Maisons ou Hôpitaux

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Hôpital de Champagne   (91)
Domus Hospitalis de Champagne
Département: Essonne, Arrondissement et Cantons: évry — 91


Domus Hospitalis de Champagne
Domus Hospitalis de Champagne


Il n'y avait là d'abord qu'une grange dîmeresse qui avait été donnée avec quelques terres aux frères de l'Hôpital par un nommé Pierre, chanoine de Saint-Spire à Corbeil, ainsi qu'il résulte des lettres de l'official de Paris de l'année 1231. Cette grange était située au territoire de Champagne, près Corbeil, « in territorio de Campania juxta Corbolium », sur la route de Paris (On ne trouve Champagne près Corbeil sur aucune carte ; mais les anciens titres portent que la maison qui avait ce nom était située sur la route de Paris).

Les Hospitaliers y bâtirent ensuite une maison et avaient réuni là, à la fin du XIVe siècle, plus de cent arpents de terre, avec une dîme qu'on appelait la dime des Bordes de la Quarantaine de Champagne.

La maison fut détruite pendant les guerres du XVe siècle. Le domaine redevint ce qu'il était avant, c'est-à-dire une simple grange qui, avec les terres, était affermée en 1476 douze livres tournois.

On peut raisonnablement localiser les terres des Hospitaliers de Corbeil dites « Champagne » entre la rue des Vignes et rue de la Quarantaine, ces 100 arpents se situent de part et d'autre de la rivière Essonne.
Sources: les commanderies du Grand-Prieuré de France — Eugène Mannier — Paris, Aubry et Dumoulin, 1872 (Paris)
Top

 

Hôpital de Cumiès   (11)
L'Hôpital de Cumiès
Département: Aude, Arrondissement: Carcassonne, Canton: Salles-sur-l'Hers — 11


Domus Hospitalis Cumiès
Domus Hospitalis Cumiès


L'Hôpital, commune de Cumiès
— Ancienne commanderie de l'Ordre de Malte
— Membre de la commanderie de Pexiora.
— Al Hospital, 1355 (Archives de la Haute-Garonne, fonds de Malte, Cumiès I, 7)
— Ad Hospitale, 1355 (Ibidem, Puissubran, XI, 32)
Sources: Dictionnaire Topographique du département de l'Aude, rédigé par L'Abbé Sabarthès. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXII.
Top

 

Hôpital Saint-Jean de Bordeaux   (33)
Hôpital Saint-Jean de Bordeaux
Département: Gironde, Arrondissement et Cantons: Bordeaux — 33


Domus Hospitalis Bordeaux
Domus Hospitalis Bordeaux


Membres: Temple de Bordeaux, Saint-Jean de Bordeaux, Arveyres, Cadarsac, Fargues, La Grave-d'Ambarès, La Lande, Pommeyrol, Chalauze, Marcenais, Queynac, Saint-Michel-de-Rivière, Sallebruneau, Puche, Buch, Aubèze, Frontenac, Benon, La Grayanes, Cunctis, Parentis.

Le Temple de Bordeaux
Bordeaux était jadis le chef-lieu d'une importante circonscription de l'Ordre du Temple, qui parait du reste avoir rencontré de nombreuses et puissantes sympathies dans la contrée, si nous pouvons en juger par le nombre des établissements qu'il y possédait. Les archives se taisent sur les origines du Temple de Bordeaux. Vers le milieu du XIIe siècle, les religieux de la sainte milice étaient établis au quartier de Pech-Paulin, dans le centre même de la ville, non loin de la cathédrale Saint-André. Déjà à cette époque, l'importance de leurs possessions dans les environs les avait engagés à les placer sous la direction d'un « Maître du Temple dans le Bordelais. » Mais comme nous avons pu le constater ailleurs si la ville servait de centre à leur administration, c'était surtout en dehors que s'étendaient leurs domaines et que s'exerçait leur influence. Au moment de la suppression de l'Ordre, outre divers fiefs dans l'intérieur de la cité, « la Lande du Moulin, les Temples de Santuges, de Planquetorte, de Forteyron, etc. », et sur l'autre rive de la Gironde, « la Grave d'Ambarès, Arveyres, Saint-Pierre-des-Vaux, etc. », dépendaient du Temple de Bordeaux. Aussi grâce à son influence prépondérante, resta-t-il le centre de la nouvelle commanderie, à laquelle il légua son nom.

Sous les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem
Grâce à cette fusion de deux circonscriptions importantes, la commanderie de Bordeaux devint une des plus considérables du midi, et bientôt après cette époque, la nécessité du morcellement de cette circonscription s'imposa aux déterminations des supérieurs de l'Ordre qui créèrent la commanderie d'Arceins. Cette mesure fut loin d'être du goût du chevalier Arnaud-Bernard Ebrard, Commandeur de Bordeaux, qui ne s'y soumit qu'avec la plus grande difficulté. L'exemple d'insubordination donné ainsi par un des dignitaires de l'Ordre, semble avoir été contagieux aussi voyons-nous ce commandeur obligé de réclamer à son tour l'autorité du Grand-Maître, Fernand de Hérédia contre un religieux de l'Ordre, frère Bernard de Bocard, qui avait usurpé sur la commanderie le membre du Bouchet, situé dans le diocèse de Dax, occupé de vive force le château, et refusait de le rendre à son légitime propriétaire. Une bulle du Grand-Maître, datée d'Avignon, le 10 du mois de septembre 1875, enjoignit au chevalier récalcitrant de restituer au commandeur de Bordeaux ce qu'il lui avait enlevé et de comparaître devant le conseil suprême de l'Ordre pour y rendre compte de sa conduite.

Une discussion du même genre se produisit dans le courant du XVe siècle. Le Grand-Prieur de Toulouse, P. de Raffin, ayant prononcé la réunion à la commanderie de « Cazalis » des membres de « Cunctis » et « Parentis », « Saint-Geniez » et « Billos », qui dépendaient jusqu'alors de celle de Bordeaux, le commandeur de cette dernière, Guyot de Montarnal, réclama énergiquement la restitution de cette partie de ses domaines. Le Grand-Prieur, Pons de Maleville, transigea avec lui et, pour calmer son mécontentement, consentit à lui rendre les membres enlevés à sa commanderie, et, accorda en échange à son compétiteur « Asques et Bardefre », qui avaient été joints quelque temps auparavant à la circonscription de Bordeaux (4 juin 1485)

Les commandeurs de l'hôpital Saint-Jean, à peine en possession de l'héritage des Templiers, s'empressèrent d'abandonner leur modeste habitation du « Bout du Pont », pour venir s'installer dans la magnifique résidence qui élevait ses puissantes murailles auprès de l'église du Temple. Peu à peu cependant, comme les occupations guerrières des chevaliers au-delà des mers et leur prédilection pour les donjons féodaux, qu'ils possédaient dans la campagne, rendaient très rares leurs séjours dans le Temple de Bordeaux, ils négligèrent de veiller à l'entretien et à la conservation de ces vieux bâtiments. A la fin du XVIIe siècle, le commandeur Emmanuel de Chabaud Tourette, Receveur de son Ordre au Prieuré de Toulouse, fit construire sur les ruines de la demeure féodale des Templiers un somptueux hôtel, qui servit définitivement de demeure aux chevaliers de Saint-Jean jusqu'à la Révolution.

Non loin de là, sur un terrain, dépendant de l'ancien Temple de Bordeaux, un chevalier d'Absac de la Douze obtint du chapitre provincial de Toulouse l'autorisation de faire construire à ses frais une chapelle, qui fut placée sous le vocable de Sainte-Catherine (1594). Dans cette église, qui n'existe plus de nos jours, mais qui a donne son nom à une des principales rues de la ville, nous voyons, peu d'années après, venir s'établir la « confrérie des maistres tapissiers et contrepoinctiers de Bordeaux. » Le chevalier de Chabaud-Tourette, Procureur du commandeur de Mélignan, leur avait accordé l'autorisation d'exercer leur dévotion et piété dans la dicte chapelle, à la condition de se charger de son entretien et de son luminaire, il leur avait même permis d'y ensevelir les confrères décédés, s'ils consentaient à y faire placer une cloche à leurs frais (18 mars 1631).

Les dépendances de la commanderie étaient très nombreuses, soit dans le Bordelais, soit dans les contrées limitrophes. Diminué dans le principe par la création de la commanderie d'Arceins, leur nombre s'accrût peu à peu dans la suite par la suppression de plusieurs petites circonscriptions qui vinrent se fondre successivement dans leur importante voisine. Ses principaux membres étaient:
Cunctis (?)
Marcilhan (?)
Mingot (Hautes-Pyrénées ?)
Mayrigue, dans le Fronsadais (?)
Pellecahut (Peut-être Pelle Chahus près de La Romieu dans le Gers ?)

Le VigeanDomus Hospitalis Le Vigean
Domus Hospitalis Le Vigean

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Eysines - 33

BlanquefortDomus Hospitalis Blanquefort
Domus Hospitalis Blanquefort

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Eysines - 33

EysineDomus Hospitalis Eysine
Domus Hospitalis Eysine

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Eysines - 33

MartignasDomus Hospitalis Martignas
Domus Hospitalis Martignas

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Mérignac, Commune: Martignas-sur-Jalle - 33

SallesDomus Hospitalis Salles
Domus Hospitalis Salles

Département: Gironde, Arrondissement: Arcachon, Conton: Salles - 33

BilosDomus Hospitalis Bilos
Domus Hospitalis Bilos

Département: Gironde, Arrondissement: Arcachon, Conton: Salles - 33

ParentisDomus Hospitalis Parentis-en-Born
Domus Hospitalis Parentis-en-Born

Département: Landes, Arrondissement: Mont-de-Marsan, Canton: Parentis-en-Born - 40

la Grave d'AmbarèsDomus Hospitalis la Grave d'Ambarès
Domus Hospitalis la Grave d'Ambarès

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Ambarès-et-Lagrave - 33

ArveyresDomus Hospitalis Arveyres
Domus Hospitalis Arveyres
, avec son annexe Saint-Pierre-de-Vaux
Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Libourne - 33

CadarsacDomus Hospitalis Cadarsac
Domus Hospitalis Cadarsac

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Libourne - 33

La LandeDomus Hospitalis La Lande
Domus Hospitalis La Lande
, PomerolDomus Hospitalis Pomerol
Domus Hospitalis Pomerol
et Chalauze près de Libourne
Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Libourne - 33

MarcenaisDomus Hospitalis Marcenais
Domus Hospitalis Marcenais

Département: Gironde, Arrondissement: Blaye Canton: Saint-André-de-Cubzac - 33

QueynacDomus Hospitalis Queynac
Domus Hospitalis Queynac

Département: Gironde, Arrondissement: Bordeaux, Canton: Libourne, Canton: Galgon - 33

SallebruneauDomus Hospitalis Sallebruneau
Domus Hospitalis Sallebruneau

Département: Gironde, Arrondissement: Langon, Canton: Commune: Blasimon - 33
Sallebruneau

Le PuchDomus Hospitalis Le Puch
Domus Hospitalis Le Puch

Département: Gironde, Arrondissement: Langon, Canton: Sauveterre-de-Guyenne - 33

MauriacDomus Hospitalis Mauriac
Domus Hospitalis Mauriac

Département: Gironde, Arrondissement: Langon, Canton: Sauveterre-de-Guyenne - 33

FrontenacDomus Hospitalis Frontenac
Domus Hospitalis Frontenac

Département: Gironde, Arrondissement: Langon, Canton: Targon - 33

BuchDomus Hospitalis Buch
Domus Hospitalis Buch

Département: Gironde, Arrondissement: Arcachon, Canton: La Teste-de-Buch - 33

Saint-LégerDomus Hospitalis Saint-Léger-de-Blason
Domus Hospitalis Saint-Léger-de-Blason

Département: Gironde, Arrondissement: Langon, Canton: Les Landes des Graves - 33

BénonDomus Hospitalis Bénon
Domus Hospitalis Bénon
en Médoc et ses dépendances La Grayanès.
Département: Gironde, Arrondissement: Lesparre-Médoc, Canton: Le Sud-Médoc, Commune: Saint-Laurent-Médoc - 33

Saint-Germain-d'EsteuilDomus Hospitalis Saint-Germain-d'Esteuil
Domus Hospitalis Saint-Germain-d'Esteuil

Département: Gironde, Arrondissement et Canton: Lesparre-Médoc - 33

Castelnau-de-MédocDomus Hospitalis Castelnau-de-Médoc
Domus Hospitalis Castelnau-de-Médoc

Département: Gironde, Arrondissement et Canton: Lesparre-Médoc - 33

Saint-SauveurDomus Hospitalis Saint-Sauveur
Domus Hospitalis Saint-Sauveur

Département: Gironde, Arrondissement: Lesparre-Médoc, Canton: Saint-Laurent-Médoc - 33

VertheuilDomus Hospitalis Vertheuil
Domus Hospitalis Vertheuil

Département: Gironde, Arrondissement: Lesparre-Médoc, Canton: Saint-Laurent-Médoc - 33, etc.

En 1752, la commanderie de Bordeaux était affermée 16.500 livres; les charges s'élevant à la somme de 3165 livres, réduisaient son revenu net à 13.335 livres.

Hôpital Saint-Jean de Bordeaux
Si l'établissement des Hospitaliers de Saint-Jean dans la ville de Bordeaux était moins important que celui des Templiers, il n'en est pas moins vrai que le nombre de ses dépendances dans la contrée avoisinante témoigne pourtant d'une assez grande prospérité. Du reste, un vieux cartulaire dont nous aurons l'occasion de reparler dans la suite, mentionne que les plus anciennes donations leur furent faites dans le pays au temps du Prieur Gérard, c'est-à-dire aux premières années du XIIe siècle. Avaient-ils à cette époque un établissement dans la ville même de Bordeaux ? C'est ce dont nous doutons fort, sans pouvoir néanmoins rien affirmer. On les trouve, au commencement du XIIIe siècle, occupés à s'y créer une résidence. En l'année 1224, le doyen et le chapitre de la cathédrale Saint-André étaient vivement irrités de la construction d'un oratoire, que venaient d'élever les chevaliers de Saint-Jean, sur le territoire de leur paroisse, « au bout du Pont-Neuf de Bordeaux. » L'affaire soumise au jugement du Saint-Siège, fut renvoyée de Rome à la décision de trois commissaires, Ranulphe, évêque de Périgueux, A. de Sammathie, archidiacre du chapitre de Saint-Front, et l'abbé de la Peyrouse. Ceux-ci, après avoir examiné les droits des deux parties, rendirent leur jugement à Bordeaux, le mardi après Pâques de l'année 1224: pour réparer envers les chanoines les dommages que devait leur causer l'érection de la chapelle « du bout du Pont », les Hospitaliers, devaient leur payer une rente annuelle de 60 sols; s'ils refusaient de s'acquitter de cette redevance dans les délais fixés, le doyen du chapitre avait le droit de confisquer la clef et les ornements de l'oratoire et d'y faire célébrer les offices à son profit, jusqu'à ce qu'il se fut complètement indemnisé. Si les Hospitaliers bâtissaient à l'avenir une autre chapelle dans la ville de Bordeaux, ils s'engageaient à partager avec les chanoines tout ce qu'ils recueilleraient, « à l'exception des chevaux, vêtements, armures, etc., donnés pour le service de la Terre-Sainte. » Ils devaient également partager les frais de sépulture de toute personne qui, malade hors de la maison de Saint-Jean, mourrait revêtue du manteau de l'Ordre; à moins qu'elle ne se fut transportée à l'hôpital « à pied, sans s'appuyer sur le bras de personne ou à cheval, sans y être soutenue et sans avoir été aidée pour y monter ou pour en descendre »; auquel cas elle était considérée comme faisant partie de la maison et les Hospitaliers ne devaient rien au chapitre. Le Grand-Maître Guérin de Montaigut, comme nous le lisons dans Vertot, parcourut cette année là les différentes circonscriptions de son Ordre, pour y recueillir des subsides; à son passage à Bordeaux, il confirma cet accord et apposa au bas de cette charte son sceau, à côté de ceux du commandeur, P. de Loupe, du Doyen et du chapitre de Saint-André.

Dans la suite, un des commandeurs de Bordeaux tenta de s'affranchir de ce tribut, d'autant plus onéreux que la transmettre à cette sentence. Toutefois, ce dernier ayant soulevé de nouvelles difficultés et formulé de graves griefs contre le commandeur, une transaction fut conclue, par laquelle les Hospitaliers devaient continuer à faire dire la messe annuelle de la fête de Saint-Pierre, se contentant pour cela d'une rente de 20 sols bordelais (1365).

Ayant abandonné, ainsi que nous l'avons vu plus haut, leur modeste établissement « du Pont-Saint-Jean », les Hospitaliers durent par négligence le laisser tomber en ruines; il n'est plus fait mention que de la chapelle dans les procès-verbaux de visites de la commanderie. Le nom de Saint-Jean, que porte encore le quartier de la ville est le seul souvenir qui subsiste aujourd'hui de la demeure des chevaliers de l'Hôpital.

Liste des Commandeurs du Temple de Bordeaux — Templiers
1167. Pierre de Saint-Jean.
1170. Raymond-Wilhelm de Fronsac.
1294. Hélie Amanieu.
1298. Guillaume de Mayrenetz

Liste des Commandeurs du Temple de Bordeaux — Hospitaliers
1321-1353. Pierre d'Arbussac.
1370-1377. Arnaud-Bernard Ebrard.
--------1380. Dorde Ymbard.
1385-1392. Arnaud de la Col.
1399-1423. Gaillard de Montet.
1426-1439. Folquet de Valat.
1441-1467. Jacques de Brion.
1467-1470. Salvat de Sorhocle.
1473-1480. Antoine de Murat.
1482-1486. Guy de Moutarnal.
1487-1492. Oddet de las Graulas.
1496-1516. Jean de Valon.
1521-1522. Raymond de Riol.
1526-1533. Oddet de Massas.
1540-1547. Claude de Gruel Labourel Grand-Prieur de Toulouse.
1558-1574. François de Gozon-Mélac.
1582-1597. Gabriel d'Abzac de la Donze.
1599-1603. Pierre de Roquelaure Saint-Aubin.
1606-1626. Bernard de Mélignan-Treignan.
1626-1636. Pierre de Merles-Bauchamp.
1640-1642. Jean d'Arpajon.
1661-1665. Jacques de Pichon.
1669-1688. Jean de Montet.
1690-1692. Alexandre de Villeneuve-de-Vence- Grolière.
1695-1696. Jacques de Noailhan.
1697-1710. Claude de Moreton-Chabrillant.
1737-1752. François de Piolenc, Grand-Prieur de Saint-Gille.
1759-1765. Pons-François de Rosset-Rocozel.
1780-1789. Le bailli de la Tour.

Liste des Commandeurs de l'Hôpital Saint-Jean de Bordeaux.
(Environ) 1100-1140. Adhémar.
1192. Pierre de Saint-Cyrice.
1222-1229. Pierre de Loupe.
1236. Bertrand de Saint-Julien.
1295. Raymond de Savignac.
1303-1307. Wilhelm Faur.
Sources: Du Bourg, Antoine (1838-1918). Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le sud-ouest de la France, avec les pièces justificatives et les catalogues des commandeurs. Editeur: L. Sistac et J. Boubée (Toulouse): 1883
Top

 

Hôtel des Clos   (91)
Domus Hospitalis des Clos
Département: Essonne, Arrondissement: évry, Canton: Saint-Germain-lès-Corbeil — 91


Domus Hospitalis des Clos
Domus Hospitalis des Clos


C'était le nom qu'on avait donné à un petit domaine seigneurial dans la paroisse de Saint-Pierre-du-Perray, près Corbeil, et situé non loin du bois de Rougeau.
Il se composait d'une maison avec 70 arpents de terre, et relevait de la terre et seigneurie de Livry. Après avoir appartenu à Jean Février, ecuyer, il fut vendu par celui-ci, en 1480, à Etienne Février, son frère, qui le recéda ensuite à Nicole Lesbahy, prieur de Saint-Jean-en-l'Ile. La maison ayant été détruite par un incendie, le Prieur Lesbahy arrenta, en 1484, les terres du domaine à Jean Pymart, moyennant une redevance annuelle de douze setiers de blé et de six setiers d'avoine, sous la réserve de la foi et hommage faite pour lui et ses successeurs.
Sources: les commanderies du Grand-Prieuré de France — Eugène Mannier — Paris, Aubry et Dumoulin, 1872 (Paris)
Top

 

Homps   (11)
Commanderie d'Homps
Département: Hérault, Arrondissement: Béziers, Canton: Olonzac — 32


Commanderie d'Homps
Localisation: Commanderie d'Homps


Le 7e jour des Ides de mai de l'année 1140, Arnaud, archevêque de Narbonne, donna à l'Ordre de Saint-Jean l'église de Saint-Etienne-d'Homps (de Ulmis). Déjà avant cette époque, les Hospitaliers étaient établis dans le pays.
En 1123, Arnaud de Fenouillet leur avait laissé, par son testament, la ville de Prunhanes (?), située dans les environs d'Alet-les-Bains.

— 1153. Donation par Pierre, archevêque de Narbonne, de l'église de Saint-Julien-de-Bacam.
— 1307. Sentence du sénéchal interdisant aux habitants d'Olonzac les droits d'usage et de dépaissance dans le territoire de la Garde-Rolland, dépendant de la commanderie d'Homps.
— 1343. Accord entre le Roi, le commandeur et les autres coseigneurs d'Homps, pour l'exercice de la justice ; elle sera exercée, non plus par le juge de Minervois, mais par un juge choisi par les coseigneurs.
— 1401. Sauvegarde royale accordée à la commanderie et à ses membres.
— 1453. Transaction entre le commandeur et les habitants, pour régler les redevances dues par ces derniers.
— 1529. Transaction entre le chapitre de Narbonne pour les droits seigneuriaux dans la ville d'Homps.
— 1544. Lettres du vice-légat exhortant tous les prêtres à faire restituer à la commanderie tous les actes qui en avaient été enlevés.

Jouarres
Département: Aude, Arrondissement: Carcassonne, Canton Rieux-Minervois, Commune: Azille - 11


Domus Hospitalis Jouarres
Domus Hospitalis Jouarres


— 1156. Donation par Gaucelin de Jouarres de fiefs dans la juridiction de Jouarres.

Jouarres, château et ferme commune d'Azille
— Castrum Adjouaras, 1135 (Archives commanderie de Narbonne, commanderie d'Homps)
— Joaras, XIVe siècle (Archives commanderie de Narbonne, AA 108 folio 39)
— Eglise parochielle Sainct Pierre de Jouarres, 1639 (Archives commanderie de Narbonne, inventaire Rocque, II 396)
Sources: Dictionnaire Topographique du département de l'Aude, rédigé par L'Abbé Sabarthès. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXII.

Saint-Michel-de-Nahuze
Département: Aude, Arrondissement: Narbonne, Canton: Fabrezan, Commune: Lagrasse - 11


Domus Hospitalis Saint-Michel-de-Nahuze
Domus Hospitalis Saint-Michel-de-Nahuze


— 1167. Donation par le Prévôt de la maison de Saint-Michel-d'Anausse de fiefs dans la juridiction d'Albas.
— 1190. Berenger Assalit de Cabarets, ses frères, Assalit de Conques et Guirald de Montserrat, font cession à l'Ordre de Saint-Jean de leurs droits sur le château et la ville de Jouarres.

Saint-Michel-de-Nahuze, commune de Ribaute
— Terra Sancti Michaelis de Anausa, 1157 (Archives de la commanderie de Narbonne, Homps et Albas, n° 1)
Sources: Dictionnaire Topographique du département de l'Aude, rédigé par L'Abbé Sabarthès. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXII.

Albas
Département: Aude, Arrondissement: Narbonne, Canton: Fabrezan - 11


Domus Hospitalis Albas
Domus Hospitalis Albas


— 1208. Aymeric, vicomte de Narbonne, donne à l'Hôpital ses terres à Albas.

Albas, commune du canton de Durban
— Eglise dédiée à Saint Paul Serge ; le commandeur d'Homps présentait à la cure.
— Sanctus Paulus d'Albars, 1196 (Archives de la commanderie de Narbonne, Homps, Albars, n° 3)
— Albas en Corbière 1714, (Archives de la commanderie de Narbonne, Homps, Albars, n° 26)
Sources: Dictionnaire Topographique du département de l'Aude, rédigé par L'Abbé Sabarthès. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXII.

Les commandeurs possédaient à Homps un château, l'église de Saint-Michel, des terres, des dîmes, le tènement de la Garde-Rolland près d'Olonzac, la seigneurie spirituelle des paroisses de Couslonge, de Jonquières, d'Albas, de Rouayroux et de Cavarède (ces deux dernières situées dans le diocèse de Castres), des domaines à Roque-de-Fa (possession des Templiers), à Massac, à Roquefort.
Sources: Du Bourg, Antoine (1838-1918). Histoire du grand prieuré de Toulouse et des diverses possessions de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le sud-ouest de la France, avec les pièces justificatives et les catalogues des commandeurs. Editeur: L. Sistac et J. Boubée (Toulouse): 1883
Top

 

Hopital-le-Mercier   (71)
L'Hôpital-le-Mercier
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Paray-le-Monial, Commune: L'Hôpital-le-Mercier — 71


L'Hôpital-le-Mercier
Localisation: L'Hôpital-le-Mercier


Sur commune de L'Hôpital-le-Mercier du Charollais, les Hospitaliers possédaient en fief le château d'Anglures avec sa chapelle de Saint-Jean-Baptiste, reconstruite sur les racines de l'ancienne qui était souterraine et dans laquelle les habitants voisins venaient se réfugier en temps de guerre et de péril.

La garde de « l'hôpital-de-Murcyé », disait-on alors, était confiée au baron de Semur, en Brionnais, ainsi qu'il est constaté par un acte de 1278.
Sources: César Lavirotte — Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne — Membre de la Société française pour la conservation des Monuments — 1852.

L'Hôpital-le-Mercier, commune du canton de Paray-le-Monial
— Mortiacus, alias Moriacus, XIe siècle (Longnon, Pouillé, page 64 et 66)
— Hospitalis de Murcyaco, 1266 (Archives de la Côte-d'Or, vidimus 1294/1295)
— L'Ospital Murtie, 1279 (Archives de la Côte-d'Or, B 978)
— L'Ospital Murtye, 1279 (Archives de la Côte-d'Or, vidimus 1476)
— Ecclesia de Mirociaco, XIVe siècle (Longnon, Pouillé, page 105)
— L'Ospital, alias L'Ospitaul, 1376 (Archives de la Côte-d'Or, B 2287, folios 6 et 13 v.)
— Ancienne commanderie de Malte d'Anglure, avec chapelle Saint-Jean Baptiste, dépendait de la commanderie de Beugnay
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Les Maisons ou Hôpitaux visitées 122705 fois