Les cartulaires

Cartulaire de la Commanderie de Rayssac
1639. 1552, 28 septembre. Frère Guillaume Gerlard, religieux de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, recteur de Cambon-du-Temple (3), comme procureur de noble frère Jacques de Filartigue, dit de Gueyse (4), chevalier du même Ordre, commandeur de Rayssac et de ses membres La Salvetat et Lacapelle-Ségalar, se substitue un procureur. (N° 145, folio CXXIIII r°)

1640. 1554, 27 juillet. Noble frère Jacques de Filartigue, dit de Gueysse, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et commandeur de la commanderie de Rayssac, arrente les révenus de Saint-Sirgue de Lautrec (5), membre de la dite commanderie, sous la rente de 250 livres, 12 chapons et 2 barriques de vin blanc. (N° 147, folio CLXXXI r°)

1641. 1555, 29 avril. Frère Guillaume Gerlard, de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, recteur de l'église de Notre-Dame de Mazières, dite aussi du Carla, demeurant à Cambon-du-Temple, arrente les fruits et le verrolh de son bénéfice sous la rente de 50 livres et d'une demi-livre de poil de safran. (N° 148, folio LXXXIII r°)

1642. 1556, 16 avril. Frère Jacques de Filartigue, dit de Gueysse, commandeur de la commanderie de Rayssac, arrente les fruits du bénéfice de Barre, membre de sa commanderie, sous la rente de 220 livres. (N° 149, folio XLIII v°)

1643. 1556, 17 mai. Frère Jacques de Filartigue, dit de Gueysse, arrente les revenus de Saint-Jean de la Novele et de Saint-Pierre de Bénéjan (6), membres de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 75 livres. (N° 149, folio CXXIII r°)

1644. 1556, 17 mai. Arrentement par le même :
1° de Saint-Pierre des Ports (7), rente 90 livres, (folio CXXIIII r°)
2° de Saint-Pierre de Combejac (8) et de Saint-Léonard de Carme ou de Montfranc (9), rente 80 livres payables en or (folio CXXV v°)
3° de Lacapelle-Ségalar, rente 180 livres en or (f° CXXVII r°)
4° de Sainte-Supérie de Montans (10), rente 92 livres (folio CXXIX v°). (N° 149)


1645. 1556, 7 août. Jean Maynard, prêtre de Vaour, reconnaît devoir 25 livres à noble frère Pierre de Baulac (11), religieux de Saint-Jean de Jérusalem et grand prieur deToulouse. La somme avait été reçue des mains de frère Pierre d'Albaye, recteur de Fontsorbes. (N° 149, folio CCXIIII r°)

1646. 1557, 21 mai. Frère Aymeri de ta Pierre (12), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac, arrente les revenus de Barre, membre de sa commanderie, sous la rente de 240 livres, 1 quintal de fromage et 12 agneaux. (X° 151, f« LXXXXV r°)

1647. 1557, 29 mai. Le même arrente les fruits de Saint-Jean de la Novelle et de Saint-Pierre de Bénajean, membres de sa commanderie, sous la rente de 85 livres (N° 151, folio CIIII v°)

1648. 1557, 8 juin. Frère Balthazar de Colan, commandeur de Caignac (13), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, receveur au prieuré de Saint-Gilles (14), déclare qu'au dernier chapitre de l'Ordre, tenu à Saint-Gilles, la commanderie de Rayssac et de tous ses membres a été arrentée au frère Aymeri de La Pierre, qui en est le commandeur, sous la rente de 1,810 livres. De La Pierre présente des cautions. (N° 151, folio CXIIII r°)

1649. 1557, 8 juin. Ce dernier arrente:
1° les revenus de Cambon du Temple, sous la rente de 170 livres, et ceux de Lacapelle-Ségalar, sous la rente de 200 livres. (folio CXV r°) 2° de Saint-Cirgue de Lautrec et de Saint-Pierre des Ports de Graulhet, sous la rente, l'un de 230 livres, l'autre de 95 livres. (folio CXVI r°) 3° de Sainte-Supérie de Montans, sous la rente de 97 livres 10 sous. (folio CXVII r°). (N° 151)

1650. 1558, 17 mars. Frère Jean de Manhaud, dit Montagut, de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur d'Arsins (15) en Bordelais et de Saint-Antonin de Carme (16) en Albigeois, nomme pour procureurs frère Guillaume Gerlard, recteur de Cambon du Temple et du Carla, et Denis Choberny, recteur de Saint-Antonin de Carme. (N° 151, folio III'XXXIX v°)

1651. 1558, 7 novembre. Quatre actes à la suite intéressant frère Aymery de Lapierre, commandeur de Rayssac, qui réclame des arrérages de censives dus au grand maître de Rhodes ou de Paysant, décédé le 9 août 1558. (N° 151, folio CCXLI r° et CCXLII r°)

1652. 1559, 26 mai. Frère Aymery de La Pierre, commandeur de Rayssac arrente les revenus : 1° de Saint-Cirgue de Lautrec, sous la rente de 243 livres (folio LXXXIIII v°) 2° du bénéfice de Puygouzon, rente 110 livres d'argent et une livre de poil de safran (f° LXXXVI v°) 3° de Saint-Jean de la Novelle et de Saint-Pierre de Bénajam, près de Lombers, rente 85 livres (folio LXXXIX r°) 4° de Sainte-Supérie de Montans, rente 86 livres (folio LXXXXV v°) 5° de Masières ou du Carla, rente 100 livres et demi livre de poil de safran (folio LXXXXVII r°) 6° de Saint-Pierre-des-Ports, à Graulhet, renie 90 livres et 12 chapons (folio CV r°). (N° 156)

1653. 1560, 4 janvier. Aymery de La Pierre arrente les revenus de Saint-Pierre de Gil (17), dépendant de la commanderie de Rayssac, sous la rente de 95 livres (N° 156, folio II'LVIII v°)

1654. 1560, 15 mai. Aymery de La Pierre arrente :
1° les fruits de Vaour, membre de la commanderie de Rayssac sous la rente de 260 livres (folio LVIII r°)
2° ceux de Cambon-du-Temple et de Carmanel d'Alban (18) sous la rente de 433 livres 6 sous 8 deniers (folio LXI V°) (N° 157)

1655. 1560, 17 juin. Noble frère Bertrand de La Tronche, religieux de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, de Campagnac, prétendait avoir été injurié et battu par noble Arnaud Audoy de Saint-Beauzelli. Celui-ci niait, ainsi que ses parents et complices. Il y avait procès, les parties, sous l'inspiration d'Aymery de La Pierre, renoncent au procès. Audoy paiera 40 livres au frère de La Tronche. (N° 157, f° LXXXVIII v°)

1656. 1560, 11 décembre. Frère Aymery de La Pierre, arrente les revenus du bénéfice de Saint-Antonin de Lacalm, membre de la commanderie de Rayssac, sous la rente de 100 livres et de 50 setiers d'avoine. (N° 157, folio II'VI v°)

1657. 1561, 8 octobre. Aymery de La Pierre arrente :
1° les revenus de lacapelle-Ségalar, membre de sa commanderie de Rayssac, à Guillaume Ginestel, marchand de Lagardeviaur, sous la rente de 190 livres (f° CL v°)
2° les revenus de Saint-Pierre de Gil, sous la rente de 100 livres et 4 bons « chauvraux » (folio CLX r°)
3° les revenus de Puygouzon et du Carla, sous la rente de 240 livres et de 2 livres de poil de safran (folio CLXXVI r°)
4° la métairie dite de la Boal, voisine du château de la commanderie et dont elle dépend (folio CLXXVII v°)
5° la métairie dite de la Rémésie (folio CLXXIX v°). (N° 160)

1658. 1562, 23 mai. Aymeric de La Pierre arrente les fruits, revenus, profits, censives, lods et ventes de Saint-Pierre de Combejac et de ses dépendances, membre de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 100 livres et de 4 bons « chavreaux » (N° 161, folio LIII r°)

1659. 1562, 18 juillet. Dans l'église du château de Rayssac, Jean Olivier, prêtre de Lautrec, dressant son dire à frère Guillaume Gerlard, à genoux, tenant un cierge dans ses mains, dénotant charité et amour, portant une robe longue, demande à être reçu dans l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Il est admis à faire profession. (N° 162, folio LXXVI r°)

1660. 1563, 16 avril. Aymery de La Pierre arrente les revenus du bénéfice :
1° de Barre, membre de sa commanderie de Rayssac sous la rente de 2S0 livres et d'un quintal de fromage de brebis (folio XVIII r°)
2° les revenus de tout le corps de Rayssac comprenant deux métairies â six paires de boeufs de labour, la métairie de la Pale (19), plus ta Grange de Laval, où il prélève la 7e gerbe (folio XXI r°) (N° 163)

1661. 1563, 26 avril. Aymery de La Pierre, commandeur de Rayssac, devant se rendre à Malte pour les besoins de sa charge, emprunte pour faire le voyage :
1° 200 livres à Pierre Combanis, chanoine pénitencier de Sainte-Cécile (folio XXX r°)
2° 500 écus sol à Antoine Teulier, recteur de Puygouzon (folio XXXI r°).
Il vend à François de Lescure, baron de Lescure, des boeufs à raison de 35 écus petits la paire, une vache et son veau, le tout pour 30 écus petits, des brebis à raison de 15 sous l'une, des moutons au prix de 30 sous l'un, des agneaux à 10 sous l'un, la vente s'élève à la somme de 396 livres 3 sous 9 deniers, qui sont payés comptant (folio XXXII r°)
Voir sur ce même voyage à Malte, n° 163, folio XXXII v°, XXXIII r° et v°.

1662. 1561, 22 juin. Frère Aymery de La Pierre, commandeur de Rayssac, comme procureur de frère Gaspard de La Motte (20), commandeur de Faussergues (21), arrente les revenus de cette commanderie sous la rente de 360 livres (N° 165, folio LXXXV r°)

1663. 1561, 26 octobre. Devant Aymery de La Pierre, commandeur de Rayssac, procureur et vicaire général de noble Gaspard de La Motte, commandeur de Faussergues, diocèse d'Albi, membre de la commanderie de La Selve (22), Guillaume de La Croix, prêtre de Faussergues, en sa qualité de procureur de frère Jean-Baptiste Ségua, recteur de Notre-Dame de Faussergues, résigne ce bénéfice. (N° 166, folio II'XXII r°)

1664. 1565, 25 décembre. Prise de possession de la commanderie de Rayssac par noble Bernard Blanc, dit de Valhausy (23). Il est installé par noble Louis de Blanc, dit de Valhausy, prieur de Tauriac, procureur subrogé de noble frère Antoine de Roudez (24), dit de Mont Alégre, commandeur de Vaour. (N° 167, folio CLIII v°)

1665. 1566, 19 mars. Frère Aymery de La Pierre, ancien commandeur de Rayssac et maintenant commandeur de Lachapelle-Livron en Qucrcy (25), déclare que, le 2 du présent mois de mars, il fut invité par le grand maître de Malte à se trouver, armé et bien équipé, à Malte dans le courant d'avril [lettre insérée au corps de l'acte]. Pour subvenir aux frais du voyage, il arrente tous les revenus de la commanderie de Rayssac (folio LXX v°) Voir sur celte affaire, les numéros LXXVI v°, LXXVIII v°, LXXX v°, n° 168.

1666. 1572, 31 mai. Noble Bernard Blanc de Belhausi (26), commandeur de la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem de Rayssac, arrente tous les fruits lui appartenant à Saint-Jean de la Nouvelle, juridiction de Lombers. (N° 31, folio CLXIII r°)

1667. 1573, 28 novembre. Dette de 31 livres à noble frère Bernard Blanc de Valhausan, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac. (N° 231, f° III'IIII''III r°)

1668. 1577, 7 juin. Frère noble Jean de Soubiran d'Arifat (27), commandeur de Rayssac, procureur principal de noble frère Hugues de Loubens de Verdalle, commandeur de La Chapelle et du Château Sarrasin (28) jadis commandeur du Bastit (29), se substitue un procureur. (N° 174, folio CVI r°)

1669. 1577. Le même jour, Jean de Soubiran arrente les revenus de Lacapelle-Ségalar sous la rente de 180 livres. (N° 174, f° CIX r°)

1670. 1578, 2 avril. Pierre Guyon de Savinhac, dit de Belcastel, religieux de Saint-Jean de Jérusalem et commandeur de Bourdels (30), nomme pour procureur frère Jean de Soubiran, dit d'Arifat, commandeur de Rayssac. (N° 175, f° CXXXVIII r°)

1671. 1580, 4 janvier. Frère Jean de Soubiran d'Arifat arrente les revenus de Saint-Pierre de Gil, dépendant de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 26 écus 40 sous. (N° 176, f° III v°)

1672. 1580, 4 avril. Jean de Soubiran d'Arifat, commandeur de Rayssac, vend 250 setiers de seigle, à raison de 1 écu 12 sous le setier. (N° 176, folio CXXIII r°)

1673. 1581, 25 mai. Jean de Soubiran Arifat arrente tous les revenus de Lacapelle-Ségalar, membre de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 66 écus. (N° 176, f° CXXIII r°)

1674. 1581, 24 juin. Simon Vène emprunte 100 écus au capitaine Ramond Rovyère, demeurant au château de la commanderie de Rayssac. (N° 177, f° II'LXXXXI V°)

1675. 1582, 1e mai. Testament du capitaine Ramond Rovière, demeurant au château de la commanderie de Rayssac. Il fait héritier universel Pierre Lucque, armurier de Malte. (N° 178, f° II'XI r°)

1676. 1582, 27 juillet. Les trésoriers de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Malte avaient prescrit à frère Jean de Soubiran Arifat de saisir les commanderies débitrices envers l'Ordre. De Soubiran, de son côté, avait chargé frère Gabriel d'Alzac la Douze, chevalier de l'Ordre (31), de saisir la commanderie de Condat en Périgord, appartenant à frère Jacques de Glandèves (32), ce qui avait été fait. De Grandèves demande la main-levée de la saisie pour lui permettre d'affermer les revenus de la commanderie et de satisfaire au trésor. Cette demande est accueillie. (N° 178, f° III'VI v°)

1677. 1582, 30 août. Jean Boysset, marchand d'Albi, reconnaît avoir reçu commande de frère Jean de Soubiran Arifat de deux quintaux de chandelles de suif et d'un quintal de fromage d'Auvergne. (N° 178, folio 351 r°)

1673. 1581, 18 juin. Frère Claude de Thésan Venasque, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac, arrente tous les revenus :
1° du Carla, membre de sa commande-rie, sous la rente de 33 écus 20 sous et 4 onces de safran ; le carnenc est réservé (f° CLXIII v°)
2° de Lacapelle-Ségalar, sous la rente de 66 écus 40 sous (f° CLXIIII v°)
3° du membre de Puygouzon, sous la rente de 30 écus (f° CLXV v°). (N° 179)

1679. 1585, 1e mai. Le chevalier de Vénasque, frère Claude de Thêzan, commandeur de Rayssac, comme procureur de frère Jean Langasque, commandeur de Gouts (33), arrente les revenus de cette commanderie, ainsi que ceux d'une terre appelée Saint-Aricquan, juridiction d'Aigues-Mortes, sous la rente de 126 écus 40 sous. (N° 180, f° CXXVII r°)

1680. 1585, 21 juin. Claude de Thézan Vénasque arrente les revenus :
1° de Saint-Jean de Montade et des Cinq Fraires, annexes de La Salvetat (34), membres de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 18 écus 20 sous (f° CLXXI v°)
2° de La Grange de Notre-Dame de Nogarède, dite aussi la Grange de la Cavalerie-lès-Pamiers, membres de la commanderie de Cainhac, sous la rente de 110 écus (f° CLXXII r°) (N° 180)

1681. 1587, 6 avril. Claude de Thézan Vénasque arrente à demi-fruits la métairie de Rémésié, située prés du château de la commanderie de Rayssac, de trois paires de boeufs de labour. (N° 182, f° LXX v°)

1682. 1588, 15 avril. Frère Claude de Thézan Vénasque, commandeur de Rayssac, représenté par Christophe Champruf, demeurant au château de Rayssac, traite avec Martin Robert, tapissier d'Albi, pour la confection d'une tapisserie destinée à orner la salle principale du château de Rayssac. Elle sera en filet du pays et mesurera 13 cannes 4 empans de pourtour, en 7 pièces de 15 empans de hauteur, « en champ verd à fuellaiges, ramaiges et verdure. » Il y sera représenté une scène de chasse « de toutes besfes et hommes à pied et à cheval » Robert travaillera au château et il sera pourvu à sa dépense et à celle de ses serviteurs. Il recevra en outre 67 écus. (N° 183, f° CXLIIII v°)

1683. 15S9, 6 avril. Frère Claude de Thézan Vénasque, commandeur de Rayssac, arrente à moitié fruits la métairie de Sainl-Cirgue de Lautrec, dépendant de sa commanderie. Le métayer devra en outre donner au commandeur 12 chapons, 12 gélines, 4 oies et 1 pourceau de la valeur de 2 écus. (N° 181, f° CLXXXIII v°)

1684. 1589, 8 juin. Le même de Thézan est substitué par Pierre Roux de Belvèze (35), commandeur d'Espalion, procureur du trésor et de l'Ordre des Hospitaliers, suivant procuration donnée à Malte le 12 décembre 1586 et signée J. Vidacus de Nando (ou Naudo), pour arrenter le membre de Saint-Sernin d'Ambres (36) dépendant de la commanderie de l'Espinasse. (N° 184, f° II'VI r°)

1685. 1590, 15 mars. Claude de Thézan Vénasque arrente les dîmes sur la laine, les agneaux et les censives du bénéfice de Combejac, près de Lacaze, membre de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de deux écus. (N° 185, CXVI r°)

1686. 1591, 27 juin. Claude de Thézan Vénasque arrente:
1° les blés, vins et cochons de Lacapelle-Ségalar, dépendant de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 20 écus (f° II'XXI r°)
2° les fruits de Cambon-du-Temple et de Carmanel sous la renie de 90 écus (f° II'XXV r°). (N° 188)

1687. 1595, 19 juin. François Dumas, secrétaire du chevalier Vénasque, frère Claude de Thézan, commandeur de Rayssac, arrente, au nom de celui-ci, les revenus de Lacapelle-Ségalar et de Haute-Baisse (37), sous la rente de 30 écus. (N° 189, f° CXXX r°)

1688. 1596, 9 juillet. Le chevalier de Vénasque, Claude de Thézan, arrente les revenus de Saint-Jean de a Montade et de La Salvetat, près de Puycelci, membres de sa commanderie de Rayssac, sous la rente de 12 écus. (N° 190, f° CXXX r°)

1689. 1596, 20 août. Claude de Thézan Vénasque arrente tous les revenus de Saint-Pierre de Combejac, Roquesusières, Montfranc (38), Cambajour (39) et le Mas-Dieu (40), sous la rente de 100 livres (N° 190, f° CLIII r°)

1690. 1598, 15 avril. Lucio de Trescazals, comme procureur de frère Claude de Thézan Vénasque, sgr baron et commandeur de la commanderie Saint-Jean de Jérusalem de la Tronquière (41), donne quittance de la somme de 20 écus au lieutenant principal du juge ordinaire de Graulhet. (N° 95, liasses.)

1691. 1599, 17 décembre. Frère Honorat du Pagès, chevalier de Chastuel (42), commandeur de Rayssac, arrente les revenus de Combejac, Roquesusière, Poustomy (43), Cambajou et le Mas-Dieu, sous la rente de 100 livres (N° 193, f° IIII'IX r°). Voir aussi IIII'IX v° et IIII'X et v°)

1692. 1613, 5 juillet. Michel Escande, bourgeois d'Arles, procureur du commandeur d'Astros, frère François de Vintimille (44), receveur pour l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, confesse avoir reçu du commandeur de La Selve, frère Claude de Gérante-Labruguière (45), la somme de 799 livres 9 sous 8 deniers (N° 196, f° LXXXVIII V°)

1693. 1617, 13 mai. Frère Philippe de Soubiran Arifat (46), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac, fait arrenter les droits seigneuriaux et les dîmes de Sainte-Supérie de Montans, membre de sa commanderie, sous la renie de 83 livres et d'une pipe de vin blanc. (N° 199, f° LII v°)

1694. 1620, 8 juin. Noble Charles de Soubiran, sgr de La Cazelle (47), comme procureur de frère Philippe de Soubiran Arifat, commandeur de Rayssac et de Saint-Félix (48), arrente à Pierre Aussaguel, marchand de Montsalvy, tous les membres de la commanderie de Rayssac, pour une durée de trois ans, sous la rente annuelle de 1,800 livres portables à Toulouse ou au lieu de Martin en Rouergue. (N°202, f° LXXXXV r°)

1695. 1623, 8 juin. Jacques de Soubiran, sgr de La Cazelle, et François de Villeneuve, chanoine de l'église cathédrale de Castres, fermiers principaux des revenus de tous tes membres de la commanderie de Rayssac, les subarrentent à Pierre Aussaguel, marchand de Montsalvy. (N° 205, f° LXXXVI r°)

1696. 1621, 10 mai. Tristan de Villeneuve-Maurens, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac, arrente à Pierre Aussaguel, marchand de Montsalvy, les revenus de tous les membres de la commanderie sous la rente de 3,450 livres (N° 206, f° LVIII r°)

1697. 1636, 7 avril. Frère Honoré de Grasse de Montauron (49), commandeur de Rayssac, arrente tous les revenus de la commanderie pour une durée de 5 ans, au prix de 14,400 livres (N° 216, f° XIX r°)

1698. 1679, 11 décembre. Charles Bernard, maître d'hôtel de messire frère Louis de Forbin de Guardane (50), commandeur de Rayssac, nomme pour procureur Pierre Rebufal, marchand d'Aix-en-Provence, à l'effet de recouvrer une créance de 1,260 livres sur Jean Mayen, maître charpentier de Marseille. (N° 420, f° II r°)

1699. 1680, 18 janvier. Frère Louis de Forbin de Gardane, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac et de Guitalens (51), baille en arrentement à François Gardés, bourgeois d'Albi, pour une durée de 6 ans, tous les revenus de ses commanderies, sous la rente de 6,400 livres (N° 420, f° II'XVIII r°)

1700. 1681, 8 février. Au château de Rayssac, Louis de Forbin de Gardane, commandeur de Rayssac et de Gap, fail enregistrer un bail d'arrentement à Antoine Bernard et à son frère Charles, celui-ci au service du commandeur, des droits seigneuriaux qu'il prélève, comme haut justicier, à Anton en Provence, et des revenus du membre de Saint-Geniex, sous la rente de 1,050 livres (N° 421, f° XXVII v°)

1701. 1631, 13 septembre. Bail à besogne passé entre Louis de Forbin de Gardane, commandeur de Rayssac, et George et Pierre Hugonet, père et fils, menuisiers d'Albi, pour la façon de quatre petits tabernacles, semblables au dessin fourni par ces derniers, sauf que toutes les colonnes seront pareilles à celle qui se trouve à la gauche du dessin, au prix de 51 livres. Les tabernacles furent livrés le 7 novembre suivant. (N° 421, f° CXXXVII v°)

1702. 1681, 17 septembre. Pierre Janton donne quittance au même de Forbin de la somme de 55 livres, pour la façon d'un bateau destiné au port de Guitalens. (N° 421, f° CXXXXI v°)

1703. 1682, 19 janvier. Le même de Forbin donne quittance à Antoine Gardés, fermier de la commanderie, de la somme de 2,300 livres, acompte sur le montant de l'afferme. (N° 421, f° CCIIII v°)

1704. 1683, 7 août. Antoine Gardés, fermier général des revenus de la commanderie de Rayssac, au nom du commandeur, traite avec Pierre Jamme, notaire du Castelviel, pour faire l'arpentement et la reconnaissance des fiefs de la commanderie dans la vicomté de Lautrec. (N° 422, f° CXIX r°)

1705. 1634, 31 décembre. Frère Louis de Rabot de Visselieu (52), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Rayssac et de Guitalens, nomme pour son procureur Antoine Gardés à l'effet de recevoir les reconnaissances dans tous les fiefs de la commanderie. (N° 422, f° III'LXXXIII r°)

1706. 1685, 5 novembre. Louis de Rabot de Visselieu, commandeur de Rayssac, donne quittance à Antoine Gardès, fermier de la commanderie, de la somme de 8l9 livres, 6 sous, pour fin de paiement du prix de l'afferme. (N° 423, f° II'XVI r°)

1707. 1687, 10 septembre. Louis de Rabot de Visselieu, commandeur de Rayssac, traite avec un charpentier pour réparer son moulin de Guitalens, au prix de 500 livres. (N° 421, f° CLXXXXII v°)

1708. 1688, 8 mai. Pierre Perrotin, agent de Louis-Imbert de Rabot de Veyselieu, commandeur de Rayssac, traite avec un charpentier pour la construction d'un bateau de 6 cannes de longueur et 8 empans de largeur, destiné au port de Guitalens. Prix 60 livres, une barrique de vin pur de 6 mesures de moussole. Le bois est à la charge du commandeur. (N° 425, f° III'LXXXX r°)

1709. 1688, 5 août. Antoine Pezous, vicaire de Puygouzon, avait pris en afferme, sous la rente annuelle de 4,500 livres, les revenus de la commanderie de Rayssac. Il se substitue dans cet arrentement messire Laurens d'Urre de Brette (53), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et Pierre Perrotin, agent du commandeur. Celui-ci ratifie la substitution. (N° 425, f° IIII'LXVII v°)

1710. 1688, 5 août. Louis-Imbert de Rabot de Vayeclieu, commandeur de Rayssac et de Guitalens, s'était engagé, le 18 avril 1681, à servir une pension annuelle de 300 livres, sur les revenus de la commanderie, à André Brochier, lieutenant du châtelain de Grave en Dauphiné. Or, il n'avait jusqu'à ce jour payé que 70 livres. Brochier lui fait abandon de tous les arrérages moyennant le paiement de 150 livres. (N° 425, f° IIII'LXIX v°)

1711. 1689, 15 mai. Messire Jean-François de Robin de Barbantane, chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Canlac (54), receveur au grand prieuré de Toulouse, en conséquence du décret de son éminence le grand maître, baille en arrentement, en présence de Louis-Imbert de Rabot de Vicelieu, commandeur, les revenus de la commanderie de Rayssac, ceux de Guitalens réservés à Pierre et Etienne Gardès frères, sous la rente de 4,600 livres. (N° 426, f° LVII v°)

1712. 1696, 19 juin. Louis Boutonier, fermier général des revenus des membres de la commanderie de Rayssac, sous-arrente à noble Alphonse de Lescure, sgr du Verdier, les revenus décimaux et seigneuriaux de Saint-Pierre de Gil, sous la rente de 70 livres. (N° 298, f° 162 r°)

1713. 1697, 23 juin. Joseph de Madron (55), chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, administrateur de la commanderie de Rayssac et de Guitalens, dont Louis-Imbert de Rabot de Visselieu était commandeur, était en instance devant nos seigneurs des requêtes du palais de Toulouse contre les habitants et tenanciers de Brétaures, Puech-de-Lhom, Belvèze (56), etc., au sujet d'un droit de lasque, qu'il prétendait exiger d'eux, les tenanciers se syndiquent pour défendre à l'instance. (N° 462, f° 150 r°) (57)
Sources: Auguste Vidal. L'ancien diocèse d'Albi, d'après les registres de notaires, pages 250 à 261. Paris, Albi 1913. - Bnf
Top

 

Commanderie de rayssac - Notes
1. Les Hospitaliers s'étaient établis dans l'Albigeois à la fin du XIe siècle. La commanderie dépendait de Saint-Gilles.
2. Commune d'Albi.
3. Commune d'Ambialet. Cambon fut donné â l'Ordre du Temple, en 1171, par Bernard AI. CF, Ordre de Malte, Histoire da Grand Prieuré de Toulouse par Dom A. du Bourg, page 561.
4. Ce commandeur ne figure pas dans la nomenclature dressée par du Bourg. Il faut sans doute le placer après Guyot de Marcilhac.
5. Saint-Cirq dans les vieux textes.
6. Commune de Lombers.
7. Commune de Graulhet.
8. Commune de Lacaze.
9. Dans l'Aveyron.
10. Voir aux paroisses.
11. De Baulac figure dans la liste des grands prieurs de Toulouse (1555-1569).
12. D'après du Bourg, ce commandeur occupa la commanderie de 1561 seulement à 1563.
13. Importante commanderie du Lauraguais de laquelle dépendaient 17 membres, entre autres Saverdun, Saint-Girons, Noire-Dame de Sallan, etc.
14. C'est une des plus anciennes et des plus importantes maisons de l'Ordre sur le continent et, en quelque sorte, la maison-mère des Hospitaliers de France ou du moins des rommanderies comprises entre le Rhône et l'Océan.
15. Cette commanderie était située dans cette partie du Médoc enserrée entre l'Océan et la Gironde et qu'on désigne sous le nom de Pays d'entre deux mers. Jean de Malgnan ou Magnan de Montagut fut commandeur de Catgnac de 1555 à 1567.
16. Saint-Antonin de Lacaim.
17. Communne de Trévien.
18. Communne de Curvalle.
19. Au bas du coteau ou se dressent les restes de ce qui fut le château de Rayssac, vers la route d'Albi à Faurh, commune d'Albi, paroisse de Puygouzon.
20. De La Motte ne figure pas dans la nomenclature des commandeurs de La Selve.
21. Membre de la commanderie de La Selve. Voir le numéro qui suit.
22. Près de Cassagnes dans l'Aveyron.
23. D'après du Bourg, Aymery de La Pierre n'aurait occupé la commanderie que de 1361 à 1563. Le vrai nom du successeur de ce commandeur est Blanc de Valhausan et non Valhansy ou Belhausi.
24. Antoine de Rodez de Montalègre ne figure pas dans la nomenclature des commandeurs de Vaour.
25. La fondation de cette commanderie remonte à 1225. A cette date, Grimals de Livron fait donation aux Templiers de sa seigneurie de La Capelle et, en 1227, le comte de Toulouse se dessaisit en leur faveur de sa juridiction sur la ville et le territoire de La Capelle.
26. Lire Valhausan.
27. Ce commandeur ne ligure pas dans la nomenclature de du Bourg.
28. La Capelle-Livron et Castel-Sarrasin, Hugues de Loubens-Verdalle en fut le grand commandeur de 1560 à 1581.
29. Dans le Quercy, où il resta de 1367 à 1370.
30. Du Bourg ne cite pas cette commanderie pas plus que le nom de son commandeur.
31. Il était commandeur du Temple de Bordeaux (1582-1507).
32. D'après du Bourg, commandeur de 1570 à 1376 seulement. Il désigne comme commandeur, à partir de 1577, Balthasar de Vintimille.
33. Dans la vicomté de Fézenzaguel, Dom du Bourg ne nomme pas le commandeur Langasque, qu'il faut placer après Pierre Mosquel, vice-prieur de Malte.
34. Il faut lire Saint-Jean de la Malemontade, qui figure parmi les anciennes églises dépendant de la commanderie de Rayssac citées par du Bourg. D'autre part, un lieu dit La Salvetat existe à Montans et les Cinq Frères se trouvent à Lisle, commune limitrophe de Montans. L'église de Saint-Jean de la Malemontade devrait donc être recherchée dans la région Montans-Liste. Mais nous allons voir (n° 1688) que La Salvetat dont il s'agit ici se trouve dans la commune de Puycelci. Il devient donc difficile de situer Saint-Jean de Malemontade. Serait-ce Saint-Jean de Montels ? Les cinq Frères, fils de sainte Félicité, étalent honorés dans l'Albigeois. Leur fête était célébrée le 10 Juillet. Il y à lieu cependant de remarquer que le calendrier porte les « Sept Frères. »
35. Il occupa la commanderie de 1583 à 1603.
36. Il esiste encore, dans cette commune, un lieu dit La Commanderie.
37. Il faut lire Aussevaysse, commune de Milhars. L'église de ce nom est au nombre de celles qui figurent dans la sentence arbitrale de 1171, entre Guillaume, évêque d'Albi, et Guiseard, prieur de l'Hôpital dans l'Albigeois, au sujet des droits épiscopaux sur les églises de l'Ordre.
38. Roqueceslères et Montfranc dans l'Avevron.
39. Commune de Saint-Pierre-de-Trivisy.
40. Commune de Marsal.
41. Le commandeur de la Tronquière, en Quercy, avait titre de baron et droit d'entrée aux Etats de la Province. Du Bourg le fait occuper la commanderie de 1600 seulement à 1630.
42. Du Bourg ne lui fait occuper la commanderie qu'à partir de 1603.
43. Dans l'Aveyron.
44. Du Bourg ne cite aucune commanderie du nom d'Astros et l'on ne trouve un François de Vintimitle qu'en 1660.
45. Il occupa la commanderie de 1611 à 1620.
46. De Soubiran d'Arifat ne figure pas dans la nomenclature des commandeurs dressée par du Bourg, qui place à cette date le commandeur Tristan de Villeneuve-Maurens.
47. Commune de Teillet.
48. Saint-Félix de Sourgues dans l'Aveyron. C'est dans la liste des commandeurs de Saint-Félix que du Bourg fait figurer de Soubiran de 1611 à 1632.
49. Encore un commandeur qui ne figure pas dans la lisle de du Bourg. Il cite Antoine de Clandèves-Castelet (1617), Jean-Philippe du Cos de la Ilitte (1655), Charles de Villages (1662), Jean-Francois de Verdelin (1675-1677).
50. Cest le successeur immédiat de Jean-François de Verdelin.
51. C'est en 1655 que l'Ordre acheta la seigneurie de Guilalens, au prix de 50,500 livres.
52. Louis-Imbert de Rabot de Visselieu, que du Bourg n'a rencontré qu'une fois en 1687.
53. Il figure comme commandeur d'Arceins de 1700 à 1712.
54. Du Bourg ne cite pas de Robin de Barbantane parmi les commandeurs de Caignae. Cependant il figure dans la liste des receveurs généraux de l'Ordre (1678-1691).
55. Le même auteur cite un de Madron, dont le prénom n'est pas indiqué, comme commandeur de Caubins eu 1713-1717. Ce doit être Joseph de Madron.
56. On trouve un Puech-de-Lhom dans la paroisse de Cambon-du-Temple. Ces trois fiefs doivent sans doute être rapprochés l'un de l'autre.
57. Du Bourg a pu dresser la liste des commandeurs de Rayssac Jusqu'en 1760. Il signale : Jean de Rolland-Relhannette (1609-1702), Jean-François de Polastron-Lahillière-Saint-Cassian (1710-1715), Pierre-Félix de la Raynarde (1723-1729), Michel d'Albert de Sainte-Croix (1738), Joseph de Chalvet-Rochenfontès (1711-1716)), de Raousset (1760).

Sources: Auguste Vidal. L'ancien diocèse d'Albi, d'après les registres de notaires, pages 250 à 261. Paris, Albi 1913. - Bnf

Les Cartulaires ont été visitées 23208 fois