte encore: d'or, à deux fasces de gueules, accompagnées de six coqs de sable, la patte droite levée, crêtés et barbés de gueules.
Top

 
186 Pierre, archevêque de Lyon (1139) 1e Croisade
Blason de Pierre, archevêque de Lyon (1139)Pierre, archevêque de Lyon, appartenait à une famille de Bourgogne, dont nous ignorons le nom. D'abord moine à Cluny, il devint successivement évêque de Viviers et archevêque de Lyon en 1131. En 1139, il fut envoyé en Syrie, comme légat apostolique, par le pape Innocent II, pour terminer les différends qui existaient entre Rodoalde, patriarche d'Antioche et son clergé. Il mourut au port d'Acre, le 29 mai de la même année. D'après M. Pericaud, sa mort devrait être attribuée au poison. Guillaume de Tyr, après avoir rapporté cet événement, s'exprime ainsi à son sujet: Erat vir vitae venerabilis, simplex ac timem Deum, longoevus et jam in senium vergens.
(Guillaume de Tyr, 1. XV. - Obituarium Lugdunensis ecclesioe, 47. - Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, III, 170. - Morel de Voleine et de Charpin, Archevêché de Lyon, 38)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
181 Ponce Palatin (vers 1121) 1e Croisade
Blason de Ponce Palatin (vers 1121)Ponce Palatin se rendit à Jérusalem avec Guillaume le Chauve qui suit. Avant son départ, il engagea le quart qui lui appartenait dans la terre de Murevallel, au prieuré de Saint-Julien-de-Salt, en Donzy, moyennant la somme de 16 sous d'argent que lui remit le prieur André.

Aubret a observé avec raison que les Palatin du Forez ne doivent pas être confondus avec les Palatin de Dio de la Dombes. Et, en effet, il résulte de plusieurs documents cités par de La Mure que les Palatin du Forez appartenaient à la famille forézienne de Lavieu.
(Cartulaire de Savigny, charte 921. - Aubret, I, 309. - De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon, III, 25. - Mazures de l'Isle-Barbe, 478)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
166 Pons de Roannais (1096) 1e Croisade
Blason de Pons de Roannais (1096)Pons de Roannais, chevalier, fils de Dalmace Ier, seigneur de Roanne en Forez, suivit le comte Guillaume à la première Croisade, en 1096. Ce chevalier appartenait à une ancienne famille chevaleresque dont M. La Mure place le berceau à Saint-Maurice-sur-Loire et qui prit le nom de Roannais, quand elle eut acquis la ville de Roanne du comte de Forez, Gérard II, vers l'année 1020.
D'argent, au lion de gueules, blason créé.

Dès le commencement du XIe siècle, sa puissance s'était accrue au point que les principales seigneuries du Roannais étaient en sa possession: Crozet, Cordelle, Vernay et plus tard Saint-Haon-le-Châtel.

Cette famille a fourni quatre chanoines-comtes à l'Eglise de Lyon. Sa descendance masculine s'éteignit à la fin du XIIIe siècle, époque où la seigneurie de Roanne passa aux de la Perrière et aux Chauderon.
(Alphonse Coste, Histoire de la ville de Roanne, p. 64 à 86. - De La Mure, I, 92, 93, 108. - Notice sur la ville et l'arrondissement de Roanne, 8)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
169 Pons Rufus (1096) 1e Croisade
Blason de Pons Rufus (1096)Pons Rufus, chevalier, mourut à son retour de la Terre-Sainte, où il avait pris part à la délivrance de Jérusalem (cum rediret de liberatione Jérusalem). Il donna en mourant, à l'église collégiale de Saint-Paul de Lyon, une somme de cent sous et une bannière.
D'argent, à 3 pals de gueules, à la bande d'azur chargée de 3 besants d'or sur le tout, blason non créé, blason non créé.

La famille des Rufus ou Rufi était ancienne. Le 7 juin 1087, elle fit don à l'abbaye de Savigny de l'église et des dîmes de Duerne. Le château du Perron, à Oullins, lui appartenait au XIIe siècle. Jean Rufus, abbé d'Ainay, en 1213, fit bâtir le château de Vernaison, qui appartenait à son abbaye, et érigea le prieuré de Saint-Thomas-la-Garde, en Forez, pour dix-sept religieuses. Cette famille a donné aussi plusieurs chanoines à l'église de Lyon et notamment Robert Rufus, qui vivait en 1220, et qui donna à cette église, pour célébrer son anniversaire, 60 livres fortes sur sa maison du cloître et sur sa grange du Perron.
(Guigue, Obituaire de Saint-Paul, 44. - Obituaire ecclesiae Lugdunensis. - Cartulaire de Savigny, charte 822. - Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, Catalogue Delandine, III, 228. - Perret de la Menue, Notice sur le château du Perron, 5 et 6. - P. Gras, Obituaire de Saint-Thomas-en-Forez, p. 44)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
115 Raimbaud Creton, seigneur d'Estourmel 1e Croisade
Blason de Raimbaud Creton, seigneur d'EstourmelRaimbaud Creton, seigneur d'Estourmel, chevalier du Cambrésis, entra le premier dans Jérusalem, selon Orderic Vital. Un morceau du bois de la vraie Croix s'est transmis héréditairement, depuis le XIIe siècle jusqu'à nos jours, d'aîné en aîné, en souvenir de ce fait glorieux. Les descendants de Raimbaud Creton ont porté indifféremment les noms de Creton ou d'Estourmel jusqu'au XVIe siècle; mais depuis lors ce dernier a prévalu: Armes: de gueules, à la croix engreslée d'argent.

Dans la chanson d'Antioche composée en alexandrins au XIIème siècle par le Père Richard et seul récit revêtu du caractère historique par les souvenirs d'un témoin oculaire "Les chrétiens venaient de livrer la fameuse bataille du pont d'Antioche où Reimbold avait signalé sa bravoure aux côtés de Godefroy de Bouillon et d'Enguerrand de Saint Pol. Ils mettaient tous leurs soins à ne laisser échapper aucun sarrasin qui fuyait à la nage dans les eaux qui baignent les murailles de la ville. Aucun des français n'osait traverser le cours d'eau rapide et profond, sachant que, du haut des remparts, une pluie de traits l'assaillirait. N'écoutant que son courage le chevalier Reimbold Creton sauta de son coursier, se débarrassa de son heaume, ne garda que son haubert, sa lance et son épée et se jeta à l'eau. Le courageux gagna le côté du pont opposé à celui où se reposaient les Turcs désarmés et les attaqua à l'improviste. A l'issue de ce fait d'armes, Reimbold fut accablé par les traits que les assiégés tiraient du haut des murs d'Antioche. des écuyers le ramenèrent sur le rivage et il reçut les soins des médecins sous la tente de Godefroy de Bouillon.

Dans la suite de cette première croisade, Reimbold; guéri, ne démentit pas la haute idée qu'il avait donnée de son courage lors de la bataille d'Antioche.

Les historiens sont unanimes à faire son éloge lors de la conquête de Jérusalem, le 15 juillet 1099. Ils présentent le Seigneur Reimbold Creton comme l'héroïque soldat de la Croix à la bannière de soie blanche qui, le premier monta à l'assaut des murailles pour repousser l'ennemi et entrer en ville sainte. Pour immortaliser cet exploit, Godefroy de Bouillon inscrivit sur l'étendard "Vaillant sur la crête". Pour reconnaitre et immortaliser la façon dont il l'avait vu monter le premier sur la crête de la ville, le roi offrit au vaillant chevalier un éclat de la vraie croix enchâssé dans un reliquaire d'argent. Cette sainte relique est conservée précieusement par ses descendants. Madame Elisabeth d'Estourmel est venue plusieurs fois la présenter à la population d'Estourmel.

Reimbol revint dans son château d'Estourmel en 1105.

En 1536, Jean III d'Estourmel est un des défenseurs de Péronne lors du siège de la ville. Une place porte encore aujourd'hui son nom. C'est lui qui a fait édifier le gisant de ses parents, Gilles et Elayne.
Top

 
96 Raimbaud III comte d'Orange 1e Croisade
Blason de Raimbaud III comte d'OrangeComte d'Orange, commandait un corps de croisés au siége d'Antioche, et entra l'un des premiers dans Jérusalem. Il portait: d'or, au cor d'azur, lié, enguiché et virolé de gueules.
Top

 
129 Raoul seigneur d'Escorailles ou de Scoraille 1e Croisade
Blason de Raoul seigneur d'Escorailles ou de ScorailleRaoul seigneur d'Escorailles ou de Scoraille, et Guy, son frère, firent le voyage de Jérusalem en 1096; ce fait est consigné dans les preuves de cour de cette famille, qui porte: d'azur, à trois bandes d'or.
Top

 
138 Raoul, seigneur de Beaugency 1e Croisade
Blason de Raoul, seigneur de BeaugencyRaoul, seigneur de Beaugency, se signala au siége d'Antioche. Le P. Anselme parle aussi de Simon II de Beaugency, qui se croisa en 1248. Armes: échiqueté d'or et d'azur, à la fasce de gueules.
Top

 
104 Raymond Bertrand, seigneur de l'Isle-Jourdain 1e Croisade
Blason de Raymond Bertrand, seigneur de l'Isle-JourdainRaymond Bertrand, seigneur de l'Isle-Jourdain, l'un des plus grands vassaux du comte de Toulouse, l'accompagné en Terre-Sainte. D. Vaissète donne aux seigneurs de l'Isle-Jourdain les mêmes armes qu'aux comtes de Toulouse: de gueules, à la croix cléchées, vidée et pommetée d'or.
Top

 
47 Raymond du Puy 1e Croisade
Blason de Raymond du Puygentilhomme dauphinois, qui avait succédé à Gérard de Martigues comme recteur de l'hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem (voyez nº 7), fut le premier qui prit le titre de grand-maître de l'ordre. Il portait: écartelé, aux 1 et 4 de la religion, aux 2 et 3 d'or, au lion de gueules, qui est du Puy.
Top

 
46 Raymond I vicomte de Turenne 1e Croisade
Blason de Raymond I vicomte de Turennevicomte de Turenne, est cité par D. Vaissète au nombre des 60 chevaliers qui défendirent un pont contre une armée de Sarrazins au siége d'Antioche. L'année suivante, à la tête de 14 chevaliers, il s'empara d'un troupeau qu'escortaient 60 Sarrazins. Raymond II mourut au siége d'Acre en 1190; Raymond IV, se trouva au siége de Damiette, et Raymond VI suivit saint Louis en égypte. Armes: coticé d'or et de gueules.
Top

 
20 Raymond IV comte de Toulouse 1e Croisade
Blason de Raymond IV comte de Toulousecomte de Toulouse, prit la croix au concile de Clermont et partit à la tête de ses plus puissants vassaux. Il mourut, en 1105, au siége de Tripoli. Armes: de gueules, à la croix cléchée, vidée et pommetée d'or.

Fils cadet de Pons, comte de Toulouse, comte de Rouergue (1066) puis comte de Toulouse (1088), son frère aîné, le comte Guillaume, lui ayant cédé son comté avant de partir en pèlerinage pour la Terre sainte, Raymond de Saint-Gilles marqua très tôt son goût pour les grandes entreprises, et sa foi très vive, servie par un tempérament enthousiaste, le poussa d'abord à participer aux combats de la Reconquête espagnole (1087). Peut-être fut-il aussi, comme son frère, pèlerin en Terre sainte. Choisi par le pape Urbain II comme chef militaire de la Première Croisade (1095), il sacrifia délibérément, en partant pour l'Orient et en y demeurant, une position politique et sociale - c'était le plus grand seigneur de la France méridionale - dont il ne retrouva pas l'équivalent. Son comportement souvent fantasque nuisit à son autorité, tout de suite battue en brèche par les autres croisés. Ses ambitions furent déçues lorsque les barons choisirent Godefroi de Bouillon pour gouverner Jérusalem, et la masse des croisés ne voulut pas le suivre dans une politique incertaine de coopération avec Byzance. Ayant reçu de l'empereur Alexis Comnène la direction des croisades de renfort, qui auraient à la fois consolidé l'oeuvre des Francs et les droits de Byzance, Raymond fut responsable de leur désastreuse disparition en Asie Mineure. Alors que tous les autres barons de la croisade étaient depuis longtemps dotés ou repartis pour l'Occident, Raymond de Saint-Gilles finit par jeter son dévolu sur Tripoli, dont il occupa les abords (Tortose en 1102, Mont-Pèlerin en 1103) et put instituer le blocus. Il mourut en vue de la ville, qui ne devait être prise que quatre ans plus tard et dont ses successeurs devaient faire la capitale d'un comté.

Raymond IV de Saint-Gilles
Le puissant Comte de Toulouse, Raymond IV de Saint-Gilles fut, à Clermont, l'un des premiers à prendre la Croix. Il partit vers la fin d'octobre 1096, amenant sous sa bannière les principaux nobles ou gentilhomme du Midi. Parmi ceux du Quercy, on remarquait Raymond IV vicomte de Turenne, Géraud de Gourdon, Raymond l'Espère, plusieurs chevaliers des maisons de Castelnau-Bretenoux, de Thémines, de Cardaillac, de Béduer, de Saint-Cirq-Lapopie, de Cabrerets, de Luzech, de Pestillac, de Castelnau-Montratier, de Montpezat, chacun, à la tête d'un certain nombre de vassaux.

On sait que pour mieux se reconnaître au milieu de la multitude des Croisés, les nobles placèrent sur leurs armures certains signes qui furent l'origine des armoiries; le Comte de Toulouse choisit une croix percée à jour; le Vicomte de Turenne un chevalier armé de pied en cap; les Barase, de Réduer, un lion et un taureau, ceux de Gramat deux lions et deux châteaux; les seigneurs de Cardaillac, un lion d'argent; le Seigneur de Thémines, deux chèvres...

L'armée du comte de Toulouse traversa les Alpes, la Dalmatie, la Thrace et par Constantinople gagna l'Asie-mineure; elle se distingua à la prise de Nicée, aux sièges d'Antioche et de Jérusalem. Lorsqu'après la prise de cette dernière ville, les chefs de la Croisade voulurent choisir un roi, Raymond IV obtint presque tous les suffrages, mais il refusa la couronne qui fut donnée à Godefroy de Bouillon (1099).

La plupart des seigneurs qui n'avaient pas trouvé la mort en Orient rentrèrent dans leurs domaines, mais pendant quelques années les expéditions de nouveaux Croisés furent continuelles: en 1108, Bertrand qui avait succédé à son père Raymond IV comme Comte de Toulouse, accompagne de l'évêque de Cahors, Géraud III, de Dieudonné de Barasc, seigneur de Béduer, de Hugues de Castelnau-Bretenoux, de Géraud de Gourdon, gagna la Palestine par mer. Comme son père, le Comte Bernard mourut en Orient. L'évêque Géraud rentra vers 1113, rapportant, dit-on, la célèbre relique connue sous le nom de Sainte-Coiffe.

L'enthousiasme qu'avait suscité la première Croisade tomba rapidement; à peine trouve-t-on quelques seigneurs quercynois dans les expéditions suivantes. Le vicomte de Turenne et quelques-uns de ses vassaux dont Mafre de Castelnau-Bretenoux, accompagnèrent Philippe-Auguste à la 3e Croisade; le vicomte mourut au siège de Saint-Jean-d'Acre en 1253; un autre vicomte de Turenne, Raymond VI, alla rejoindre en Palestine le roi Saint-Louis avec trente chevaliers.

La guerre des Albigeois détourna des expéditions lointaines beaucoup de ceux que la foi ou le lucre poussaient aux aventures, et, après cette malheureuse guerre, des hérétiques convertis, à peu prés seuls, iront encore guerroyer dans l'empire latin de Constantinople.
Sources: L. Saint-Marty. Histoire populaire du Quercy. Des origines à 1800. Cahors 1920
Top

 
45 Raymond Pelet de Narbonne 1e Croisade
Blason de Raymond Pelet de Narbonnedit le Croisé, vicomte de Narbonne, accompagna le comte de Toulouse à la croisade de 1096 et s'empara de Tortose en Phénicie. Armes: de gueules.
Top

 
120 Renaud de Pons et Pierre 1e Croisade
Blason de Renaud de Pons et PierreRenaud de Pons et Pierre, son frère, tous deux seigneurs de grande noblesse, dit le chroniqueur Raymond d'Agiles, partirent pour la première croisade, et furent massacrés par les Grecs à Durazzo. On retrouve d'autres seigneurs de Pons à la croisade de 1147, et à celles de 1191 et de 1248. La maison des sires de Pons, qui s'est éteinte de nos jours, portait: d'argent, à la fasce bandée d'or et de gueules.
Top

 
36 Renaud et Etienne comtes de Bourgogne 1e Croisade
Blason de Renaud et Etienne comtes de Bourgognedit Tête-Hardie, comtes de Bourgogne, cités avec honneur par les historiens de la première croisade, où ils moururent l'un et l'autre, portaient: d'azur, semé de billettes d'or, au lion du même.
Top

 
167 Robert d'Anse (1096) 1e Croisade
Blason de Robert d'Anse (1096)Robert d'Anse fut l'un des chevaliers qui suivirent Bohémond, prince de Tarente, à la croisade, au mois de décembre

1096. A la bataille de Dorylée (juillet 1097), il est désigné par les chroniqueurs comme faisant partie du corps d'armée de Bohémond et de Tancrède, qui formait l'aile gauche de l'armée chrétienne. Après l'occupation de Mamistra, nous le retrouvons encore au nombre de ceux qui furent faits prisonniers par Baudoin, comte de Flandre, dans le combat que ce dernier eut à livrer contre les troupes de Tancrède. Mais à compter de ce moment, il n'est plus fait aucune mention de ce chevalier.
(Bongars. - Robert le Moine. - Peyré, Histoire de la première Croisade, 1, 174, 351, 400, II, 504, 518. - Guichenon, Histoire de Dombes (2e édition, note de M. Guigue) II, 112. - Roger, La Noblesse de France aux Croisades, 167)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
175 Robert Damas (1106) 1e Croisade
Blason de Robert Damas (1106)Robert Damas, fils de Dalmace, sire de Cousan en Forez, et tige de la branche de Vandenesse, se croisa en 1106. La même année, au moment de son départ pour la Terre-Sainte, il fit donation au monastère de Cluny, pour le salut de son âme, en présence de Lobita, sa femme, d'Anselme de Sernur, chevalier, et d'autres personnes qualifiées, dés domaines (mansi) de Colonges et de Pommiers et du moulin de Vandenesse. Une autre charte de Pabbaye de Cluny nous apprend que Robert Damas vivait encore en 1130.

Les fables, que l'on a débitées sur l'origine de la famille de Damas, et notamment celle qui lui donne pour auteur un soudan de Damas, amené en France par Hugues de Bourgogne, ne souffrent pas le plus léger examen. Il suffit, en effet, d'ouvrir nos cartulaires pour s'assurer que les Damas sont originaires du Forez, où ils étaient déjà puissants dès le milieu du XIe siècle.

Cette famille a possédé dans le Forez: Cousan, Sauvain, Boën, Durbise, Saint-Héand, les deux Chalain, une partie de Roanne, Saint-Rirand, et dans le Lyonnais, la seigneurie de Rontalon.
(Galeries de Versailles, I, 324. - Roger, 174, 373. - P. Gras, Les Sires de Cousan, dans la Revue forézienne, I, 213. - Guichenon, Histoire de Dombes, 2e édition, II, 164. - Manuscrits de la Bibliothèque de Lyon, nº 888. - Annuaire de la Société de l'histoire de France, 151. - Lackesnaye des Bois. V, 463. - P. Anselme)
Les Familles chevaleresques du Lyonnais, Forez et Beaujolais, aux croisades, par M. A. Vachez - De la Société Littéraire, Historique et Archéologique de Lyon, année 1874-1878. Lyon Auguste Brun librairie de la Société Littéraire, 1876.
Top

 
114 Robert de Nevers, dit le Bourguignon 1e Croisade
Blason de Robert de Nevers, dit le BourguignonRobert de Nevers, dit le Bourguignon, tige de la maison de Craon, mourut en Palestine vers l'an 1098. Robert de Craon, son petit-fils, fut le second grand-maître du Temple. Plusieurs autres membres de la même maison figurèrent aux croisades. Armes: losangé d'or et de gueules.
Top

 
141 Robert du Vieux-Pont 1e Croisade
Blason de Robert du Vieux-PontRobert du Vieux-Pont, d'une famille normande des environs de Lisieux, s'attacha à la fortune de Tancrède. Ses armes étaient, selon le P. Goussencourt, d'argent, semé d'annelets de gueules.

La bataille du champ du sang
Top

 
30 Robert duc de Normandie 1e Croisade
Blason de Robert duc de NormandieRobert II Courteheuse, 8e Duc de Normandie, fils de Guillaume le Conquérant, frère de Guillaume-le-Roux, roi d'Angleterre.

Les ducs de Normandie portaient: de gueules, à deux léopards d'or.


Voir la liste des Normands qui ont participés à la première croisade, dont le seigneur de Méautis: Guillaume de Méautis

Top

 
31 Robert II comte de Flandre 1e Croisade
Blason de Robert II comte de Flandrecomte de Flandre, se signala devant Antioche, Jérusalem et Ascalon; il revint en 1100 dans ses états. Armes: d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules.
Top

 
108 Roger de Choiseul, en Bassigny 1e Croisade
Blason de Roger de Choiseul, en BassignyRoger de Choiseul, en Bassigny, est également cité par le P. Anselme comme ayant été en Palestine. La maison, aujourd'hui ducale, à laquelle il appartenait porte: d'azur, à la croix d'or, cantonnée de 18 billettes de même.
Top

 
41 Roger I comte de Foix 1e Croisade
Blason de Roger I comte de Foixcomte de Foix, mourut en Palestine en 1098. Raymond-Roger, un de ses successeurs, prit part à la troisième croisade. Les comtes de Foix portaient: d'or, à trois pals de gueules.
Top

 
93 Rotrou II comte du Perche 1e Croisade
Blason de Rotrou II comte du PercheRotrou II, comte du Perche, seigneur de Mortagne et premier comte du Perche, il fut l'un des seigneurs qui suivirent à Jérusalem Robert, duc de Normandie, en 1096. Il descendait en droite ligne des comtes d'Alençon de la maison de Belesme. Au siège d'Antioche, Rotrou commandait un des corps de l'armée chrétienne, et il signala son courage en diverses occasions. Il rentra dans sa patrie en 1100. Rotrou III, son successeur, se croisa aussi en 1190 avec son fils Geoffroy III, et mourut au siège d'Acre l'année suivante. Etienne du Perche, cinquième fils de Rotrou III, prit la croix en 1200 avec les conquérants de Constantinople, alla en Syrie en 1203, et se rendit en 1204 à la cour de l'empereur Baudouin, qui lui donna le duché de Philadelphie. Il fut tué à la bataille d'Andrinople le 24 avril 1205. Les comtes du Perche portaient d'argent, à deux chevrons de gueules.

Sources: Versailles, Salles des Croisades — CH. Gavard Editeur rue du Marché Saint-Honoré Paris IV
Top

 
99 Etienne et Pierre de Salviac 1e Croisade
Blason de Etienne et Pierre de SalviacSe croisèrent en 1096, moururent tous deux peu de temps après leur retour en France, et furent inhumés dans un même tombeau, dont l'épitaphe, gravée au XVe siècle, leur donne le nom de Salviac et de Viel-Castel; ce qui accrédita la tradition d'une communauté d'origine entre les deux maisons. Un jugement de maintenue au siècle dernier admit ce fait comme authentique. La maison de Viel-Castel en Quercy porte les armes qu'on donne ici aux Salviac: de gueules, au château d'or, sommé de trois tours du même.
Top

 
201 Cardaillac (de) 1e Croisade
Blason de Cardaillac (de)Cardaillac (de)
Barons et marquis de Cardaillac; comtes de Bioule, Saint-Cirq-la-Popie, la Capelle-Marival, Themines, Varayre, Brengues; seigneurs du Cluzel, la Ramière, Saujac, Saint-Sernin-du-Causse, Saint-Cernin (d'Auvergne), Rudelle, Labathude, Cabrerets, Montsalès, Sérignac, Foissac, Montbrun, Fourques, Ligoussou, Genoullac, Privazac, Caulin, Aujols, Bach, Concots, Grèzes, Marsa, Saint-Jory, la Roques, Cadrieu, Camboulan, etc; seigneurs des châteaux de Maleville, Saint-Cirq, Concots, Aujols, Biars, Saint-Michel-de-Vayrols, Etampes, Siorac, Esclauzels; co-seigneurs de Camboulit, Corn, Falguières, Curemonte, Végène, Aynac, et des châteaux de Mirabel, Belcastel, Peyrusse, Salvagnac, le Breuil, Marsac, Nozières, etc.

Aux archives du Lot: folio 146, se trouve un extrait d'un manuscrit intitulé: « Noms et surnoms, avec les armoiries des nobles qui se croisèrent pour aller oultre-mer contre les Sarrazins, l'an 1096 », ledit extrait contenant les noms des nobles du Quercy ayant fait partie de cette Croisade.

On y voit: Le sire de Cardaillac: d'azur à un lion d'argent rampant, onglé et couronné d'or.

L'autre seigneur de Cardaillac: d'azur, à un lion d'argent rampant, à une bordure besantée d'or. Ce serait-là les armes primitives des Cardaillac du Quercy.

De gueules, au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or; à l'orle de treize besants d'argent.
(Salle des Croisades, à Versailles)

Supports: deux griffons au naturel.
Cimier: un demi-vol issant d'argent.
Devise: Toto noscuntur in orbe.
Légende: Igneus est nobis vigor et regalis origo.
Cri: Cardaillac !
Sources: L. Saint-Marty. Histoire populaire du Quercy. Des origines à 1800. Cahors 1920

Le seigneur de Cardaillac.
L'Abbé de Foulhiac, dans ses Chroniques du Quercy, dit qu'un chevalier de Cardaillac combattit à la première croisade.
Armoiries: De gueules, au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or.
Sources: M. L'Abbé Migne. Dictionnaire de numismatique et de sigillographies religieuses. Paris 1852
Top

 
23 Tancrède de Hauteville ou d'Antioche (mort en 1112) 1e Croisade
Blason de Tancrède de Hauteville ou d'Antioche (mort en 1112)Petit-fils du baron normand Robert Guiscard, fondateur de la grande principauté sicilienne. Tancrède prit, avec son oncle Bohémond Ier, une part active à la première Croisade (1096) où, dans la plus pure tradition des Normands de Sicile, il se montra l'adversaire résolu de l'empereur byzantin, qui revendiquait la souveraineté des terres reconquises sur l'Islam. Evincé de Jérusalem au profit de Godefroi de Bouillon, il tenta de se tailler une seigneurie en Galilée et s'empara de Tibériade. Capitaine énergique et combattant redoutable, Tancrède se vit confier la principauté d'Antioche où les barons ne pouvaient s'accommoder, à la mort de Bohémond Ier, du gouvernement d'un enfant, le jeune Bohémond II. Bohémond Ier avait d'ailleurs confié lui-même le gouvernement d'Antioche à son neveu dès son départ pour l'Europe en 1104.

Tancrède peut être considéré comme le véritable fondateur de la principauté d'Antioche, où il restaura l'autorité, compromise par les maladresses militaires et politiques de Bohémond Ier. Il assura aussi la sécurité de la ville et de ses relations économiques en prenant définitivement le port de Lattaquié en 1108 après plusieurs passes d'armes avec les Byzantins. Enfin, en 1110, il occupa, entre Tortose et Homs, une forteresse musulmane sur laquelle fut établi l'énorme ouvrage fortifié que l'on appela le krak des Chevaliers.
Top

 
100 Thomas de Marle sire de Coucy 1e Croisade
Blason de Thomas de Marle sire de CoucyThomas de Marle, sire de Coucy, se signala aux siéges de Nicée et de Jérusalem. Son fils, Enguerrand, mourut à la seconde croisade. Raoul de Coucy fut tué au siége d'Acre; un autre Raoul, à la Massoure. Enguerrand VII, sire de Coucy, dernier mâle de sa maison, fait prisonnier à Nicopolis en 1396, mourut l'année suivante en Bithynie. Armes: fascé de vair et de gueules.
Top

 
25 Urbain II, Odon de Lagny ou Eudes de Châtillon (1042 env.-1099) pape (1088-1099) 1e Croisade
Blason de Urbain II, Odon de Lagny ou Eudes de Châtillon (1042 env.-1099) pape (1088-1099)Français d'origine, issu de la noblesse champenoise, Eudes de Châtillon, qui devint pape sous le nom d'Urbain II, fut d'abord élève aux écoles de Reims dirigées par l'écolâtre Bruno, qui devait par la suite fonder la Grande Chartreuse. Après avoir été pendant quelques années clerc séculier, Eudes se fit moine à Cluny et il y devint prieur. En 1078, Grégoire VII le nomma cardinal évêque d'Ostie. En mars 1088, à la mort de Victor III, il fut élu pape.

Il incomba à Urbain II de poursuivre la réforme grégorienne en un moment où l'intransigeance de Grégoire VII et la hardiesse de Henri IV avaient conduit l'Eglise romaine à une impasse. Entièrement d'accord avec les thèses de son illustre prédécesseur, et décidé à accroître le prestige moral de la papauté, il sut agir avec prudence et habileté. Après quelques années de sage patience, il renouvela les décrets contre la simonie, le concubinage des clercs et l'investiture laïque (concile de Plaisance en 1094, de Clermont en 1095). Il parvint à gagner à sa cause de nombreuses sympathies en Italie, en France, en Espagne, en Angleterre et jusque dans le clergé germanique, mais il évita de heurter trop directement l'empereur, lequel se trouvait d'ailleurs en position de faiblesse par suite de querelles princières en Allemagne. Par-dessus tout, il lança en 1095, au concile de Clermont, un appel à la croisade pour permettre à la chrétienté de récupérer les Lieux saints et pour associer tous les chevaliers d'Occident à cette grandiose entreprise religieuse et politique. Il organisa cette première croisade, dont il fut officiellement le chef - il y fut représenté par un légat - et qui aboutit à la prise de Jérusalem en 1099.
Top

Tous les blasons ont été modifiés, aucun n'est la représentation originale

Les pages des Personnages des roisades ont été visitées 266993 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.