Commanderies par département   Commanderies par département   Commanderies par département

Les commanderies de France triées par département

01 Ain 02 Aisne 03 Allier 04 Alpes-Haute-Provence 05 Hautes-Alpes 06 Halpes-Maritimes 07 Ardèche 08 Ardennes 09 Ariège 10 Aube 11 Aude 12 Aveyron 13 Bouches-du-Rhône 14 Calvados 15 Cantal 16 Charente 17 Charente-Maritime 18 Cher 19 Corrèze 20 Corse 21 Côte d'Or 22 Côtes d'Armor 23 Creuse 24 Dordogne 25 Doubs 26 Drôme 27 Eure 28 Eure-et-Loir 29 Finistère 30 Gard 31 Haute-Garonne 32 Gers 33 Gironde 34 Hérault 35 Ille-et-Vilaine 36 Indre 37 Indre-et-Loire 38 Isère 39 Jura 40 Landes 41 Loir-et-Cher 42 Loire 43 Haute-Loire 44 Loire-Atlantique 45 Loiret 46 Lot 47 Lot-et-Garonne 48 Lozère 49 Maine-et-Loire 50 Manche 51 Marne 52 Haute-Marne 53 Mayenne 54 Meuthe-et-Moselle 55 Meuse 56 Morbihan 57 Moselle 58 Nièvre 59 Nord 60 Oise 61 Orne 62 Pas-de-Calais 63 Puy-de-Dôme 64 Pyrénées-Atlantique 65 Hautes-Pyrénées 66 Pyrénées-Orientales 67 Bas-Rhin 68 Haut-Rhin 69 Rhône 70 Haute-Saône 71 Saône-et-Loire 72 Sarthe 73 Savoie 74 Haute-Savoie 75 Paris 76 Seine-Maritime 77 Seine-et-Marne 78 Yvelines 79 Deux-Sèvres 80 Somme 81 Tarn 82 Tarn-et-Garonne 83 Var 84 Vaucluse 85 Vendée 86 Vienne 87 Haute-Vienne 88 Vosges 89 Yonne 90 Territoire-de-Belfort 91 Essonne 92 Hauts-de-Seine 93 Seine-Saint-Denis 94 Val-de-Marne 95 Val d'Oise

Département Saône-et-Loire

Bellecroix (Petit)   (71)
Domaine du Temple à Bellecroix
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Verdun-sur-le-Doubs, Commune: Ciel - 71


fief du Petit-Bellecroix
Localisation: Fief du Petit-Bellecroix


Les Templiers y possédaient un moulin et des terres.
Un bel hôtel dans la ville de Chalon, rue aux Frères.
La seigneurie de la « Racineuseseigneurie de Racineuse
seigneurie de Racineuse
 » proche de Verdun-sur-le-Doubs.
Le fief du Petit-Bellecroix sur la commune de Ciel.
Une chapelle avec des fonts à Ecolot sur Essertenne près de Couches.
Un moulin sur le Dheune à Chagny.
Un prè à Denevy.
Et des droits de dîmes sur les paroisses de: Rully; Bouzeron; Remigny; et Virey.

A ne surtout pas confondre avec la commanderie Hospitalière de Bellecroix (71)
Sources: Etat des possessions des Templiers et des Hospitaliers en Maconnais, Charollais, Lyonnais, Forez et une partie de la Bourgogne, d'après l'enquête de 1333. Par A. Charmasse - Société des antiquaires de France - Edition Paris; Champion; Autun; Dejussieu - 1878

Bellecroix, commune de Ciel
— Petit-Bellecroix, 1333 (Charmasse, Templiers page 241)
— Bellecroix, 1699 (C. O. C 7196)
— Métairie du petit Lacroix, 1760 (Etat alphabétique, page 53)
— La Commanderie-de-Bellecroix, 1783 (Nouvel état général folio 69 V)
— Bellecroix, 1844 (Etat-major)
— Ancienne possession de la commanderie de Bellecroix, commune de Charny.

Bellecroix, commune de La Racineuse
— Domus Hospitalis de la Racenouse, 1310 (Bellecroix, série H)
— L'hospitaul de la Racenousse, 1323 (Ibidem)
— L'hospitaul de la Racenousse, à l'hospitaul de Bellecroix, 1326 (Ibidem)
— Bellecroix, 1844 (Etat-major)
— En 1789, la seignerie de La Racineuse appartenait à la commanderie de Bellecroix, commune de Charny. La maison seigneurial était dans cet écrat.

La ChapelleDomaine du Temple à La Chapelle
Domaine du Temple à La Chapelle
, hameau, commune de Demigny

— Templarios Chapellae, 1190 (Maiz., H 54).
— Capella villa Templariorum, 1190 (Bellecroix, H).
— Capellæ in territorio Curina, 1226 (Lavirotte, p. 262).
— Temple de la Chapelle, 1225 (Saint-Andoche, H 930, vidimus 1307).
— Capella de Dumigné, 1239 (Bellecroix, H).
— La Chapelle de Demigney, 1304 (Bellecroix, H).
— Capella de Daminhie, 1310 (Lavirotte, p. 262).
— La Chapelle, 1360 (C.O., B 11538, f. 36).
— Lou Temple de la Chapelle de Demigny, 1379 (Bellecroix, H).
— La Chapelle des Templiers, 1451 (Maiz., H 63).
— La Chapelle, 1666 (C.O., C 2887, p. 421).
— La Chapelle de Demigny, 1760 (Etat alph., p. 69).
— La Chapelle, 1783 (Nouv. état gén., f. 92 v.).
— En 1789, possession de la commanderie de Bellecroix (C.O., C 2887, p. 421).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS

La Racineuse, commune, canton de Pierre-de-Bresse.
— Racinosa, 1190 (Maiz. H 54).
— La Racenouse delez Mervens, 1255 (Guillaume, Hist. de Salins, Guillemin).
— La Randonneuse, 1303 (Guillemin).
— La Raceneusse, 1310 (Bellecroix, H).
— La Receneuse, 1462 (C.O., B 431, folio 56).
— La Racineuse, 1476 (C.O., B 11522, folio 35).
— La Racineusse, 1483 (Bellecroix, H).
— La Rasseneuse, 1489 (Bellecroix, H).
— La Rassineuse, 1578 (C.O., C 7155).
— La Racineuze, 1666 (C.O., C 2887, page 797).
En 1789, La Racineuse dépendait du bailliage de Chalon-sur-Saône et de la recette de Saint-Laurent. Son église, sous le vocable de Saint-Jean-Baptiste, annexe de Serrigny-en-Bresse. Seigneurie, la commanderie de Bellecroix (commune de Chagny).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Bouchots (Les)   (71)
Maison du Temple Les Bouchots
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Bourbon-Lancy - 71


Maison du Temple Les Bouchots
Localisation: Maison du Temple Les Bouchots


Cette Maison du Temple, était un membre de la commanderie de Beugnay (canton de Digoin 03) et se trouvait à une lieue près de Bourbon-Lancy, avec annexe de ChangyDomaine du Temple à Changy
Biens du Temple à Changy
, commune, de Bourbon-Lancy.
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Les Bouchots, écart, commune de Bourbon-Lancy.
— En 1789, du Plat-Pays de Saint-Nazaire (Archives de la Côte-d'Or, B 11510).
— Guillaume Boussault, au Boz, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11510, folio 141 v.).
— Les Bouchots, 1763 (Etats-Major et Cassini).
— Bouchat, 1845 (Etat-major).
— Bouchot, 1856 (Annuaire, page 73) et 1968 (25 000e).
— Chez Bouchot, 1951 (I.N.S.E.E., page 14, colonne 2).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS

Changy, commune, canton de Charolles - 71.


Epinassy, Commanderie de Malte
Localisation: Epinassy, Commanderie de Malte


— En 1789, Changy dépendait des bailliage et recette de Charolles.
— Son église, sous le vocable de la Conversion de Saint-Paul, du diocèse d'Autun, archiprêtré de Charolles, à la collation de la collégiale Saint-Paul de Lyon.
— Au hameau d'Epinassy, commanderie de Malte.
— Pendant la période intermédiaire, Changy a fait partie du canton de Saint-Symphorien-lès-Charolles de 1790 à l'an IV, ensuite du canton de Charolles.
— In pago Augustodunense, Candiacum, 885 (Baluze, Miscell, II, page 150; Hist. Fr., IX, p. 340 ; Chaume, II, p. 822).
— Cangiacus, xie siècle (Longnon, Pouillés, p. 64).
— Parrochia de Jangiaco, 1105-1109 (Marcigny, 115).
— Ugo de Changiaco, 1158 (Saint-Vincent de Mâcon, 115).
— Galterus de Chamgiaco, 1298 (Cart. Eglise d'Autun, II, 175).
— Changy, 1364 (Archives de la Côte-d'Or, B 10512).
— Ecclesia de Changeyo, alias Chaugereyum, XIVe siècle (Longnon, Pouillés, p. 104).
— Changy les Charolles, 1647 (Archives de la Côte-d'Or, B 10762).
— Changy sous Charolles, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 467).
— Changy en Charollois, 1777 (Archives de la Côte-d'Or, B 11093).
— Changy, 1783 (Nouv. état gén., f. 54 v.).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Boulay (Le)   (71)
Maison du Temple Le Boulay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Digoin, Commune: Saint-Agnan - 71


Maison du Temple Le Boulay
Maison du Temple Le Boulay


Le Boulay, sur la commune de Saint-Agnan, en Saône-et-Loire, a dû appartenir d'abord à l'ordre du Temple avant de devenir membre de Beugnet. Les bâtiments à usage agricole n'ont gardé aucun caractère d'ancienneté.

Maison du Temple Le Bouchet est un simple domaine sans caractère particulier, situé à Chalmoux, en Saône-et-Loire (71), mais qui fut néanmoins une dépendance de Beugnet.
Sources: Georges CHATARD - Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais fondée en 1845. Tome 70 4e trimestre 2000.

Le Boulay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Bourbon-Lancy - 71


Biens du Temple à Le Boulay
Localisation: Biens du Temple à Le Boulay


Le Boulay avec le Bouchet (peut-être Les Bouchets) en dépendant, à une lieue de Bourbon-Lancy.
« Revenu 235 »
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Le Boulay
On trouve également, dans le Procès, le nom d'une autre maison du Temple « domus de Belleyo », située dans le diocèse d'Autun, peut-être le Boulay-en-Charollais.

Cette localité du Boulay ne semble pas figurer sur la carte de l'Etat-Major, mais on y trouve le lieu dit la CommanderieDomaine du Temple à La Commanderie
Biens du Temple à La Commanderie
, près de Coulanges, au sud de Saint-Agnan (71) ou près de Pierrefitte-sur-Loire (03).
La carte de Cassini place le Boulay au nord-est de Saint-Agnan, et à côté, un peu au sud, se lisent les indications suivantes: les Chevaliers et un ancien prieuré ruiné. Il se peut donc qu'il y ait eu, au Boulay ou aux environs, une commanderie, mais rien ne prouve, il est vrai, que ce fût une maison du Temple.
Cette maison du Temple est située à cheval sur la Saône et Loire et l'Allier.

La maison du Temple indiquée sous la forme latine citée plus haut fut cependant plus qu'une ferme, car elle avait chapelle, et son précepteur, en 1300, était un chevalier nommé « frater Guillelmus Geandi. ».

Vraisemblablement, cette commanderie dépendait du maître du Temple en Bourgogne, et cependant c'est celui du Limousin et de l'Auvergne, que l'on trouve au Boulay, en 1291, à propos d'une réception.

Précepteur du Boulay: 1300, « frater Guillelmus Geandi, miles »
Sources: Trudon des Ormes: Les possessions templières recueillent durant les interrogatoires des templiers par les hommes de Philippe le Bel et les commissions pontificales des diocèses de France. La plupart de ces informations sortent des archives départementales, de la bibliothèque nationale et des textes rédigés par Michelet sur le Procès des Templiers.

Procès des Templiers, tome II, page 100
Requisitus si vidit recipi alium vel alios in ordine, respondit se vidisse unum solum recipi, videlicet fratrem Gerardum quondam de Bonart servientem, Eduensis diocesis, in capella predicte domus de Belleyo, circa festum Nativitatis Domini proximo preteritum fuerunt decem anni vel circa; quem recepit frater Guillelmus Geandi miles, preceptor dicte domus, presentibus fratribus Stephano Marreu, Hugone de Bonart, quondam fratre dicti recepti, Martino Curbita et Guillelmo de la Toyssoniera, quos credit vivere; in cujus Gerardi recepcione non vidit aliquid illicitum fieri vel injungi. Credit tamen quod postea per dictum receptorem vel alium illicita confessata per eum fuerint injuncta dicto Gerardo et facta per eum.
Sources: Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 — Imprimerie Nationale — Paris — M. DCCC. LI.

La Commanderie, écart commune de Rigny-sur-Arroux.
— La Grange du Commandeur du Bouloy, 1443 (Archives de la Côte-d'Or, B 966 folio 185.)
— La Commanderie, 1848 (Carte d'Etat-Major)
— En 1789, possession de la commanderie de Malte du Boulet.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Boye   (71)
Seigneurie de la Tour de Boye
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, commune: Saint-Gengoux-de-Scissé - 71


Seigneurie de la Tour de Boye
Localisation: Seigneurie de la Tour de Boye


La censive et la justice du Temple de Sainte-Catherine à Boye avaient la même source que celle de Charcuble dont Boye était une sorte d'annexe.

Un hospice à Boye s'imposait, comme nécessité par le relais qui devait se trouver en cet endroit où commençait la grande côte qui monte au col de Charcuble. Boye se trouvait également sur la voie romaine de Mâcon à Autun.

La censive du commandeur s'étendait aux environs de la Tour de Boye, elle comprenait des maisons, ainsi que des fonds situés près de cette tour et sur le chemin de Boye à la fontaine dudit lieu, et sur un climat sis à Saint-Gengoux-de-Scissé au lieu dit Les Condemines alias les Plantes (1).
1. M. G. de Leusse dans Bonbon, sa chapelle, ses peintures {Annales de l'Académie de Mâcon, 3e série, t. XVII, 1912), signale le culte, dont était l'objet sainte Catherine à Saint-Gengoux-de-Scissé, et la curieuse statue de cette sainte conservée à l'église dudit lieu (page 466)
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.
Top

 

Buxy   (71)
Maison du Temple de Buxy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Buxy - 71


Maison du Temple de Buxy
Maison du Temple de Buxy


Buxy fut réuni à la couronne par Louis XI, en 1477, d'où son surnom de Buxy-le-Royal.

On a déjà vu que l'un des comtes de Châlon avait, en 1234, maintenu les Templiers dans leur droit de fief sur les fonds dont était doté leur petit Temple de Buxy, qui se trouvait situé hors du bourg, près du village de Jully.

Cet établissement avait été fondé, en 1185, par Béatrix, comtesse de Châlon.

Un Templier de cette maison, nommé Martin, de Buxy, fut entendu, en 1310, comme témoin lors de l'instruction de leur procès.
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.

Le Temple, ferme commune de Jully-—
— Preceptor Templi Buxiarum, 1024 (Maiz., H 54)
— Moulin du Temple, 1573 (Fonds du temple de Chalon, H)
— Le Temple de Buxy, 1609 (Fonds de la commanderie de Bellecroix, H)
— Maison du Temple, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C. 2887, page 581)
— Ferme de la commanderie et moulin du Temple (Archives de la Côte-d'Or, C. 3530, pages 167-168)
— Le Temple, 1760 (Etat alphabétique, page 100)
— La commanderie du Temple, 1783 (Nouvel état général, f, 134 v)
— Le Temple, 1844 (Carte Etat-Major)
— En 1789, maison de la commanderie de Malte de Chalon-sur-Saône, avec chapelle (Archives de la Côte-d'Or, C. 3530, pages 167)
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Chalons-sur-Saone   (71)
Maison du Temple de Châlons-sur-Saône
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Cantons: Chalon-sur-Saône — 71


Maison du Temple de Châlons-sur-Saône
Maison du Temple de Châlons-sur-Saône


Le siège de cet établissement fondé par les Templiers, et dont les Hospitaliers héritèrent plus tard, occupait une large place à part, hors de l'enceinte primitive de la ville, sur laquelle place furent élevées d'assez fortes constructions, enfermées dans un enclos bordé par la rivière, et dont il ne reste d'autre témoin qu'une chapelle relevée, en 1407, sur les ruines de l'ancienne, par les soins d'un des commandeurs, Hugues d'Arcy.

La rue où est situé ce petit monument, devenu propriété particulière, ainsi que le port voisin sur la Saône, ont longtemps porté le nom historique du Temple, qu'on n'eût pas dû laisser perdre.

Cette chapelle avait servi de sépulture aux Templiers et ensuite aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem; elle renfermait plusieurs pierres tombales curieuses, que la Société d'histoire et d'archéologie de Châlons-sur-Saône a obtenues du propriétaire et qu'elle conservera avec soin.

Nous n'en citerons qu'une seule, qui, par sa singularité, pourra peut-être intéresser. Elle ne reposait pas, comme les autres, sur le sol, mais elle était appliquée à la muraille, à 1m. 60 de hauteur. Quand on l'enleva, on vit qu'elle cachait une boîte qui tomba en poussière et qui contenait les ossements d'une jambe et d'un pied avec quelques monnaies frustes. Cette pierre portait l'inscription instructive que voici textuellement:


L'AN DE GRACE MVº ET X LE XXIV DE IANVIER FVT ICY MIS LE PIED DROIT ET PARTIE DE LA IAMBE DE R. HELYE DV BOYS GRAND PRIEVR DE CHAMPAGNE ET COMMANDEVR DE CHALON, LAQVELLE LVY FVST CVOUPEE POVR INCONVENIENT DE MALADIE ET MOVRVT LE PENVLTIEME IOVR DE IVILLET EN SVIVANT 1510. PRIEZ DIEV POVR LVY.


Il est probable que ce ne fut pas la vanité de ce digne grand-prieur qui détermina l'érection de ce petit monument, mais plutôt, sans doute, un sentiment de respect et de regret du commandeur du Perron qui lui succéda à Châlons-sur-Saône.

Il est bien constaté que les Templiers étaient venus se poser a Châlons-sur-Saône comme sur les autres points de la Bourgogne dès le XIIe siècle, car de bonne heure ils étaient en discussion avec Jean, comte de Châlons-sur-Saône, qui leur disputait la propriété d'une grande pièce de pré nommée « le Breuil », entre « Saint-Jean-de-Maizel et Saint-Cosme », qui leur avait été donnée, en 1150, par le duc Eudes II. Mais l'évêque Durand parvint à rétablir le bon accord par un traité du mois d'octobre 1234, au moyen duquel les droits des Templiers sur ce pré du Breuil, comme ceux dont ils étaient en possession en vertu de titres anciens sur le village de « Sevrey » et sur leur « fief de Buxy », localités où ils avaient des maisons du Temple, leur furent confirmés par ce comte de Châlons-sur-Saône, qui, repentant et voulant les dédommager du trouble qu'il leur avait causé, leur concéda à perpétuité et par pure aumône l'usage de prendre du bois dans toutes les forêts de son comté, et le droit de pâturage sur ses terres, y ajoutant le procédé honorable de demander à être affilié à la milice du Temple « cum isdem fratrern ad petitionem meam in confraternitatem me recepissent. »

En 1225, il leur fut fait donation par Didier de Châlons-sur-Saône, du consentement de Guilleinette, sa femme, d'un « abergement » et de bâtiments proche les murailles de la ville pour adjoindre à leur maison.

Plus tard, en 1251, le duc Hugues IV, voulant avoir part aux mérites et récompenses des frères de la milice du Temple de Châlons-sur-Saône, leur allouait une rente de 50 livres « digenoises » à prendre sur le produit des foires chaudes. Mais la perception de cette rente sur les foires ayant amené des difficultés, le bon duc Philippe la convertit, en 1429, en une allocation annuelle de 33 livres et un demi-gros vieil sur les produits de ses levées dans le Châlonnais, ce à quoi René Pot, commandeur du Temple de Châlons-sur-Saône, donna son consentement.

En 1307, on trouve encore la mention de cette maison du Temple dans l'instruction du procès, par un certain frère nommé Constant, de Bissey, qui avait été admis dans l'ordre en se soumettant à de curieuses conditions que nous ne traduirons pas pour cause:
« Frater Constantius, de Biciaco la Coste, venditor vinorum domus Templi de Pruvini, dixit quod fuit receptus in domo Templi Cabilonensis per fratrem Odonem de Castronovo, preceptorem BALLIVIE Cabilonensis presentibus fratribus Guillelmo, DISPENSATORE, et Stephano de Buris, BERGERIO dicte domus... »
« Item dixit per juramentum suum quod recipiens fecit se osculari ab eo in ore et in umbilico, et precepit sibi quod oscularetur eum in parte posteriori in fine spine dorsi, sed ipse noluit facere. »
César Lavirotte — Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne — Membre de la Société française pour la conservation des Monuments — 1852.

Châlons-sur-Saône — Cartulaire du Temple
Petrus de Sancto Romano. 1238. Châlons-sur-Saône. « Preceptor domorum mil. Templi in Francia. »
Sources: E-G. Léonard, Introduction au Cartulaire Manuscrit du Temple (1150-1317) constitué par le Marquis d'Albon.

Châlons-sur-Saône sous les Hospitaliers de Saint-Jean
Enfin l'exemption des droits de péage dont les frères hospitaliers, qui avaient alors succédé aux Templiers, jouissaient depuis longtemps ainsi que leurs serviteurs, donna lieu, en 1371, à un jugement par lequel Jean de Fusey, demeurant au pont de Grone, dut faire réparation publique à frère Laurent de Bretenay, commandeur de Châlons-sur-Saône, le genou en terre, en lui présentant une branche de fenouil, pour avoir osé saisir les mitaines d'un de ses valets qui s'était refusé a payer le passage au pont de Grosne, MM. les Hospitaliers étaient aussi fort rigides à faire maintenir les privilèges de leur enclos du Temple.

Deux jugements vont nous en fournir la preuve. L'un, de 1455, Jean de Vienne étant alors commandeur, fit condamner George, bâtard de Namur, et consorts, à faire dire une messe et à offrir une livre de cire, pour s'être permis de frapper de coups de poing, dans la maison du Temple, deux de ses hommes de Givry, nommés Philibert Perret et Guichard Factet.

L'autre est une sentence rendue, en 1522, en la justice de la commanderie, le roi François 1er étant pour lors à Châlons-sur-Saône, contre Jean de Brigny, capitaine de la ville, qui, au mépris des franchises des Hospitaliers, s'était permis d'entrer dans l'enclos du Temple pour y poser des gardes, et d'enlever par violence les clefs des portes allant en Saône que détenait l'agent de la commanderie, ce qui le fit condamner à 8 livres d'amende et à faire réparation au commandeur.
Sources: César Lavirotte — Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne — Membre de la Société française pour la conservation des Monuments — 1852.

Eglise du Temple de Châlons-sur-Saône
L'église du Temple était jadis isolée au milieu des bâtiments de la commanderie qui s'étendait de la rue de Lyon actuelle à la Saône. Transformée en fabrique de liqueurs, elle est enserrée par des maisons, de sorte qu'on ne voit que sa façade, dans la rue qui porte le nom de rue du Temple, et son chevet au fond d'une cour donnant sur le quai Gambetta.

Son plan est un rectangle dont les dimensions extérieures sont approximativement 23 mètres 50 sur 9 mètres. La construction était contrebutée par treize contreforts, deux à la façade, deux au chevet, cinq sur la face nord et quatre seulement à la face sud, le premier contrefort de cette dernière étant remplacé par une tourelle carrée.

La façade a été très modifiée: le premier contrefort de la face nord a disparu et la maison voisine vient s'appuyer sur le contrefort de gauche de la façade.
La porte, de style classique, date sans doute de 1769, année où le commandeur de Dyo-Montperroux fit exécuter d'importantes réparations; son fronton arrondi, aux armoiries martelées, coupe le ressaut à larmier signalé plus haut.

Au-dessus sont percées une ouverture carrée et, plus haut, une fenêtre en plein cintre, qui paraissent très restaurées. Le pignon est peu aigu (90º); à droite un mur le relie à la tourelle qui remplace le premier contrefort de la face méridionale.

La partie inférieure de cette tourelle est à l'alignement de la façade, mais la partie supérieure, à la hauteur du glacis du contrefort de droite, s'avance en encorbellement supporté par des modillons qui ont l'apparence — mais l'apparence seulement — de mâchicoulis.

Sur les deux autres faces de la tourelle, le surplomb est d'ailleurs beaucoup moins prononcé qu'en façade.

Des meurtrières éclairent l'escalier à vis que renferme la tourelle. Pignon, mur de raccord et tourelle sont couronnés par la corniche à modillons concaves, dite corniche bourguignonne; le modillon de l'angle nord-ouest est remplacé par une tête humaine grimaçante.

La façade ayant été remaniée, quelques détails rappellent un état antérieur qu'on ne peut reconstituer: dans l'angle formé par la face interne du contrefort de droite et le mur, au-dessus du ressaut est logé un pan de maçonnerie en surplomb qui correspond à une ouverture murée de l'escalier de la tourelle. A la même hauteur, sur la face interne du contrefort de gauche, est fixé un corbeau en quart de cercle.

Signalons encore qu'à la base de la tourelle a été scellée la pierre tombale du commandeur Calais de la Barre, mort le 22 août 1559, qui a été retrouvée en décembre 1919, au cours de travaux exécutés dans l'église.
Le chevet plat est éclairé d'un triplet dont la fenêtre centrale est légèrement plus large (0 mètre 80) que les fenêtres latérales (0 mètre 70). Le pied des fenêtres repose sur le ressaut à larmier, mais ce dernier est plus bas d' environ un mètre que sur les faces latérales.

Au-dessus du triplet est percée une petite fenêtre en plein cintre, légèrement désaxée à gauche, grossièrement agrandie par l'arrachage de quelques pierres. Le contrefort de droite du chevet a disparu, englobé dans une bâtisse moderne.
Tout l'édifice est construit en petit appareil très régulier, l'encadrement des fenêtres, les angles de la tourelle, la face antérieure des contreforts étant en échantillon plus grand.

L'intérieur du Temple a été complètement transformé. Le sol a été abaissé et deux planchers établis, de sorte que la nef forme aujourd'hui trois étages, dont deux sont plafonnés et le troisième voûté. La voûte est une voûte d'arêtes établie en 1769.

Elle se compose seulement de trois travées, les deux dernières travées de l'église étant couvertes par un seul élément de voûte. Les retombées des voûtes pénètrent dans les murs qui sont aujourd'hui absolument rectilignes, sans trace de colonnettes ni de culots.

On ignore donc comment était supportée la voûte primitive, mentionnée dans les visites du XVIIe siècle. La seule partie intéressante de l'intérieur est constituée par les escaliers à vis. Comme dans tous les escaliers de tourelle, il y en a, en effet, deux: le premier large, d'un mètre, occupe la tourelle de l'angle sud-ouest jusqu'à la hauteur de la voûte de l'église et débouche dans le grenier, sous une voûte d'ogives très simple: les ogives ont une section carrée et la clef, très petite, est ornée d'un feuillage à faible relief; cette voûte est environ à mi-hauteur de la partie en encorbellement de la tourelle.

Au-dessus d'elle se trouve une petite pièce (3 mètres 25 sur 2 mètres), où l'on monte par le second escalier à vis, large de 0 mètre 60, qui commence là où aboutit le premier. Cette pièce est voûtée de la même façon que la cage d'escalier inférieure. Elle a été transformée en colombier à une époque ancienne, une des trois meurtrières qui l'éclairaient, celle du sud, a été élargie à sa base et des pots ont été disposés contre le mur.

La tourelle est couverte aujourd'hui de tuiles creuses; elle l'était déjà au temps de Jules Chevrier, mais ce n'est sans doute pas l'état primitif. Le second escalier permet, en effet, de parvenir au-dessus de la deuxième voûte et les visites des XVIIe et XVIIIe siècles mentionnent un clocher: au devant de la porte et sur le pignon du coté de la cour est un clocher de bois couvert de tuile comme tout le reste du corps de ladite chapelle, dans lequel sont deux cloches presque de mesure grosseur et d'environ chacune de vingt pouces de diamètre.

Nous ne possédons aucun renseignement sur la date de cette église dont on ne connaît même pas le vocable avec certitude: elle est appelée le plus souvent Saint-Barthélemy, mais aussi parfois Saint-Jean-Baptiste.

Cet édifice présente en réalité, tous les caractères du XIIIe siècle, notamment dans ses fenêtres, dans sa corniche analogue à celle du choeur de Saint-Vincent construit vers 1230.

Les ogives des deux voûtes de la tourelle sont assez archaïques, mais c'est là un caractère qu'on retrouve dans toutes les petites églises du XIIIe siècle de la région comme l'a montré encore tout récemment une élève de l'Ecole des Chartes, Mlle Fernillot, dans sa thèse consacrée aux Eglises gothiques dans l'ancien diocèse de Châlons-sur-Saône.

Les éléments qui permettraient une datation rigoureuse: chapiteaux, base de colonnes, faisant entièrement défaut, il faut se contenter de placer vers le milieu du XIIIe siècle, sans préciser davantage, la construction de cet édifice qui est un bon exemple à la fois du style gothique bourguignon et de l'architecture des templiers.
Sources Texte de l'OSJ: Ordre de Saint Jean

Baillie templière de Chalon-sur-Saône
Inventaire de 1698:
— Temple de Chalon, maison, chapelle, moulin sur bateau;

Bois-Verdenay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse, Commune: Allériot — 71


Domaine du  Temple à Verdenay
Localisation: Domaine du Temple à Verdenay


— Le Temple de Le Bois-Verdenay.
Bois-Verdenet, hameau, commune d'Allériot.
— Subtus Boscum Verdeneys, 1257 (Cart. Saint-Vincent de Chalon, 749).
— Bos Vertenay, 1284 (Saint-Marcel, H 255).
— Bois Verdenois, 1313 (Niepce, page 213).
— Boscus Verdonay, 1395 (Bellecroix, H).
— Bois Verdenoy, 1415 (Chap. cath. Saint-Vincent de Chalon, G 155).
— Bois Verdenay, 1694 (Bellecroix, H).
— Verdenet, 1759 (Archives de la Côte-d'Or, C 7113).
— Verdener, 1763 (Etats-Cassini).
— Bois-Verdenet, 1844 (Etat-major).
En 1789, membre de la commanderie de Chalon-sur-Saône de l'ordre de Malte, avec chapelle (Carte des Etats).

Loisy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Louhans, Canton: Cuisery — 71


Domaine du  Temple à Loisy
Localisation: Domaine du Temple à Loisy


— Le Temple de Loisy, maison et terres.

Lessart
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chagny, Commune: Demigny — 71
— Le Temple de Lessart


Domaine du  Temple à Lessart
Localisation: Domaine du Temple à Lessart



Chauley
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse, Commune: Saint-Martin-en-Bresse — 71


Domaine du  Temple à Chauley
Localisation: Domaine du Temple à Chauley


— Temple de Chauley, avec maison grange terres.

Le Temple de Sevrey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône — 71


Maison du Temple de Sevrey
Localisation: Maison du Temple de Sevrey


— Temple de Sevrey, domaine avec maison et terres.
Le Temple, ferme, commune de Sevrey.
— En 1789, possession de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.
— Homines Templi de Siveri, 1234 (Perry, pr., page 63).
— Domo ordinis vocata a Sivre, 1307 (Lavirotte, page 266).
— La maison du Temple de Sevrey, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, f. 14).
— L'ostel du Temple de Sevrey ferme de foussez, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, f. 27).
— L'hostel du Temple de Sevrey, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, f. 26 v.).
— La grangerie du Temple, 1691 (Archives de la Côte-d'Or, C 6770).
— La ferme du Temple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 281).
— Commanderie, 1783 (Etats-Cassini).
— La Commanderie du Temple, 1780 (Courtépée, III, page 410).
— Le Temple, 1783 (Nouv. état gén., f. 300 v.).

Temple de Buxy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Buxy — 71


Maison du Temple de Buxy
Localisation: Maison du Temple de Buxy


— Temple de Buxy, avec chapelle, maison, seigneurie, moulin et terres.

Temple (Le), ferme, commune de Jully-lès-Buxy.
— En 1789, maison de la commanderie de Malte de Chalon-sur-Saône, avec chapelle (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 167 ; Courtépée, III, page 382).
— Preceptor Templi Buxiarum, 1204 (Maiz., H 54).
— Moulin du Temple, 1573 (Temple de Chalon, H).
— Le Temple de Buxy, 1609 (Bellecroix, H).
— Maison du Temple, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 581).
— Ferme de la commanderie du Temple et moulin du Temple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 167-168).
— Le Temple, 1760 (Etat alph., page 100).
— La Commanderie-du-Temple, 1783 (Nouv. état gén., f. 134 v.).
— Le Temple, 1844 (Etat-major).

Givry
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Givry — 71
— Temple de GivryDomaine du  Temple à Givry
Domaine du Temple à Givry
, avec des maisons et des vignes.
Il y avait aussi un moulin du Temple. (César Lavirotte, page 266)

Saint-Oyen
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, Commune: Montbellet — 71
— Le Temple de Saint-OyenDomaine du  Temple à Saint-Oyen
Domaine du Temple à Saint-Oyen
, maison, terres et dîmes.

Saint-Loup-de-Varennes
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône, Commune: Saint-Loup-de-Varennes — 71
— Domaines et dîmes à Saint-LoupDomaine du  Temple à Saint-Loup-de-Varennes
Domaine du Temple à Saint-Loup-de-Varennes


Saint-Maurice
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse — 71
— Dîmes de Saint-MauriceDomaine du  Temple à Saint-Maurice
Domaine du Temple à Saint-Maurice
[en Rivière].

Lux
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chalon-sur-Saône-Sud — 71
— Le pré de LuxDomaine du  Temple à Lux
Domaine du Temple à Lux
.

Lux-Sevrey, commune, canton de Chalon-sur-Saône-sud.
— In villa Sivrei, 1153 (Ferté, H 24).
— Grangia de Siviri, 1234/35 (Perry, pr., page 63).
— Sivere, 1255 (Saint-Vincent de Chalon).
— Sevrel, 1267 (Ferté, H 28).
— Sirve, 1307 (Lavirotte, page 266).
— Sevreyum, 1320 (Longnon, Pouillés, page 175).
— Sirvey, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 8 v.).
— Cevrey, 1394 (Archives de la Côte-d'Or, B 11540, f. 30).
— Sevrey, 1408 (Archives de la Côte-d'Or, B 11541, f. 22).
— Severey, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 281).
En 1789, Sevrey dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Ancienne commanderie du Temple, réunie à la commanderie de Malte de Chalon-sur-Saône.
Pendant la période intermédiaire, Sevrey a fait partie du canton de Varennes-le-Grand.
La commune de Lux a été réunie à Sevrey de 1823 (ordonance du 26 novembre) à 1867 (arrêté préf. du 24 octobre).

Le hameau de Droux, en partie de Sevrey avant 1823, en 1867 été rattaché à la comune de Lux.
— Le pré de Chalon;
— Le droit de langue de boeuf;
— Les cens sur les maisons de Chalon et du faubourg;
— Les cens des terriers des villages de Saint-Maurice, Chevrey, Damerey, Prondevaux, Chatenay;
— Les bois en coupes réglées;
— Les dîmes des tupiniers de Sevrey.
Ne figurait pas dans cet inventaire pour la raison suivante: ces maisons templières ont été retirées de la langue d'Auvergne pour être intégrées à la langue de France.
— Le Temple de Montbellet, seigneurie, maison, chapelle, bâtiments agricoles, grange, terres dîmes, cens;
— Le Temple de Rougepont, maison, chapelle, bâtiments agricoles, grange, terres dîmes, cens;

Pour les biens ci-dessous, ils faisaient partie de la rive opposée de la Saône dite outre Saône:
Le Temple de Bois-Verdenet
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse, Commune: Allériot — 71


Maison du Temple de Bois-Verdenet
Localisation: Maison du Temple de Bois-Verdenet


Bois-Verdenet, hameau, commune d'Allériot.
— Subtus Boscum Verdeneys, 1257 (Cart. Saint-Vincent de Chalon, 749).
— Bos Vertenay, 1284 (Saint-Marcel, H 255).
— Bois Verdenois, 1313 (Niepce, page 213).
— Boscus Verdonay, 1395 (Bellecroix, H).
— Bois Verdenoy, 1415 (Chap. cath. Saint-Vincent de Chalon, G 155).
— Bois Verdenay, 1694 (Bellecroix, H).
— Verdenet, 1759 (Archives de la Côte-d'Or, C 7113).
— Verdener, 1763 (Etats-Cassini).
— Bois-Verdenet, 1844 (Etat-major).
En 1789, membre de la commanderie de Chalon-sur-Saône de l'ordre de Malte, avec chapelle (Carte des Etats).

Le Temple de Sirvey il faut lire Sevrey (canton de Chalon Sud).
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône, Commune: Sevrey — 71


Maison du temple de Sevrey
Localisation: Maison du temple de Sevrey


Le Temple, ferme, commune de Sevrey.
— En 1789, possession de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.
— Homines Templi de Siveri, 1234 (Perry, pr., page 63).
— Domo ordinis vocata a Sivre, 1307 (Lavirotte, page 266).
— La maison du Temple de Sevrey, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, f. 14).
— L'ostel du Temple de Sevrey ferme de foussez, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, f. 27).
— L'hostel du Temple de Sevrey, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, f. 26 v.).
— La grangerie du Temple, 1691 (Archives de la Côte-d'Or, C 6770).
— La ferme du Temple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 281).
— Commanderie, 1783 (Etats-Cassini).
— La Commanderie du Temple, 1780 (Courtépée, III, page 410).
— Le Temple, 1783 (Nouv. état gén., f. 300 v.).

Le Temple de Monteret il faut lire Montot.
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Buxy, Commune: Bissey-sous-Cruchaud — 71


Maison du temple de Montot
Localisation: Maison du temple de Montot


Montot, hameau, commune de Vaudebarrier.
— Montet, 1370 (Archives de la Côte-d'Or, B 955, f. 339 v.).
— Le Montot, 1625 (Lex, Fiefs, page 103).
— Montot, 1648 (Archives de la Côte-d'Or, C 6872) et 1951 (I.N.S.E.E., page 74, col. 1).
— Le Monto, alias Moutot, 1892 (Siraud, page 141, col. 1 et page 150, col. 2).
En 1789, en partie possession de la commanderie d'Epinassy (Archives de la Côte-d'Or, B 11558, f. 6).

Et puis, pour être complet, il faut ajouter à cette baillie de Chalon en 1333, suite à l'inventaire avant sessions des biens:
Le Temple de Dieulegard
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Mont-Saint-Vincent, Commune: Saint-Micaud — 71


Maison du Temple de Dieulegard
Localisation: Maison du Temple de Dieulegard


Chapelle (La), écart, commune de Saint-Micaud.
— Bartholomeus de Genestoy, 1184 (Ferté, H 25).
— Genestei, 1206 (Ferté, H 26).
— La chappelle de Genestoy, 1435 (Archives de la Côte-d'Or, B 964, f. 466).
— Genetoy, 1452/53 (Archives de la Côte-d'Or, B 963).
— Genestoy de Saint Micault, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11510, f. 106).
— La Chapelle Genetoye, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, page 688).
— La Chapelle, 1784 (Archives de la Côte-d'Or, C 6855).
En 1789, du bailliage de Montcenis (B 11510, f. 110).
Chapelle (déjà ruinée en 1666) dépendant de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 2884, page 919).

La Chapelle du Temple de Rully
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chagny — 71


La Chapelle du Temple de Rully
Localisation: La Chapelle du Temple de Rully


Demigny, commune, canton de Chagny.
— Capella in comitatu Cabillonensi supra fluvium Duinamæ in honore Sancti-Martialis, 877 (Charte pour Saint-Andoche d'Autun, Bibl. Ecole des Chartes, I, page 208 ; Chaume, II, page 1000).
— Villa de Dumigniaco, 1190 (Maiz., H 54).
— Parrochia de Dumenne, 1204 (Maiz., H 54).
— Capella de Demigney, 1212 (Maiz., H 55).
— Villa de Demineyo, 1223 (Pérard).
— Territoriumæ de Deminie, 1294 (Maiz., H 55).
— Villa de Duminiaco, 1225 (Maiz., H 55).
— Parrochia de Demigneio, 1225 (Lavirotte, page 262).
— Parrochia de Dumigni, 1225 (Saint-Andoche, H 930, vidimus 1307).
— Villa de Demigneyo, 1241 (Perry, pr., page 66).
— Dimigniacus, 1252 (Saint-Marcel, H 255).
— Archipresbiter Dimigneii, 1253 (Maiz., H 56).
— Daminhie, 1310 (Lavirotte, page 262).
— Migny, 1313 (Niepce, page 241).
— Demigneyum, archipresbiteratus de Diminieyo, 1320 (Longnon ; Pouillés, page 175 et 176).
— Decima de Demigner, 1323 (Maiz., H 57).
— Demigne, 1334 (Maiz., H 58).
— Demigney, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 36).
— Villa de Digmeygneyo, 1380 (Maiz., H 59).
— Villa de Dimigneyo, alias Dumigneyo, 1436 (Saint-Andoche, H 930).
— Villa de Demigniaco, 1500 (Bellecroix, H).
— Demigny, 1503 (Archives de la Côte-d'Or, B 11730, f. 352).
En 1789, Demigny dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Ancienne maison du Temple à La Chapelle, possession de la commanderie de Bellecroix.

Le Temple de Launay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Semur-en-Brionnais, Commune: Sainte-Foy — 71;


Maison du temple de Launay
Localisation: Maison du temple de Launay


Launay, hameau et château, commune de Sainte-Foy.
— Lannoy, 1381 (Archives de la Côte-d'Or, C 6281, f. 5 v.).
— Launois, 1381 (Archives de la Côte-d'Or, B 10529).
— Lanois, 1382 (Archives de la Côte-d'Or, B 10529).
— Lanoys, 1382/83 (Archives de la Côte-d'Or, B 10530).
— Launoy, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11510, f. 115 v.).
— Launoys, 1483 (Archives de la Côte-d'Or, B 978 bis, f. 20).
— Lanoix, 1487 (Archives de la Côte-d'Or, B 10583).
— Lannoix, 1533/34 (Archives de la Côte-d'Or, B 978ter, f. 72).
— Lannoys, 1551 (Archives de la Côte-d'Or, B 978ter, f. 302 v.).
— Launay, 1663 (Archives de la Côte-d'Or, C 7426).
— Laulnay, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, page 241).
— Château-de-Launay ; Lannoy, alias Launay, 1892 (Siraud, page 82, col. 2, page 126, col. 2 et page 127, col. 1).
En 1789, paroisse de Briant, du bailliage de Semur-en-Brionnais.
Château avec chapelle Saint-Jean-Baptiste, à la commanderie de Mâcon de l'ordre du Temple puis de Malte (Courtépée, III, page 96).
Avant 1863, commune de Briant.

— Le Temple de Bellecroix (à ne pas confondre avec la commanderie hospitalière de Bellecroix);

Pour ce que nous avons trouvé sur le précepteur du Temple:
Jean de Troyes (Johannes de Trecis), d'une famille originaire de la Champagne, il était précepteur de la baillie de Chalon et de Rougepont (domus de Rubeo-Ponte).

Il est à remarquer, que les deux Ordres ont cohabités en bonne ammonie jusqu'à la disparition des Templiers et que la baillie templière de Chalon-sur-Saône ne fut pas démantelée, ni intégrée à des biens Hospitaliers très peux nombreux dans la proximité des biens Templiers.

En effet, l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem à Chalon était rattaché à la commanderie et baillie de Bellecroix autour desquelles étaient groupées toutes les anciennes possessions le l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne méridionale, alors que toutes les anciennes préceptorie du Temple étaient réunie autour de la préceptorie et baillie de Chalon-sur-Saône.

Il n'y a pas eut dans les premiers temps réunion des biens des deux ordres, il y eut fusion que plusieurs dizaines d'années après la chute de l'Ordre du Temple.

Une enquête fut faite par Jean de Paroy, juge d'appel de Lyon pour le roi de France sur la valeur des revenus des possessions des Hospitaliers et tout particulièrement des possessions issues des biens de l'Ordre du Temple;

On peut par cette enquête se rendre compte de l'importance du seul Temple de Montbellet dit Sainte-Catherine à l'époque des Templiers, il est improbable que ces biens Templiers aient changé entre 1313 et 1333.

Voici l'extrait de cette enquête concernant Montbellet. C'est la prins de la Maison de Mont-Bellot qui fut jadis du Temple:
— Premièrement en rentes de deniers déhues en divers lieux par menues parties: 6 livres.
— Item 4 bichez de froment de rente, 4 bichez de seigle et 6 bichets d'avoine qui sont estimez, l'un parmi l'autre, à la somme de 100 sols tournois.
— Item 20 gélines, 6 deniers la géline, valant 10 sols.
— Item 12 livres de cire, qui sont converties pour l'usage de la chapelle.
— Item 60 ouvrées de vigne, l'ouvrée 5 sols, valant 5 livres.
— Item 40 soitures de prés, la soiture estimée à 5 sols, valent 10 livres.
— Item environ 70 journaux de terres gaynable, le journal 2 sols, 6 deniers, valent 8 livres, 15 sols.
— Item pour un moulin qui est estimez 6 bichez de blé mouture, le bichet où pris de 6 sols, valent 36 sols.
— Item la dîme déhu en certain lieu à Saint-Ouein, qui vaut environ 5 bichez de blé commun, le bichet estimé à 6 sols, valent 30 sols.
— Item en ladite maison à environ cent journaux de menus bois qui se gastent en l'usage de la maison.
Sources pour Montbellet, Rougepont et la baillie de Chalon-sur-Saône, G. Jeanton
Top

 

Charcuble   (71)
Seigneurie de Charcuble
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, commune Bissy-la-Mâconnaise - 71


Seigneurie de Charcuble
Seigneurie de Charcuble


La censive et la justice, haute, moyenne et basse, qu'avait le Commandeur de Montbellet à Charcuble, devaient avoir également le même point de départ qu'à Senozan et à Farges. Il devait y avoir en ce lieu, situé sur l'ancienne voie romaine de Mâcon à Autun, au col du mont Saint-Romain, un hospice dépendant du Temple de Montbellet.

Le nom caractéristique de Condemine de l'Hôpital porté par l'un des finages de la censive du commandeur est particulièrement à noter.

Cette justice ou censive s'étendait sur les climats de la Condemine de l'Hôpital, du Champ Petit Oeuf, de la Combe, de la Mure Luron.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.

Charcuble hameau, commune de Bissy-la-Mâconnaise
— Carcuble (Charcuble)
— Charcuibles, Charculles (Charcuble)
— Charuble (Charcuble)
— Checubles (Charcuble)
— Charculles, 1360 (C.O., B 11538, f. 18).
— Charcubles, 1381-1382 (C.O., B 11539, f. 7).
— Charcuibles, 1394 (C.O., B 11540, f. 48).
— Charcuble, 1443 (C.O., B 535).
— Chercubles, 1530 (C.O., B 537, f. 9 v.).
— Chereuble, alias Chercuble, 1666 (C.O., C 2887, p. 301).
— Chercubles, 1666 (C.O., C 2889, p. 205).
— Carcuble, alias Charcuble, 1760 (Etat alph., pp. 21 et 26).
— Chercuble, 1763 (Etats-Cassini).
— Charuble, 1780 (Courtépée, III, p. 364).
— Charcuble, 1848 (Etat-major).
— En 1789, Charcuble dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône et formait avec Fragnes et Ouxy, com. de Cruzille une communauté; avant 1784, rattaché à Boyé et Bonzon, com. de Saint-Gengoux-de-Scissé (Etat alph. de 1760, C.O., C 6677). Au spirituel, de la paroisse de Bissyla- Mâconnaise (C.O., C 2887 et 2889).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Chenay (Hôpital de)   (71)
Hôpital de Chenay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Marcigny, Commune: Artaix - 71


Hôpital de Chenay
Localisation: Hôpital de Chenay


— L'Hospital de Saint-Jean de Chenay, membre de la commanderie Les Beugney (03).
— Hôpital Saint-Jean-de-Chenay, sur la commune, de Chenay-le-Châtel, un hameau porte encore le nom de l'Hôpital.
— Distatnt de Marcigny d'une lieue et demie, et à 5 lieues du chef « Les Beugnay », et à 5 lieues de Roanne (Ancienne commanderie des Templiers).
— D'après Léopold Nièpece, c'était une ancienne Maison du Temple.
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Hôpital (L'), hameau, commune de Chenay-le-Châtel.
— Hospitale de Chanoy, avant 1312 (Longnon, Pouillés, p. 75).
— Hospitalis de Channeyo, 1336 (Archives de la Côte-d'Or, B 953).
— Chenay l'Opitaul, 1382/83 (Archives de la Côte-d'Or, B 2293, f. 11 v.).
— Chenay l'Ospitaul, 1384/85 (Archives de la Côte-d'Or, B 2296, f. 11).
— Chenay l'Ospital, 1473/74 (Archives de la Côte-d'Or, B 2474, f. 47 v.).
— L'Ospital de Chenay, 1544 (Archives de la Côte-d'Or, B 11593 bis, f. 27 v.).
— Chenay l'Hospital, 1552 (Archives de la Côte-d'Or, C 7429).
— L'Hospital, 1663 (Archives de la Côte-d'Or, C 7429).
— Chesnay l'hospital, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2884, p. 567).
— L'Hospital de Chenay, 1689 (Archives de la Côte-d'Or, C 7429).
— L'Hôpital, 1760 (Etat alph., page 49).
— L'Hôpital-de-Chenay, 1763 (Etats-Cassini).
— L'Hôpital-de-Chenai, 1780 (Courtépée, III, p. 99).
— L'Hôpital de Chenai le Châtel, 1784 (Archives de la Côte-d'Or, C 7440).
— L'Hôpital de Chenay, 1790 (Archives nationales, D IV bis, 89).
— L'Hôpital, 1849 (Etat-major).

En 1789, L'Hôpital-de-Chenay dépendait des bailliage de Mâcon et de Semur-en-Brionnais et de la recette de Semur-en-Brionnais. Son église, sous le vocable de la Nativité de la Vierge, du diocèse d'Autun, annexe de Chenay-le-Châtel. Seigneurie, pour le Mâconnais, à l'ancienne commanderie Saint-Jean de l'ordre Malte, dépendant de la commanderie de Beugnay, qui avait la collation de la cure. En 1790, commune du canton de Melay, réunie à Chenay-le-Châtel en 1792.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Demigny   (71)
Maison du Temple de La Chapelle Demigny
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chagny - 71


Maison du Temple de La Chapelle Demigny
Localisation: Maison du Temple de La Chapelle Demigny


Les Templiers, au XIIIe siècle, avaient un établissement en ce lieu, qui ne portait que le titre de chapelle. Son existence est constatée par une charte de 1225, contenant un accord passé sous la médiation de l'évêque d'Autun, Guy de Vergy, au sujet de rentes en grains qui avaient donné lieu à litige entre l'abbesse de Saint-Andoche et les frères de la milice du Temple de la chapelle qui est sur la paroisse de Demigny, au territoire qu'on nomme « Curma »; « de capella qui est in parochia de Demignieo, in territorio quod vocatur Curma. »

Ce territoire de « Curma », dont le nom identique ne se trouve pas dans toute la contrée, ne pourrait-il pas être appliqué au hameau de Cretaine, qui est situé sous la forêt de Beauregard ?

Un peu plus loin se trouve la chapelle et le fief dépendant de la commanderie de Bellecroix, avec un moulin et des terres.

Ensuite il est fait mention de cette chapelle du Temple de Demigny, à la date de 1310, dans le procès des Templiers, où comparurent trois frères servants qui lui appartenaient: « Johannes de Challi, Peirus de Moydies, et Raynaldus Pellipili, servientes de capella de Daminhie, Cabillonensis diocesis. »

La commanderie Hospitalière de Bellecroix fut dotée de l'héritage des Templiers suivants:
D'un bel hôtel dans la ville de Châlon, rue aux Fèvres;
De la seigneurie de la Racineuse, proche Verdun-sur-le-Doubs;
Du fief du Petit-Bellecroix, sur la commune de Ciel;
D'une chapelle avec des fonts à Ecotot-sur-Essertenne près Couches;
D'un moulin sur la Dheune à Chagny;
D'un pré à Denevy;
Et de droits de dîmes sur les paroisses de Rully, Bouzeron, Remigny et Virey.
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.

Procès des Templiers, tome II, page 263
Post hec, die Mercurii sequenti, que fuit XXVI dies dicti mensis maii, fuerunt adducti pro testibus ad presenciam eorumdem dominorum commissariorum, in domo predicta domini Petri de Sabaudia, fratres Johannes de Chali et Petrus de Moydies Vienensis et Raynaldus Belli Pili de Capella de Daminhie Cabilonensis diocesium, servientes. Qui tactis sacrosanctis evangeliis juraverunt in isto negocio dicere meram et plenam veritatem, secundum formam juramenti aliorum testium superius registratam, expositam et vulgarizatam eisdem.
Sources: Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 - Imprimerie Nationale - Paris - M. DCCC. LI.

Maison du Temple de Demigny
Une sentence arbitrale d'Eudes, fils d'Hugues, duc de Bourgogne, datée de 1190, adjugeait aux religieux de l'abbaye de Maizières les terres que leur contestaient les Templiers du Temple de la chapelle de Demigny, savoir; tout le territoire de la Forêt Reynain et le quart de la Grande Curaine (Magne Curine).

— Cette forêt (qui est aujourd'hui celle qui s'étend de Chagny à Gergy) faisait partie des domaines des sires de Réon, fondateurs de L'abbaye de Maizières.
— Au XIIIe siècle, ce monastère possédait des domaines à Lessard-le-Royal.
— Vers 1215 il fut fait don à l'abbaye de Maizières, par Etienne de Mervans, dit de Montfalcon d'une part des dîmes de Lessard-le-Royal.
— Vers 1240, une quittance fut donnée à l'abbaye par le Chapitre Saint Vincent de Chalon pour 40 livres dues par la dîme de Lessard par Renaud de Créteil, chevalier.
Sources: Le Progrès de Saône-et-Loire - Pages d'Histoire Local - Dimanche 28 Décembre 1930

Demigny
— Villa de Dumigniaco, 1190 (Maiz., H 54).
— Parrochia de Dumenne, 1204 (Ib.).
— Capella de Demigney, 1212 (Ib., H 55).
— Villa de Demineyo, 1223 (Pérard).
— Territorium... de Deminie, 1294 (Maiz., H 55).
— Villa de Duminiaco, 1225 (Ib.).
Parrochia de Demigneio, 1225 (Lavirotte, p. 262)
— Parrochia de Dumigni, 1225 (Saint- Andoche, H 930, vidimus 1307).
— Decima de Dumigne, archipresbiter Dumignei, 1233 (Maiz., H, ex-CO H 604).
— archipresbiter Dumigneii, 1242 (Ib.).
— Villa de Demigneyo, 1241 (Perry, pr., p. 66).
— Dimigniacus, 1252 (Saint-Marcel, H 255).
— Archipresbiter Dimigneii, 1253 (Maiz., H 56).
— Versus Demigneum, 1281 (Cartulaire Eglise d'Autun, II, 142).
Daminhie, 1310 (Lavirotte, page 262)
Migny, 1313 (Niepce, page 241)
— Demigneyum, archipresbiteratus de Diminieyo, 1320 (Longnon; Pouillés, p.175 et 176).
— Decima de Demigner, 1323 (Maiz., H 57).
— Demigne, 1334 (Ib., H 58).
— Demigney, 1360 (C.O., B 11538, f. 36).
— Villa de Digmeygneyo, 1380 (Maiz., H 59).
— Villa de Dimigneyo, alias Dumigneyo, 1436 (Saint-Andoche, H 930).
Villa de Demigniaco, 1500 (Fonds de la commanderie de Bellecroix, H).
— En 1789, Demigny dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
— Son église, sous le vocable de Saint-Martial, du diocèse de Chalon-sur-Saône, archiprêtré de Rully (ancien siège d'archiprêtre), à la collation de l'évêque;
Ancienne maison du Temple à La Chapelle, puis possession de la commanderie de Bellecroix;
— Dîmes en partie aux abbayes de Maizières et de Saint-Andoche d'Autun (C.O., C 2887, p. 421).

Formes anciennes
— Daminhie (Demigny)
— Demigner, Demigneyo, Demigniaco (Demigny)
— Digmeygneyo (Demigny)
— Dimigneii, Dimigniacus (Demigny)
— Dumenne, Dumigne, Dumigni, Dumigniaco, Duminiaco (Demigny)
— Migny (Demigny)

Toponymes de la commune de Demigny
Batard, Beauregard, Bellecroix, Bois-Bouton, Breui, Chambey, Chapelle, Châtelet, Chazots, Cretaine, Curaine, Dombe, Folie, Fribourg, Grand-Champ, Jasouppe, Maupertuis, Moulin-de-Breuil, Moulin-du-Pasquier, Ponts-dela- Dheune, Poteaux, Rieu-Brûlé, Rion, Rivière, Rondelot, Ronge-Fer, Rue-Basse, Saint-Jacques, Tirechapt, Tronchat, Tuilerie, Vacheret, Vortoy.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Farges   (71)
Seigneurie du Temple de Farges
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Tournus, Commune: Farges-lès-Mâcon - 71


Seigneurie du Temple de Farges
Localisation: Seigneurie du Temple de Farges


Le commandeur du Temple Sainte-Catherine de Montbellet avait la seigneurie et la justice haute, moyenne et basse sur une portion du village de Farges-lès-Mâcon.
Cette seigneurie comportait plusieurs maisons de la rue des Magnins et des fonds dont l'un portait le nom caractéristique de La Maladière.

La position de ce domaine du Temple, situé à égale distance de Tournus et de Montbellet, laisse supposer qu'il y existait au XIIIe siècle un hospice intermédiaire se rattachant à l'immense réseau d'organisation hospitalière et policière, jeté par les Templiers sur l'ensemble de la Chrétienté.

La seigneurie du temple Sainte-Catherine à Farges s'étendait au XVIIIe siècle (terrier de 1719) sur trois maisons de la rue des Magnins, au coin de la route de Tournus à Mâcon et de Farges à la Saône, et sur les finages suivants:
la Maladière.
Le Tronchy.
La Roulette.
Guignant alias Guiennante.
Sur l'étang du Prieur du Villars en Charpeudu.
la Collonge alias Boulay.

La visite faite du temps du Commandeur de Chérisey en 1662 signale que le commandeur percevait à Farges en argent:
15 sols, 8 deniers, 1 obole et 1/24 de denier.
En froment: 5 coupes et 1/35.
En géline: 2 pièces.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.
Top

 

Givry   (71)
Maison du Temple de Givry
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Givry - 71


Maison du Temple de Givry
Localisation: Maison du Temple de Givry


— Devant l'église de cette jolie petite ville du Châlonnais, exista jadis une maison du Temple avec un bon domaine, ce que nous avons appris par deux chartes:
— L'une, de 1230, contenant donation aux Templiers par Guy de Guersin, chevalier, de tout ce qu'il possédait sur Givry.
— Et l'autre, de 1260, montrant l'acquisition faite par le maître du Temple de la maison de Givry, sur « Perron de Cortiambles », d'une maison et d'une vigne.

— Maison du Temple de Givry qui dépendait de la commanderie de Chalon-sur-Saône (Société française d'archéologie, 1853, page 266)
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.

Givry
— Apud Gibriacum, 1120 (Ferté, H 24).
— Ad mensurem Gevreaci, 1183 (Archives départementales Vosges, Remiremont, Marloux, G 2212).
— Apud Geivriacum, 1222 (Archives de la Côte-d'Or, B 10471).
— Gyvriacus, 1244 (Ferté, H 27).
— Parochia de Gevrey, 1244-1245 (Cartumaire de l'Eglise d'Autun, I, 163).
— Givré en Chonnois, 1263 (Ferté, H 28).
— Pepositus de Givredo, 1265 (Evêché de Chalon, G 35).
— Villa de Gevreyo, 1277 (Archives de la Côte-d'Or, B 10481).
— Ecclesia Sancti-Petri Givreii, 1287 (Ev. de Chalon, G 35).
— Johannes de Givrerio, XIIIe s. (Obituaire, page 579).
— Vice-Dominatus de Givreyo, 1307 (Perry, page 83).
— Givry en Chaunois, 1316 (Archives de la Côte-d'Or, 33 F 131).
— Ad mansuram Gevreiaci, 1379-1380 (Archives de la Côte-d'Or, B 1260).
— Gevrey en Chonois, 1381 (Archives de la Côte-d'Or, B 932).
— Gevry, 1385 (Archives de la Côte-d'Or, 33 F 12).
— Gevrey en Soonois, 1431 (Archives de la Côte-d'Or, B 11547, f. 64 v.).
— Gevrey en Chalonois, 1449 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, f. 55 v.).
— Gevrey en Chaonnois, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, f. 88 v.).
— Givry en Chaunoys, alias Givrey en Chaonoiz, 1473 (Archives de la Côte-d'Or, B 11723, ff. 262 v. et 268).
— Givry emprés Chalon sur la Soone, 1503 (Archives de la Côte-d'Or, B 11730, f. 331).
— Givry en Chalonnois, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, f. 301).
— Givry, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 541).
— Givryprès-l'Orbize, 1944 (Bottin).
— Givry, 1951 (I.N.S.E.E., page 68, col. 2).

— En 1789, Givry dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône. Son église, sous le vocable de Saint-Pierre, du diocèse de Chalon-sur-Saône, archiprêtré de Jambles (ancienement de la Montagne), à la collation de l'évêque.
— Maison-Dieu, ancien prieuré de l'abbaye de Saint-Pierre de Chalon (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 541; Courtépée, III, page 331).
— Le Cellier-aux-Moines, avec chapelle Saint-Pancrace, à l'abbaye de La Ferté (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 149).
— Ancienne chapelle Saint-Germain et Saint-Jean (Courtépée, III, pages 330-331).
Ancien moulin du Temple (Lavirotte, page 266).
— Pendant la période intermédiaire, le canton de Givry, de 1790 à l'an IV, a fait partie du district de Chalon-sur-Saône. — Cortiambles et Russilly, com. en 1790, ont été réunis à Givry en l'an X.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Macheron   (71)
La chapelle du Poizat a Macheron
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny - 71


La chapelle du Poizat a Macheron
Localisation: La chapelle du Poizat a Macheron


Cette chapelle, dont l'emplacement est encore cité en 1615, à Macheron, dans les prés de ce hameau était probablement l'origine de la petite censive ou justice que le temple Sainte-Catherine possédait à Macheron, paroisse de Lugny, et dont dépendaient une grange à Vermilliat (commune de Lugny) des près à Macheron au lieu dit la chapelle du Poizat, des terres aux Chenevières-de-Vermilliat, et aux lieux dits la Pierre-sous-les Crets et en La Frette.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.
Top

 

Macon   (71)
Maison du Temple de Mâcon
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Cantons Mâcon - 71
1. Chef. Mâcon


Maison du Temple de Mâcon
Localisation: Maison du Temple de Mâcon


Mâcon, situé en la dite ville de Mâcon, avec les dimes de Chaintré.

Annexe. Chaintré
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: La Chapelle-de-Guinchay, Commune: Crèches-sur-Saône - 71


Domaine du  Temple ou de l'Hôpital à Chaintré
Localisation: Domaine du Temple ou de l'Hôpital à Chaintré



2. Membre. Belleville
Département: Rhône, Arrondissement: Villefranche-sur-Saône, Canton: Belleville - 69


Maison du Temple de Belleville
Localisation: Maison du Temple de Belleville


Belleville, avec ses annexes de Dombes et chapelle de Saint-Jean des Essarts, à 2 lieues de Ville-franche, ledit membre situé en Beaujolais, à 4 lieues de son chef et à 7 lieues de Lyon.

Pouilly le Monial, chapelle Saint-Jean
Département: Rhône, Arrondissement: Villefranche-sur-Saône, Canton: Le Bois-d'Oingt - 69


Pouilly le Monial, chapelle Saint-Jean
Localisation: Pouilly le Monial, chapelle Saint-Jean


Un terrier du XVe siècle montre que l'ordre de Malte avait des biens fonciers non négligeables à Pouilly-le-Monial (1)
1. « La paroisse de Pouilly-le-Monial », texte écrit par Mr Louis Delachanal en 1978 »

De nombreux documents attestent de l'existence de la chapelle de Saint-Jean-des-Essarts et des terres qui appartiennent à l'Ordre de Malte.

Une sentence du 27 mars 1517 (2) rendue par le bailli de Mâcon dans une affaire entre Claude Després, curé de Pouilly-le-Monial et frère Jean Laure, commandeur de Belleville, « maintient sous séquestre la chapelle de Saint-Jean-des-Essarts »

10 décembre 1614: Visite (2) du membre de Belleville avec ses annexes de Dombes et « chapelle de St Jean d'Essard en Lionnois » dépendant de la commanderie de Mâcon. « La petite chapelle appelée St Jean d'Essard, distante de Belleville de quatre lieues, est un oratoire de dévotion, sans obligation de service si ce n'est le jour de la St Jean Baptiste, saint patron du pays... » Une petite dîme est due à cause de la chapelle sur le village de Theizé, seulement en vin et non en grains, ainsi que quelques services et cens sur les villages de Theizé, Frontenas, Oingt et autres lieux.

Cette chapelle est en très mauvais état lors de la visite pastorale du 24 juin 1642 (2): « Les habitants redevables refusent de payer la dîme, à cause que la dite chapelle de Saint Jean Dessartz en Lionnois est démolie et ruinée »

Elle est réparée lors de la visite du 26 octobre 1652 (2): « La chapelle appelée St Jean des Essards en Lionnois, qui se trouvait ruinée dans une précédente visite, est maintenant bien remise et en bon état; il ne reste plus qu'à la faire bénir au plus tôt... », ce qui est demandé au sieur moderne commandeur; de plus, il dépend de la dite chapelle une petite dîme sur le village des Essards.
2. Documents se trouvant aux Archives Départementales du Rhône

24 septembre 1681: Visite (2) de la chapelle de « Saint Jean des Essars », annexe du membre de Belleville, dépendant de la commanderie de Mâcon, par le commandeur commissaire et le notaire secrétaire, en présence de Thomas Dubost, Benoît Thomaze et Benoît Barnou, habitants du lieu: « ...Nous sommes entrés dans la dite chapelle laquelle avons trouvé avoir six toises de long et trois de large (1), sans pavé ni lambris, une fenêtre vitrée, l'autre sans vitre ni barreaux, un autel de pierre creuse sans aucun ornement, le choeur blanchi couvert de tuiles creuses, à deux pendants, qui a besoin d'être réparé parce qu'il y pleut en divers endroits. La cloche audessus de la grande porte a été dérobée il y a plus de trente années. La chapelle a deux portes, celle du choeur est fermée; il y a aussi une châsse par derrière la grande porte avec un fermoir à clef. Quand aux ornements, il ne s'en est tenu aucun et quand l'on veut y faire célébrer la messe, il faut en apporter; pour le service, le sieur curé est obligé d'y faire célébrer la sainte messe, le jour de Saint Jean Baptiste, le jour de saint Jean l'Evangéliste et le mardi de Pâques »
1. Environ 12 mètres de long sur 6 mètres de large.
2. Documents se trouvant aux Archives Départementales du Rhône.

Sources: Marie-Aymée Marduel, mai 2006. Beaucoup plus d'informations sur le site Internet de Cécile Marduel

3. Membre. Peyzieux-sur-Saône
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Thoissey - 01


Biens de l'Hôpital à Peyzieux
Localisation: Biens de l'Hôpital à Peyzieux


Peyzieux distant de Belleville d'une grande lieue, affermé le tout ci-dessus.
« Revenu 1336 »

4. Membre. Epinassy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Charolles, Commune: Changy - 71


Biens de l'Hôpital à Epinassy
Localisation: Biens de l'Hôpital à Epinassy


Epinassy, demeure principale du commandeur, en Charollais, diocèse d'Autun, distant de son chef de 8 lieues, et de la ville de Charolles 1 lieue, à une autre lieue de Colonges.
« Revenu 1200 livres »

5. Membre. Launay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Chauffailles, commune: Sainte-Foy - 71


Biens de l'Hôpital à Launay
Localisation: Domaine du Temple ou de l'Hôpital à Launay


Annexe de Launay, distant de l'Epinassy 3 lieues, et du Prieuré d'Ancy, 1 lieue.
« Revenu 200 livres »

6. Membre. Ventrigny
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Chauffailles, Commune: Saint-Igny-de-Roche - 71


Biens de l'Hôpital à Ventrigny
Localisation: Biens de l'Hôpital à Ventrigny


Annexe de Saint-Jean de Ventrigny, paroisse de Chauffailles, en Mâconnais, à 1/4 de lieue du château de Chauffailles et distant de Mâcon de 7 lieues et à 12 lieues de Lyon.
« Revenu 55 »

7. Membre. Le Fay
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: La Clayette, Commune: Baudemont - 71


Biens de l'Hôpital à Le Fay
Localisation: Biens de l'Hôpital à Le Fay


Le Fay, commune de Baudemont en Brionnais, à 1/4 de lieue de La Clayette, paroisse de Bost du Mont, Diocèse et Baillage de Mâcon, et distant de la dite ville de 8 lieues.
« Revenu 400 livres »

8. Membre. Saint-Jean de Genouilly
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Mont-Saint-Vincent, Commune: Genouilly - 71


Biens de l'Hôpital à Saint-Jean de Genouilly
Localisation: Biens de l'Hôpital à Saint-Jean de Genouilly


L'Hopital et la Chapelle Saint-Jean de Genouilly, distant du chef de 7 lieues à 1 lieue du Jonchey.
Sur la carte de Cassini, Genouilly, il y a l'Hopital et en dessous, la chapelle Saint-Jean.
« Revenu 180 livres »

9. Membre. Nuzillet
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Tramayes, Commune: Saint-Pierre-le-Vieux - 71


Biens de l'Hôpital à Nuzillet
Localisation: Biens de l'Hôpital à Nuzillet


Longey appelle Nugligeoy (en fait c'est Nuzillet), à 4 lieues l'Epinassy, dépend dudit membre, une tuilerie avec une forêt et les dimes, en la paroisse de Matour, avec les cens et rentes.
Sur la carte de Cassini, Saint-Pierre-le-Vieux, Trades, Chambosse et Nuzillet
« Revenu 300 livres »

10. Membre. Châteauneuf
Département: Creuse, Arrondissement: Guéret, Canton: Châtelus-Malvaleix, Commune: Cluny - 71


Biens de l'Hôpital à Châteauneuf
Localisation: Biens de l'Hôpital à Châteauneuf


Châteauneuf, anciennement Corchevray ou Courcheval, à une lieue de Cluny, plus la cure de Montagny (probablement Montagny-sur-Grosne).
Sur la carte de Cassini, près de Cluny, il y a un lieu l'Hopital sur la commune Château, il y a aussi un bois Château. Il y a aussi un peut en-dessous une commanderie du nom de Rhode.
« Revenu 199 »

11. Membre.
L'Hôpital de Saint Jean d'Assie, distant du chef de 7 lieues.
Sur la carte de Cassini il y a un Saint-Jean d'Achieu, un bois de Saint-Jean, commune de Simandes
« Revenu 18 »

Charges. 876 livres »
Commandeur: Amable du Palais (Reg. 1615-1635).
Etat de la commanderie en 1745.
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Maison du Temple ou commanderie de Macon
La résidence du titulaire de ce bénéfice auquel avaient été réunies les commanderies de l'Epinacy et de Belleville, était établie en la ville de Macon, malheureusement nous n'avons pu nous procurer aucune donnée sur l'époque de la fondation de cet établissement, pas plus que s'il provenait des Templiers ou des Hospitaliers, parce que l'histoire locale et les traditions sur ce sujet sont muettes, et les archives du département de Saône-et-Loire, elles-mêmes, n'apprennent rien et indiquent seulement le nom de Virieu, comme celui de l'un des plus anciens commandeurs, en 1428, ainsi que l'existence de deux terriers des redevances de cette commanderie sur Macon et Saint-Jean de Lisle, en 1502 et 1596, au profit des commandeurs Louis de La Roche et Marcial de Marcilly.
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.
Top

 

Montbellet   (71)
Maison du Temple de Sainte-Catherine du Montbellet
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, Commune: Mercey - 71


Maison du Temple de Montbellet
Localisation: Maison du Temple de Montbellet


Montbellet en Maconnais, seigneurie qui dépendait de la commanderie de Châlon par succession des Templiers ayant eu une maison en ce lieu, laquelle est citée et indiquée plusieurs fois dans leur procès en 1309, ainsi: « Domus ordinis vocata Montebeleti, Matisconensis diocesis. » Une belle propriété était attachée à sa chapelle qu'on nommait « Sancte Catherine de Murcey. »
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.

La Maison du Temple de Montbellet
Nous ne voulons pas nous attarder sur la question de la fondation du Temple de Montbellet dont nous avons déjà dit un mot au sujet de la chapelle. Les précieux sacs, contenant les titres de fondation, encore existant au XVIIIe siècle, sont malheureusement perdus.

D'après un travail récent Les débuts de l'Ordre du Temple en France de M. Victor Carrière, l'ordre des Templiers fut à ses origines, et à cause de son fondateur Hugues de Payns, une institution essentiellement champenoise qui prit naissance au Concile de Troyes, le 13 janvier 1128; parmi les évêques et les grands féodaux présents, presque tous sont Champenois, mais on relève cependant, parmi les étrangers à cette province, quelques évêques ou abbés bourguignons des pays limitrophes (évêque d'Auxerre, abbé de Cîteaux, de Pontigny, de Saint-Etienne de Dijon, de Molesme); parmi ceux-ci se trouve un féodal dont le nom est significatif et très intéressant, en ce qui nous concerne, c'est Hugues, comte de Mâcon, abbé de Pontigny.

Après ce concile, Hugues de Payns parcourut la chrétienté pour faire du prosélytisme; il alla d'abord en Anjou, en Poitou, puis en Flandre, enfin en Angleterre d'où il revint avec de nombreuses recrues; les nobles avaient partout, avec enthousiasme, répondu à son appel. En retournant en Terre Sainte, il descendit la vallée du Rhône avec un important cortège de chevaliers portant le manteau blanc de la nouvelle milice du Christ.

En Bourgogne, saint Bernard se fit le propagateur de l'ordre naissant avec un zèle enflammé. Aussi l'historien du Temple Mansuet a pu dire au XVIIIe siècle: « A peine sept ou huit ans s'étaient écoulés depuis la confirmation de l'ordre qu'on le vit s'étendre prodigieusement. Les donations qu'on leur fit (aux Templiers) n'étaient pas des terrains incultes ou à défricher, comme ceux que recevaient les disciples de saint Norbert ou de saint Benoît, c'étaient des châteaux, des fiefs, des forts, des bourgades avec leurs appartenances. »
A quelle époque se place la fondation du Temple Sainte-Catherine de Montbellet ? Il nous est absolument impossible de donner une réponse à cette question. Tout ce que l'on peut dire sur ce point sont des conjectures.

Le Temple Sainte-Catherine n'est cité, à notre connaissance, par aucun titre antérieur au XIVe siècle, alors que nous avons des actes mentionnant le temple de Rougepont, dès le début du XIIIe siècle. Le temple de Rougepont était une annexe de celui de Montbellet au moment de la réunion des biens des Templiers à ceux des Chevaliers de Saint-Jean en 1313, mais en 1255 il ne relevait que du Temple de l'Aumusse près de Mâcon.
Pour toutes ces raisons nous estimons, jusqu'à preuve du contraire, que la fondation du Temple Sainte-Catherine est contemporaine de la construction de son église, c'est-à-dire de la fin du XIIIe siècle.

En ce qui concerne les fondateurs on ne peut faire que des suppositions. Faut-il les rechercher dans la puissante famille de Montbellet ?
Faut-il les trouver parmi les seigneurs de Grenod qui avaient une chapelle privée dans l'église même du Temple ?

Nous ne saurions donner la préférence à aucune de ces deux hypothèses bien que penchant plutôt pour la seconde. A l'appui de la première rappelons en revanche que Frère Jean de Montbellet, commandeur de Launay (Launay, commune de Saint-Martin-sur-Oreuse (89), diocèse d'Autun, figura aux Procès des Templiers (1310-1313).

C'est dans cette période, qui va de la fondation du Temple de Montbellet à la suppression de l'Ordre (1310-1314), que la Commanderie de Sainte-Catherine fut à son apogée. Nous n'avons rien malheureusement ou presque rien concernant cette époque. Nous savons seulement par un texte reproduit par Niepce dans le Grand Prieuré d'Auvergne, page 217-241.
« Maison du Temple de Chalon-sur-Saône, Maison fondée au XIIe siècle par les Templiers, cédée plus tard au Grand-Prieuré de Champagne.
Ses membres étaient en dernier lieu:
— Sainte-Catherine, paroisse de Montbellet, près de Macon.
— Le Temple de Sevrey, près de Chalon-sur-Saône.
— Bois (Boye).
— Sevry, chef-lieu de commune, Chalon-sur-Saône, Le commandeur du Temple de Chalon doit au seigneur de Sevrey et à ses officiers un fromage qu'ils vont chercher, avec fanfare et musette, le jour de l'Ascension au lieu de la Maison du Temple près de Sevrey, contre le bois (description du Chalonnais M. Coutépée, Tome IV, page 193.)

— Buissy en Chacort - Buxy (Buxum, Buxiaum, Bussiacum en Chaonois ou Chonois), Saône-et-Loire, chef-lieu de commune. Le Temple de Buxy était près les bois (M. Courtépée, Tomr IV).

— Montret, à deux lieues de Louhans, Saône-et-Loire, sur la route de Chalon à Louhans, chef-lieu de canton, appelé anciennement Monteray.

— Rougepont, commune de Jugy, Saône-et-Loire, sur le ruisseau de Merderix, anciennes limite du Chalonnais et du Maconnais, ferme dont les ruines ont été rasées après 1830.

— Montbellet, en latin Mons Belleti, XIIe siècle, canton de Lugny, Saône-et-Loire, chef-lieu de commune, dîmes à Saint-Oyen (Saint-Ouin). »


Et qu'au moment de sa réunion à l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, le Temple de Montbellet possédait dans ses dépendances le Temple de Rougepont et des biens à Saint-Oyen, et qu'il dépendait de La Langue et du Grand-prieuré d'Auvergne ainsi que de la baillie de la Commanderie de La Marche (Commune de Charoux (23).

— Peu après la réunion du Temple de Montbellet à l'ordre de l'Hôpital en 1333, il fut procédé par Jean de Paroy, juge d'appel de Lyon pour le roi de France, à une enquête sur la valeur des revenus des biens des hospitaliers de Saint-Jean et plus particulièrement de ceux provenant de l'ancien ordre du Temple.

On peut par cette enquête se rendre compte de l'importance du Temple Sainte-Catherine à l'époque des Templiers, car il est peu probable que ces revenus aient notablement changé entre 1313 et 1333.

Voici l'extrait de cette enquête concernant Montbellet (d'après Charmasse):
C'est la prins de la Maison de Mont-Bellot qui fut jadis du Temple: Premièrement en rantes de deniers déhues en divers lieux par menues parties: 6 livres.

Item 4 bichez de froment de rante, 4 bichez de seigle et 6 bichets d'avoyne qui sont estimez, l'un parmi l'autre, à la somme de 100 sols tornois.

Item 20 gélines, 6 deniers la géline, valant 10 sols.
Item 12 livres de cire, qui sont converties pour l'usaige de la chapelle.
Item 60 ouvrées de vigne, l'ouvrée 5 sols, valant 5 livres.
Item 40 soitures de prés, la soiture estimée à 5 sols, valent 10 livres.

Item environ 70 journaux de terres gaynable, le journal 2 sols, 6 deniers, valent 8 livres, 15 sols.

Item pour un molin qui est estimez 6 bichez de blé mouture, le bichet où pris de 6 sols, valent 36 sols.

Item la disme déhu en certain lieu à Saint-Ouein, qui vaut environ 5 bichez de blé commun, le bichet estimé à 6 sols, valent 30 sols.

Item en ladite maison à environ cent journaux de menus bois qui se gastent en l'usage de la maison.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.
Top

 

Reffy   (71)
Maison du Temple de Réffy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Marcigny, Commune: Baugy - 71


Maison du Temple de Réffy
Localisation: Maison du Temple de Réffy


Reffy, actuellement hameau de la commune de Baugy, en Saône-et-Loire, a été, semble-t-il, un établissement du Temple à l'origine. Quelques constructions anciennes ayant probablement fait partie de la propriété des Templiers ou des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem en rappellent le souvenir.

D'après Léopold Niepce, Baugy était le lieu où ce trouvait la Maison La Foret du Temple et était unie à la Maison du Temple de Viviers dans le Cher, qui avait aussi comme membres, Le Temple de Villards, en la paroisse de Dany, justice de Châteaucloud (Cher) et La Foret du Temple, à une lieue de la ville d'Aigurande (36).
Sources: Georges CHATARD - Bulletin de la Société d'Emulation du Bourbonnais fondée en 1845. Tome 70 4e trimestre 2000.

Je vous livre mon analyse et le résultat de mes recherches
J'ai recherché sur les cartes de Cassini, sur les cartes de Géoportail, sur les cartes de Google, et le seul endroit qui me parait-être le bon se trouve près de la ville de « Cornusse ». On peut voir sur le site de Géoportail qu'il y a un champ de tir ou terrain militaire ; là est localisé le hameau « Les Templiers. »

Les Templiers
Département: Cher, Arrondissement: Saint-Amand-Montrond, Canton: Guerche-sur-l'Aubois - 18
Léopold Niepce cite la ville de « Baugy », je pense qu'il faut lire « Bengy ». Si l'on suit la route du château de Bengy, elle nous mène au village de « Cornusse » « Les TempliersBien du Temple à Les Templiers
Domaine du Temple à Les Templiers
 » et cette route va au village « Bengy-sur-Craon ».

Villar
Département: Cher, Arrondissement: Saint-Amand-Montrond, Canton: Guerche-sur-l'Aubois - 18
Au sud-est de « Cornusse », il y a un hameau qui se nomme « VillarsBien du Temple à Villars
Domaine du Temple à Villars
 »

Vivier
Département: Indre, Arrondissement: La Châtre, Canton: Neuvy-Saint-Sépulchre - 36
Près de la ville d'Aigurande, il y a deux hameaux « le Grand et le Petit VivierBien du Temple à Vivier
Domaine du Temple à Vivier
 »

La Forêt-du-Temple
Département: Creuse, Arrondissement: Guéret, Canton: Bonnat - 23
Le nom de « La Forêt-du-TempleBien du Temple à La Forêt-du-Temple
Domaine du Temple à La Forêt-du-Temple
 », il faut situer le lieu dans la Creuse.
Analyses et Recherches de Jack Bocar
Top

 

Rougepont   (71)
Maison du Le Temple de Rougepont
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Sennecey-le-Grand, Commune: Boyer - 71


Maison du Le Temple de Rougepont
Localisation: Maison du Le Temple de Rougepont


La Maison du Temple de Rougepont étaient situés sur la grande route de Paris à Lyon, près du pont établi sur le ruisseau de Merderie, servant de limite entre la Bourgogne et le Maçonnais.

Cette Maison du Temple dépendait avant 1313, d'après un document publié par Niepce et conservé dans les Archives du Grand Prieuré d'Auvergne, de la Commanderie du Temple Sainte-Catherine de Montbellet.

Le Temple de Rougepont possédait aussi une chapelle dédiée à Sainte-Catherine. Après la réunion des biens des Templiers à ceux des hospitaliers de Saint-Jean, le Temple de Rougepont fut compris dans la baillie du Temple de Chalon ainsi du reste que celui de Montbellet.

Cet établissement, qui eut une vie autonome, sera de notre part l'objet d'une étude spéciale.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.

Domaine du Temple de Sens, membre de la Maison du Temple de Rougepont
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Tournus, Commune: Sennecey-le-Grand - 71


Domaine du Temple de Sens
Sources: Domaine du Temple de Sens


Un moment nous avons pensé qu'il avait pu exister aussi un établissement romain d'une certaine importance au lieu appelé Rougepont, sur les bords de la route de Sennecey-le-Grand à Tournus et près de la rive du Merderix qui jette ses eaux dans la Saône. Là, en effet, le sol accuse d'anciennes constructions, et la tradition parle des ruines d'un temple.
Mais nos recherches aux archives de Dijon nous ont fait découvrir, dans un aveu de fief fait en 1764 par le seigneur de Sennecey, que ces ruines étaient celles d'une chapelle de Templiers.

Dans cet aveu il est dit : « Le commandeur du Temple de RougepontMaison du Temple de Rougepont
Maison du Temple de Rougepont
partage les deux cinquièmes de la moitié des dîmes de Sivolières (CivolièreDomaine du Temple de Civolière
Domaine du Temple de Civolière
) avec le curé de Saint-Germain-des-Buis et le chapitre de Saint-Pierre de Chaton, seigneur de Boyer. »

Cette commanderie possédait aussi les terres au finage de Sens, au climat appelé Louche.
D'après un terrier de Jugy, de 1719, le seigneur de Civolière « avait droit de justice sur tous les meix ou héritages quelconques qui étaient mouvant des ventes et droits du Temple de Rougepont. »

Le commandeur de Rougepont avait aussi des terres au climat des Grands-Champs de La FargeDomaine du Temple de Lafarge
Domaine du Temple de Lafarge
.

A Sens, et principalement à Rougepont et à Scivolières, le commandeur du Temple de Rougepont partageait les deux cinquièmes de la moitié de la dîme avec le curé de Saint-Germain-des-Buis et le chapitre de Saint-Pierre de Chalon, seigneur de Boyer.
Sources: Niepce, Léopold. Histoire de Sennecey-le-Grand et de ses seigneurs, page 39, Chalon-sur-Saône 1866. - Bnf

Sens, hameau, commune de Sennecey-le-Grand.
— Sans, 1274 (Ferté, H 29).
— Sanz, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, folio 12).
— Sains, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, folio 27).
— Senay, alias Sanse, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 925 et 1021).
— Sens en Bourgogne, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 389).
— Sens ou Sans-en-Bourgogne, 1780 (Courtépée, III, page 400).
— Sens, 1783 (Nouvel état général, folio 297 v.) et 1951 (I.N.S.E.E., page 157, col. 2).
— Sans, 1892 (Siraud, page 178, col. 2).
En 1789, Sens formait avec La Farge (commune de Sennecey-le-Grand) une communauté des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.

Scivolières, ferme, commune de Jugy.
— Syvolieres, 1432 (Coll. Canat, prot. not. Chalon).
— Cyvollieres, 1473 (Archives de la Côte-d'Or, B 11723).
— Sivolières, vers 1540 (Lex, Fiefs, page 34).
— Chivolière, 1560 (Lex, Fiefs, page 45).
— Syvolière, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 925).
— Baronnie de Sivolière, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, page 711).
— Sivolière, 1685 (C 562/4, folio 40 v.).
— Seivolières, 1844 (Etat-major) et 1951 (I.N.S.E.E., page 77, col. 2).
— Scivolières, 1856 (Annuaire, page 251).
— Seyvolière, 1867 (Canat, ms.).
— Scivolière, 1892 (Siraud, page 179, col. 2).
— Civolière, 1950 (25 000e).

La Farge, hameau, commune de Sennecey-le-Grand.
— In villa Fargiacensi, 1065 (Cluny, IV, 3405).
— Faige, 1394 (Archives de la Côte-d'Or, B 11540, folio 37 v.).
— Farges, 1400 (Archives de la Côte-d'Or,, B 11541, folio 31).
— Ferges, 1406 (Archives de la Côte-d'Or, B 11543, folio 28 v.).
— Farge, 1499 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, folio 25).
— La Farge, 1503 (Archives de la Côte-d'Or, B 11730, folio 327).
— La Grande Farge, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 390) et 1948 (25 000e).
— Lafarge, 1856 (Annuaire, p. 414).
— La Farge, 1951 (I.N.S.E.E., p. 157, col. 1).

Rougepont, lieu détruit, commune de Sennecey-le-Grand.
— Aimericus de Ponte Rubeo, 1206 (Ferté, H 26).
— Clemens de Rubroponte, 1310 (Procès des Templiers, tome I, page 103).
— Rogepont, 1313 (Niepce, page 213).
— Domus Rubripontis, 1324 (Temple de Chalon, H).
— Rougepont, Rubeoponte, 1333 (Niepce, page 242).
— Le Temple de Rougepont, 1437 (Coll. Canat, prot. not. Chalon).
— Rougemont, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, page 925).
— Rochepont, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, page 714).
— Rougepont, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, page 841).
— Temple de Rougepont, 1763 (Etats-Cassini).
— La Commanderie de Rougepont, 1783 (Nouvel état général, folio 36 v.).
— Rougepont, 1844 (Etat-major).
En 1789, ferme de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône, avec chapelle Sainte-Catherine, de la paroisse de Boyer (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, page 841) ; rattaché à Sennecey-le-Grand en 1831 (ordonnance du 9 août).
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Saint-Yan   (71)
Domaine du Temple de Saint-Yan
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Paray-le-Monial - 71


Domaine du Temple de Saint-Yan
Localisation: Domaine du Temple de Saint-Yan


Fief Le Boulay, sur la paroisse de Saint-Yan, dont le commandeur de Beugnay avait le patronage.

Nous avons trouvé sur le plus ancien pouillé du diocèse d'Autun, datant du XIIIe siècle, qu'il existait en cette paroisse un établissement de Templiers, désigné « prioratus Templi de Bolleto. »

Ce fait est confirmé par la comparution au procès dirigé contre ces chevaliers, d'un frère de la maison de Boulay, nommé « Clemens, de Boulay », au diocèse d'Autun, qui, le 14 mars 1309, fut appelé avec nombre d'autres pour entendre la lecture des cent vingt-sept chefs d'accusation portés contre l'ordre du Temple.

Procès des Templiers, tome 1, BOULAY (Clemens DE), page 97.
Sources: César Lavirotte - Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne - Membre de la Société française pour la conservation des Monuments - 1852.

Saint-Yan, commune du canton de Paray-le-Monial
— Parrochia Sancti-Stefani prope Paredum, 1307-1308 (Archives Nationales, page 595, folio 110)
— Sanctus-Egendus, 1376 (Archives de la Côte-d'Or, 2287, folio 6)
— Saint-Yen, 1382-1383 (Archives de la Côte-d'Or, B 2293, folio 11)
— Eglise sous le vocable de Saint-Oyen, du diocèse d'Autum, archiprêtré de Semur-en-Brionnais.
— Elle était un fief de la Maison du Temple du Boulet, le commandeur du Temple de Beugnay en avait la collation.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Saone-et-Loire   (71)
Moulin-Perraut
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy, Commune: Jully-lès-Buxy - 71

Moulin-Perraut (Le), ferme, ancien moulin, commune de Jully-lès-Buxy.
Sur le ruis. de la Ratte.
— Molendinum Perroneti de Juller, subtus domum Templi de Bussiaco, 1308 (Ferté, H 31).
— Moulin du Temple, alias de Lesselle, 1573 (temple de Chalon, H).
— Le Molin Perreau, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 581).
— Le Moulin Perrault, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 167).
— Moulin-Perreau, 1844 (Etat-major).
— Le Moulin-Perraut, 1856 (Annu., p. 254) et 1951 (I.N.S.E.E., p. 78, col. 1).
— Moulin-Perrault, alias Moulin-Porrault, 1892 (Siraud, p. 149, col. 2 et p. 150, col. 1).

Moulin-Savin
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Moulin-Savin, ferme, ancien moulin, commune de Buxy.
Sur le ruis. de la Ratte.
— Le riviere du Molin Germenot, 1449 (Archives de la Côte-d'Or, B 1083, f. 238 v.).
— Moulin du Temple, 1573 (Temple de Chalon, H).
— Molin du Temple, 1663 (Archives de la Côte-d'Or, C 6659).
— Molin Monsarin, 1664 (Archives de la Côte-d'Or, C 6659).
— Moulin Savin, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 2530, p. 30) et 1892 (Siraud, p. 150, col. 1).
— Moulin-de-Marnay, 1867 (Canat, ms).

Le Temple
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy, Commune: Jully-lès-Buxy - 71

Temple (Le), ferme, commune de Jully-lès-Buxy.
— Preceptor Templi Buxiarum, 1204 (Maiz., H 54).
— Moulin du Temple, 1573 (Temple de Chalon, H).
— Le Temple de Buxy, 1609 (Bellecroix, H).
— Maison du Temple, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 581).
— Ferme de la commanderie du Temple et moulin du Temple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 167-168).
— Le Temple, 1760 (Etat alph., p. 100).
— La Commanderie-du-Temple, 1783 (Nouv. état gén., f. 134 v.).
— Le Temple, 1844 (Etat-major).
En 1789, maison de la commanderie de Malte de Chalon-sur-Saône, avec chapelle (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 167 ; Courtépée, III, p. 382).

Le Temple
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Temple (Le), quartier, commune de Chalon-sur-Saône.
— Homines Templi, 1150 (Lavirotte, p. 252).
— Le Temple, 1780 (Courtépée, III, p. 230).
En 1789, commanderie de l'ordre de Malte, dépendant du grand prieuré de Champagne, à laquelle avait été réunie la commanderie de Saint-Antoine en 1777.

Le Temple
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Tremple (Le), écart, commune de Saint-Privé.
— Philibert du Temple, 1397 (Archives de la Côte-d'Or, B 11555, f. 25).
— Le Villaige des Tramples, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11558, f. 83).
— Le Temple, 1754 (Archives de la Côte-d'Or, C 6309).
— Le Tremple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 969) et 1951 (25 000e).
— Le Temple, 1844 (Etat-major) et 1951 (I.N.S.E.E., p. 144, col. 2).
En 1789, du bailliage de Charolles, possession de l'abbaye de La Ferté (Archives de la Côte-d'Or, B 11555, f. 25). Jusqu'en 1783, de la communauté de Saint-Leu (com. de Saint-Laurent-d'Andenay). Voy. ce nom.

Le Temple
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Petit-Temple (Le), ferme, commune de Saint-Martin-d'Auxy.
— 1951 (25 000e).

Rougepont
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Sennecey-le-Grand - 71

Rougepont, lieu détruit, commune de Sennecey-le-Grand.
— Aimericus de Ponte Rubeo, 1206 (Ferté, H 26).
— Clemens de Rubroponte, 1310 (Procès des Templiers, I, p. 103).
— Rogepont, 1313 (Niepce, p. 213).
— Domus Rubripontis, 1324 (Temple de Chalon, H).
— Rougepont, Rubeoponte, 1333 (Niepce, p. 242).
— Le Temple de Rougepont, 1437 (Coll. Canat, prot. not. Chalon).
— Rougemont, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 925).
— Rochepont, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, p. 714).
— Rougepont, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 841).
— Temple de Rougepont, 1763 (états-Cassini).
— La Commanderie de Rougepont, 1783 (Nouv. état gén., f. 36 v.).
— Rougepont, 1844 (état-major).
En 1789, ferme de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône, avec chapelle Sainte-Catherine, de la paroisse de Boyer (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 841) ; rattaché à Sennecey-le-Grand en 1831 (ord. du 9 août).

Grand-Limon
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Germain-du-Plain - 71

Grand-Limon, hameau, commune de Saint-Germain-du-Plain.
— Lymon, 1240 (Temple, H).

Limon
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Limon, fief, commune de Chalon-sur-Saône.
— Feodum domus de Lymon, 1240 (Temple, H).
— Maison de Limon, xvie siècle (Canat, ms.).

La Chapelle
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chagny - 71

Chapelle (La), hameau, commune de Demigny.
— Templarios Chapellae, 1190 (Maiz., H 54).
— Capella villa Templariorum, 1190 (Bellecroix, H).
— Capellaæ in territorioæ Curina, 1226 (Lavirotte, p. 262).
— Temple de la Chapelle, 1225 (Saint-Andoche, H 930, vidimus 1307).
— Capella de Dumigné, 1239 (Bellecroix, H).
— La Chapelle de Demigney, 1304 (Bellecroix, H).
— Capella de Daminhie, 1310 (Lavirotte, p. 262).
— La Chapelle, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 36).
— Lou Temple de la Chapelle de Demigny, 1379 (Bellecroix, H).
— La Chapelle des Templiers, 1451 (Maiz., H 63).
— La Chapelle, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 421).
— La Chapelle de Demigny, 1760 (état alph., p. 69).
— La Chapelle, 1783 (Nouv. état gén., f. 92 v.).
En 1789, possession de la commanderie de Bellecroix (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 421).

La Templière
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Louhans, Canton: Montpont-en-Bresse, Commune: Ménetreuil - 71

Templière (La), lieu détruit, commune de Ménetreuil.
— In nemoreæ du Temple, 1312 (Archives de la Côte-d'Or, B 10424, cote 10, f. 90).
— La Templière, 1856 (Annu., p. 337).

Mercey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, Commune: Montbellet - 71

Mercey, hameau, commune de Montbellet.
— Templum Montis Belleti, 1307 (Lavirotte, p. 261).
— Apud Merziacum, 1409 (Archives de la Côte-d'Or, B 1288, f. 97 v.).
— Marcé, 1478 (Archives de la Côte-d'Or, B 11592, f. 10).
— Capella beatae Catharinae dicta du Temple, 1513 (Saint-Vincent de Mâcon, p. CCLXXXIX).
— Mercey, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, p. 563).
— Commanderie de Ste-Catherine, 1685 (C 562/4, f. 20).
— Mercé, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 1041).
— Mersay, 1760 (Etat alph., p. 135).
— Marsey, 1763 (Etats-Cassini).
— Mercey, 1783 (Nouv. état gén., f. 187 v.).
En 1789, chapelle Ste-Catherine, anc. m. du Temple, puis commanderie de l'ordre de Malte, réunie à la commanderie de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 1041).

Bragny-sur-Saône
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Verdun-sur-le-Doubs, Commune: Bragny-sur-Saône - 71

Bragny
— Bragny, 1650 (H, Temple de Chalon).
ancienne forêt, représentée principalement aujourd'hui par la forêt domaniale de La Ferté (communes de Saint-Ambreuil, étrigny, Jully-lès-Buxy, Saint-Germain-lès-Buxy et Saint-Loup-de-Varennes.
Voyez Petit-Bragny, Petits-Bragnys) et le bois du Grand-Bragny (commune de La Chapelle-de-Bragny).

Chazelles
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Chazelles, ferme, commune de Sevrey.
— Chazelles, 1481 (Temple de Chalon, H).

Le Cras
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Givry - 71

Cras (Le), lieu détruit, commune de Givry.
— Craye, 1250 (Temple de Chalon, H).

Fissey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Fissey, hameau, commune de Moroges.
— Fisse, vers 1180 (Saint-Vincent de Chalon, f. 65).
— Dominus Fissei, 1252 (Saint-Vincent de Chalon, G 113).
— Fussey, 1261 (Saint-Vincent de Chalon, G 113).
— Johannes a Fusceio, 1371 (Temple de Chalon, H).
— Fixey, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, f. 82).
— Fissey, 1548 (Archives de la Côte-d'Or, B 10627).
— Fissey les Moroges, 1676 (Archives de la Côte-d'Or, B 10834).
— Fissez, le Quart Duceau, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 232).
— Cessey, alias Sissey, 1760 (état alph., p. 140).
— Fissey, Quart d'Uxeau, 1783 (Nouv. état gén., f. 195 v.).
— Fissey, 1844 (état-major).
En 1789, Fissey était partagé entre les bailliages de Chalon-sur-Saône et de Mâcon, la partie mâconnaise étant appelée le Quart d'Uxeau (Archives de la Côte-d'Or, C 3530 ; Nouv. état gén. de 1783).

Montsarin
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Montchanin - 71

Montsarin, hameau, commune de Saint-Laurent-d'Andenay.
— Monsaryn, 1244 (Temple de Chalon, H).
— Monsarin, 1848 (Etat-major).
En 1789, Montsarin était partagé entre les bailliages de Charolles et de Mâcon. La partie charolaise dépendait de la communauté de Saint-Leu (com. de Saint-Laurent-d'Adenay) ; l'autre partie formait avec la portion mâconnaise de Poluzot (com. de Saint-Laurent-d'Andenay) une communauté distincte (C 562/1, f. 36 v) dont la seigneurie appartenait à l'abbaye de Cluny (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, p. 579).

Mortières
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Givry - 71

Mortières, écart, commune de Givry.
— Morteres, 1223 (Arch. dép. Vosges, Remiremont, Marloux, G 2217).
— Morteires, 1256 (Temple de Chalon, H).
— Egidius de Morteriis, 1288 (Ferté, H 29).
— Mortier, 1763 (Etats-Cassini).
— Mortière, alias Mortières, 1780 (Courtépée, III, p. 336 et 370).
— Mortière, 1848 (Etat-major).

Moulin-de-Loize
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Sennecey-le-Grand - 71

Moulin-de-Loize, ferme, moulin détruit, commune de Nanton.
— Celinus de Loasie, 1240 (Temple de Chalon, H).
— Louaise, 1339 (Saint-Marcel, H 255).
— La maison de Loaise, 1473 (Archives de la Côte-d'Or, B 11723, f. 255).
— Le moulin de Loize, 1526 (Archives de la Côte-d'Or, B 10603).
— Le Moulin de Loise, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 733).
— Loaise, le Moulin de Louaise, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 238-239).
— Loysie, 1780 (Courtépée, III, p. 391).
— Moulin-de-Champ-de-Loize, 1844 (Etat-major).
Sur le Grison. En 1789, à la fer., chap. Sainte-Catherine, ruinée (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 233).

Poluzot
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Montchanin - 71

Poluzot, hameau, commune de Saint-Laurent-d'Andenay.
— Pelozet, 1244 (Temple de Chalon, H).
— Villa de Poloziat, 1315 (Temple de Chalon, H).
— Poluzot, 1763 (états-Cassini) et 1951 (25 000e).
En 1789, Poluzot était partagé entre les bailliage de Charolles, de Montcenis (I feu en 1711, Archives de la Côte-d'Or, C 6309) et de Mâcon. Voy. Montsarin et Saint-Leu.

La Prêle
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Mont-Saint-Vincent - 71

Prêle (La), écart, commune de Saint-Micaud.
— La Praele, 1244 (Temple de Chalon, H).
En 1789, du bailliage de Charolles ; possession de l'abbaye de La Ferté (Archives de la Côte-d'Or, B 11558, f. 84 v.).

Prondevaux
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse - 71

Prondevaux, hameau, commune d'Allériot.
— Promdevaul, 1264 (Temple de Chalon, H).
— Pont de Vaulz, 1477 (Bellecroix, H).
— Prondevaulx, 1582 (Temple de Chalon, H).
— Pondrevaulx, 1614 (Temple de Chalon, H).
— Prondevaux, 1844 (état-major).
En 1789, seigneurie de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 793 ; Courtépée, III, p. 356).

Saint-Eusèbe
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Montchanin - 71

Saint-Eusèbe, commune, canton de Montchanin.
— Sanctus-Hysubius in Nemoribus, 1322 (Temple de Chalon, H).

Saint-Jean-de-Maizel
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Saint-Jean-de-Maizel, quartier, commune de Chalon-sur-Saône.
— Sanctus-Johannes de Macello, 1232 (Temple de Chalon, H).
— Domus in Veteri Macello Cabilonense, 1238 (Temple de Chalon, H).
— Sanctus-Johannes de Maisiau, 1255 (Temple de Chalon, H).
Son église, sous le vocable de Saint-Jean-Baptiste, annexe de Saint-Cosme ; anc. prieuré de Cluny, uni à celui de Saint-Cosme, aliéné en 1569.
La partie de Saint-Cosme a été réunie à Chalon-sur-Saône avec cette com. en 1855.

Sauges
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Givry - 71

Sauges, hameau, commune de Givry.
— Sauges, 1240 (Temple de Chalon, H).
— Sange, 1763 (Etats-Cassini).
En 1789, de la paroisse de Cortiambles.

Le Villerot
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Louhans, Canton: Saint-Germain-du-Bois - 71

Villerot (Le), hameau, communes de Lessard-en-Bresse et de Thurey.
— Velerot, 1267 (Temple de Chalon, H ; Canat, ms.).
— Le Villerot de Lessard, le Villerot de Thurey, 1763 (Etats-Cassini).
— Le Villerot de l'Essart, le Villerot de Thurey, 1783 (Nouv. état gén., ff. 155 v. et 317 v.).
— Le Villerot, 1844 (Etat-major).

Ténarre (La), rivie;re
— Bief de Brachin, 1267 (Temple de Chalon, H ; Canat, Cours d'eau, p. 39, col. 2).
— Tenare, 1763 (Etats-Cassini).
Rivière, formée à Lessard-en-Bresse par la réunion des ruisseau du Bief du Moulin du Verger et du Bief de la Grognette, traverse à Tronchy l'étang de la Coudre, arrose Saint-Etienne-en-Bresse puis Saint-Germain-du-Plain, qu'elle sépare de Baudrières, traverse Baudrières, enfin fait limite entre Baudrières et Ormes et se jette dans la Saône, rive gauche.

Le Pont
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Paray-le-Monial - 71

Pont (Le), écart, commune de Vitry-en-Charollais.
— Garnier du Pont, 1397 (Archives de la Côte-d'Or, B 11555, f. 62).
— Le Pont, 1696 (Archives de la Côte-d'Or, C 6877).
En 1789, possession du Temple de Boulet (commanderie de Beugnay).

Bois Templiers
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Mont-Saint-Vincent - 71

Templier (Bois), commune de Saint-Micaud.
— Bois es Templiers, 1387 (Archives de la Côte-d'Or, B 10533).
— Bois Templier, 1844 (Etat-major).
En 1789, à la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.

Bois Marnizot
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Marnizot, bois détruit, commune de Buxy.
— En Manesot, 1219 (Ferté, H 26).
— Marnizot, 1545 (Coll. Canat, prot. not. Chalon).
— Bois de Marnizot, 1844 (Etat-major).
— Marnizot, lieu-dit, 1948 (25 000e).
En 1789, possession de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Canat, ms.).

Les Rhodes
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Rhodes (Les), écart, commune de Buxy.
En 1789, dîmes à la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 157).

La Tuilerie
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Tuilerie (La), hameau, communes d'Allériot et de Châtenoy-en-Bresse.
— La Thieullerie du Bois Verdenay, 1442 (Archives de la Côte-d'Or, B 11521, f. 57).
— La Thieullerie, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11522, f. 78).
— La Thieelerie, 1490 (Archives de la Côte-d'Or, B 11523, f. 83).
— La Thieullerye, du Boys de Verdenay, 1551 (Archives de la Côte-d'Or, C 4766, 738f. 145 v.).
— La Thuillerye, 1571 (Archives de la Côte-d'Or, C 7191).
— Thuillerie de Verdenoy, 1607 (Archives de la Côte-d'Or, C 7128).
— Les Granges de la Thuillerie et les Bois de Verdenet, 1703 (Archives de la Côte-d'Or, C 7128).
— La Tuillerie du Bois de Verdenet, alias Granges de la Tuilerie et du Bois de Verdenay, 1760 (Etat alph., p. 2, 45 et 185).
— Les Tuileries, 1763 (Etats-Cassini).
— La Tuilerie, alias Tuilerie-de-Verdenet, les Tuileries, 1892 (Siraud, p. 187, col. 2 et p. 188, col. 2).
En 1789, possession de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 4766, f. 145).

La Chapelle
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Mont-Saint-Vincent - 71

Chapelle (La), écart, commune de Saint-Micaud.
— Bartholomeus de Genestoy, 1184 (Ferté, H 25).
— Genestei, 1206 (Ferté, H 26).
— La chappelle de Genestoy, 1435 (Archives de la Côte-d'Or, B 964, f. 466).
— Genetoy, 1452/53 (Archives de la Côte-d'Or, B 963).
— Genestoy de Saint Micault, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11510, f. 106).
— La Chapelle Genetoye, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3531, p. 688).
— La Chapelle, 1784 (Archives de la Côte-d'Or, C 6855).
Chapelle (déjà ruinée en 1666) dépendant de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône (Archives de la Côte-d'Or, C 2884, p. 919).

Damerey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Saint-Martin-en-Bresse - 71

Damerey, commune, canton de Saint-Martin-en-Bresse.
— Ecclesia de Damereyo, 1262 (Longnon, Pouillés, p. 180).
— Damerey, xive siècle (Longnon, Pouillés, p. 186).
— Villa de Damereio, 1395 (Bellecroix, H).
— Damerey, 1844 (état-major).
En 1789, Damerey dépendait du bailliage de Chalon-sur-Saône et de la recette de Saint-Laurent.
Son église, sous le vocable de Saint-Georges, du diocèse de Chalon-sur-Saône, archiprêtré d'Allériot (anc. de Bresse), à la collation du chapitre cathédral, qui avait la seigneurie principale ; une partie à la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.

Les Montots
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Montots (Les), écart, commune de Bissey-sous-Cruchaud.
— L'Hopital de Montet, 1313 (Niepce, p. 241).
— Montot, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 24).
— Monts, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 393).
— Le Montot, 1685 (C 562/2, f. 34).
— Montot, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 103).
En 1789, le ham. des Montots formait avec une portion de Cersot une communauté du bailliage de Mâcon sous le nom de Cersot-et-Montot (Voy. Cersot) ; seigneurie à la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône ; au spirituel, de la paroisse de Cruchaud.

Demigny
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Chagny - 71

Demigny, commune, canton de Chagny.
— Villa de Duminiaco, 1225 (Maiz., H 55).
— Parrochia de Demigneio, 1225 (Lavirotte, p. 262).
— Villa de Demigneyo, 1241 (Perry, pr., p. 66).
— Dimigniacus, 1252 (Saint-Marcel, H 255).
— Daminhie, 1310 (Lavirotte, p. 262).
— Migny, 1313 (Niepce, p. 241).
— Decima de Demigner, 1323 (Maiz., H 57).
— Demigne, 1334 (Maiz., H 58).
— Villa de Demigniaco, 1500 (Bellecroix, H).
En 1789, Demigny dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Ancienne maison du Temple à La Chapelle, possession de la commanderie de Bellecroix ; dîmes en partie aux abbayes de Maizières et de Saint-Andoche d'Autun (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 421).

Jouvençon
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Louhans, Canton: Cuisery - 71

Jouvençon, commune, canton de Cuisery.
— Juvinciacum, 1119 (Juénin, pr., p. 145).
— Jovençon, 1442 (Archives de la Côte-d'Or, B 11521, f. 51 v.).
— Jouvençon, 1476 (Archives de la Côte-d'Or, B 11522, f. 94).
— Gevenson, 1490 (Archives de la Côte-d'Or, B 11523, f. 106).
— Jouvençon, 1763 (états-Cassini).
En 1789, Jouvençon dépendait du bailliage de Chalon-sur-Saône et de la recette de Saint-Laurent.
Seigneurie en partie à la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.

Jully-lès-Buxy
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Chalon-sur-Saône, Canton: Canton de Buxy - 71

Jully-lès-Buxy, commune, canton de Buxy.
— Villa de Julliaco, 1123 (Ferté, H 24).
— Robertus de Juli, vers 1153 (Ferté, H 24).
— Apud Juleium, 1187 (Ferté, H 25).
— Villa de Julleyo, 1212 (Saint-Vincent de Chalon, f. 34).
— Juylle, 1223 (Maiz., H 55).
— Julle, 1227 (Ferté, H 27).
— Villa de Julleio, 1231 (Ev. de Chalon, G 4).
— Girardus de Juilli, 1262 (Archives de la Côte-d'Or, B 965).
— Decanatus de Juille, 1283 (Tournus, H 179).
— Jully, 1298 (Archives de la Côte-d'Or, B 11640).
— Juller, 1308 (Ferté, H 31).
— Juilleyum, 1320 (Longnon, Pouillés, p. 174).
— Julley, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 23 v.).
— Juley, 1394 (Archives de la Côte-d'Or, B 11540, f. 56).
— Juilleu, 1400 (Archives de la Côte-d'Or, B 11541, f. 42 v.).
— Jully, 1449 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, f. 44 v.).
— Juilly, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, f. 29 v.).
— Jully-lès-Buxy, 1844 (état-major).
En 1789, Jully-lès-Buxy dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Maison du Temple, avec chapelle, à la commanderie de Chalon-sur-Saône.
Chapelle de la Vierge et Saint-Jean au ham. de Ponneau.

Montbellet
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Mâcon, Canton: Lugny, Commune: Montbellet - 71

Montbellet, commune, canton de Lugny.
— Montem Beletumæ, Adalardus de Montbelet, 1172 (Saint-Vincent de Mâcon, 631).
— Raynaldus de Montebelet, xiiie siècle (Obit., p. 381).
— Regaldus de Monbelet, 1215 (Cluny, VI, ?).
— Curatus Montis Belleti, xive siècle (Longnon, Pouillés, p. 189).
— Montbelet, 1409 (Archives de la Côte-d'Or, B 1288, f. 142 v.).
— Apud Sanctum-Desiderium, 1410 (Archives de la Côte-d'Or, B 1288, f. 165 v.).
— Monbelet, 1458 (Archives de la Côte-d'Or, B 1261).
— Monbellet, 1543 (Archives de la Côte-d'Or, B 11593, f. 6 v.).
— Montbellet, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2889, p. 563).
— Montbellet, 1845 (Etat-major).
En 1789, Montbellet dépendait des bailliage et recette de Mâcon ; baronnie depuis 1647 (Lex, fiefs, p. 164).
Son église, sous le vocable de Saint-Didier, du diocèse de Mâcon, archiprêtré de Vérizet, à la collation du prieuré de Saint-Oyen de Montbellet.
Chapelle Saint-Jean-Baptiste au Bas-de-Montbellet.
Ancienne commanderie du Temple de Sainte-Catherine au hameau de Mercey.
Pendant la période intermédiaire, Montbellet a fait partie du can. de Tournus. En 1846 (loi du 17 juin), les ham. de Boulaize et de Jean-Large ont été détachés de Montbellet et réunis à la com. de Viré.

La Charmée
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Charmée (La), commune, canton de Chalon-sur-Saône-sud.
— Charmeia, 1240 (Ferté, H 27).
— La Charmoye, 1254 (Ferté, H 28).
— La Charmoie, 1281 (Cluny, H I).
— La Charmies, xiiie siècle (Ferté, H 30).
— Charmoya, 1320 (Longnon, Pouillés, p. 174).
— Charmeya, xive siècle (Longnon, Pouillés, p. 183).
— La Charmee, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 9 v.).
— La Charmée ou Petit Cluny, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 175).
En 1789, La Charmée dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
La collation alternative de l'abbaye de Cluny et du chapitre cathédral, dîmes en partie à la commanderie du Temple de Chalon.

Givry
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Givry, chef-lieu de canton, arrondissement de Chalon-sur-Saône.
— Apud Gibriacum, 1120 (Ferté, H 24).
— Ad mensurem Gevreaci, 1183 (Arch. dép. Vosges, Remiremont, Marloux, G 2212).
— Apud Geivriacum, 1222 (Archives de la Côte-d'Or, B 10471).
— Gyvriacus, 1244 (Ferté, H 27).
— Parochia de Gevrey, 1244/45 (Cart. Eglise d'Autun, I, 163).
— Givré en Chonnois, 1263 (Ferté, H 28).
— Pepositus de Givredo, 1265 (Ev. de Chalon, G 35).
— Villa de Gevreyo, 1277 (Archives de la Côte-d'Or, B 10481).
— Ecclesia Sancti-Petri Givreii, 1287 (Ev. de Chalon, G 35).
— Johannes de Givrerio, xiiie siècle (Obit., p. 579).
— Vice-Dominatus de Givreyo, 1307 (Perry, p. 83).
— Givry en Chaunois, 1316 (Archives de la Côte-d'Or, 33 F 131).
— Ad mansuram Gevreiaci, 1379/80 (Archives de la Côte-d'Or, B 1260).
— Gevrey en Chonois, 1381 (Archives de la Côte-d'Or, B 932).
— Gevry, 1385 (Archives de la Côte-d'Or, 33 F 12).
— Gevrey en Soonois, 1431 (Archives de la Côte-d'Or, B 11547, f. 64 v.).
— Gevrey en Chalonois, 1449 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, f. 55 v.).
— Gevrey en Chaonnois, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, f. 88 v.).
— Givry en Chaunoys, alias Givrey en Chaonoiz, 1473 (Archives de la Côte-d'Or, B 11723, ff. 262 v. et 268).
— Givry emprés Chalon sur la Soone, 1503 (Archives de la Côte-d'Or, B 11730, f. 331).
— Givry en Chalonnois, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, f. 301).
— Givry, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2887, p. 541).
En 1789, Givry dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Ancien moulin du Temple (Lavirotte, p. 266).

Sevrey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Sevrey, commune, canton de Chalon-sur-Saône-sud.
— In villa Sivrei, 1153 (Ferté, H 24).
— Grangia de Siviri, 1234/35 (Perry, pr., p. 63).
— Sevrel, 1267 (Ferté, H 28).
— Sirve, 1307 (Lavirotte, p. 266).
— Sevreyum, 1320 (Longnon, Pouillés, p. 175).
— Sirvey, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11538, f. 8 v.).
— Cevrey, 1394 (Archives de la Côte-d'Or, B 11540, f. 30).
— Sevrey, 1408 (Archives de la Côte-d'Or, B 11541, f. 22).
— Severey, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, p. 281).
En 1789, Sevrey dépendait des bailliage et recette de Chalon-sur-Saône.
Ancienne commanderie du Temple, réunie à la commanderie de Malte de Chalon-sur-Saône.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Senozan   (71)
Seigneurie du Temple de Senozan
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Mâcon - 71


Seigneurie du Temple de Senozan
Localisation: Seigneurie du Temple de Senozan


Le Commandeur du Temple de MontbelletDomaine du Temple à Montbellet
Domaine du Temple à Montbellet
avait également une censive et toute justice sur une portion du village de Saint-Pierre-de-Senozan.

Il est probable que ce membre du Temple Sainte-Catherine avait la même origine que celui de Farges-les-MaconDomaine du Temple à Farges
Domaine du Temple à Farges
, étant situé à égale distance de Montbellet et de Mâcon, sur le grand chemin de Paris à Lyon.

Un corps de logis, sis à l'angle des chemins de Senozan à la Saône et de Senozan à Saint-Martin-Belle-Roche (71), dépendait de cette censive ; celle-ci appartenait en 1719 à Messire Henri Quinot, seigneur du Fresne ?.

La visite faite en 1662 nous apprend que le commandeur percevait deux sols six deniers de cens à Senozan.

Voici la liste des censitaires du commandeur aux XVIIe et XVIIIe siècles (1).
1. Nous avons dit qu'à Senozan, tous les justiciables du commandeur étaient hommes levants et couchants. Le cas est unique dans le terrier de la Commanderie.
Sources: G. Jeanton - Annales de l'Académie de Macon - Troisième série Tome XX - 1916-1917 - Protat Frères, Imprimeurs.
Top

 

Sevrey   (71)
Maison du Temple de Sevrey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71


Maison du Temple de Sevrey
Localisation: Maison du Temple de Sevrey


Une maison du Temple avait été fondée dans ce village fort rapproché de Châlon. Elle est mentionnée dans la transaction de 1234 citée plus haut, où les Templiers furent confirmés par le comte de Châlon dans la jouissance de leur manoir de Sevrey et dans la possession de la seigneurie voisine de Deroux.

En 1236, ils achetérent de Josserand, de la Chapelle la moitié d'un bois situé près de leur Temple, dont l'autre partie leur avait été donnée peu de temps auparavant par Barthélémy de la Chapelle, chevalier, et Odon, son frère. On voit aussi que plusieurs Templiers de la maison de Sevrey « domo ordinis vocata à Sivre Cabillonensis diocesis », furent interrogés, en 1307, par les commissaires chargés de l'instruction du procès qui fut suivi de l'abolition de l'ordre du Temple.

Le commandeur de Châlon, dit M. Courtépée, était assujetti envers le seigneur de Sevrey, à la coutume singulière de lui livrer chaque année, le jour de l'Ascension, et sur la lisière du bois du Temple, un fromage que le seigneur de Sevrey, de son côté, était tenu de venir quérir avec fanfares et musettes, accompagné de toute la jeunesse du village en danse.
Sources: César Lavirotte — Mémoire Statistique sur les Etablissements des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bourgogne — Membre de la Société française pour la conservation des Monuments — 1852.

Procès des Templiers tome 1, page 137
Item, eadem die Jovis accessimus ad domum abbatis de Prulhaco in vico de la Montelarie Parisius, ubi detinebantur XXVII Templarii ex hiis qui interfuerant in viridario predicto, videlicet fratres Ancherius de Sivre miles, P. de Cormelliis preceptor domus de Santillihaco, Henricus de Anisiaco miles, Johannes de Belno preceptor de Fontanetos Radulphus de Bandeyo, Johannes de Cormelliis, Parisius de Voilants, Andreas de Buris, Johannes de Chochiaco, Stephanus de Castellione, P. de Lamina, Martinus de Monte Moreti, Guido de Niciaco, Johannes Pacat, Stephanus de Buris, P. de Bellencort, Galterus de Capella, P. de Dicto Bono, Stephanus de Vollanis, Johannes la Percha, Jacobus de laViria, Johannes de Enonia, Johannes de Terra Cumfondrea, Gerardus de Belna, Odo de Anona, et Bartholomeus de Trecis.

Procès des Templiers tome 1, pages 151
Qui dixerunt quod nullum procuratorem intendebant facere, sed ordinaverunt
quod fratres Ancherius de Sivre miles, et P de Carmelhis, veniant instanti die Mercurii, ad tradendum in scriptis defensiones ordinis, et ratum habebunt et firmum quicquid per ipsos dicta die traditum fuerit coram dominis commissariis supradictis, et petunt consilium predictorum fratrum R. de Pruino et P. de Bononia.

Procès des Templiers tome 1, page 208
Item, requisitus supra XXIIII, Quod magnus Magister posset absolvere a peccatis, et aliis V sequentibus, respondit se audivisse ab aliquibus frairibus éjusdem ordinis, de quorum nominibus non recordatur, in domo ordinis vocata a Sivre diocesis Cabilonensis, quod Magister eorum major poterat absolvere a peccatis fratres dicti ordinis, quod tamen ipse testis nunquam credidit, sicut dixit; quod autem visitator vel preceptores possent absolvere, respondit se nunquam audivisse nec plura scire de contentis in articulis memoratis.
Sources: Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 — Imprimerie Nationale — Paris — M. DCCC. LI.

Maison du Temple de Sevrey
A Sevrey, les Templiers possédaient une seigneurie qui portait le nom de Grand et Petit Temple. Un acte de 1231 fait état d'une vente par Barthélemy de Saint-Marcel, aux chevaliers du Temple de Sevrey, d'une terre située entre Taysonères et Sevrey.

Cette maison du Temple, encore indiquée sur la carte de Cassini sous le nom de la Commanderie, tirait son nom de la petite ville de Sevrey: « villa de Sivreyo..... in domo Ordinis vocata a Sivre, diocesis Cabilonensis. »
Sources: Trudon des Ormes: Les possessions templières recueillent durant les interrogatoires des templiers par les hommes de Philippe le Bel et les commissions pontificales des diocèses de France.

Le Temple, ferme, commune de Sevrey.


Maison du Temple de Sevrey
Localisation: Maison du Temple de Sevrey


— Homines Templi de Siveri, 1234 (Perry, pr., page 63).
— Domo ordinis vocata a Sivre, 1307 (Lavirotte, page 266).
— La maison du Temple de Sevrey, 1360 (Archives de la Côte-d'Or, B 11551, folio 14).
— L'ostel du Temple de Sevrey... fermé de foussez, 1470 (Archives de la Côte-d'Or, B 11553, folio 27).
— L'hostel du Temple de Sevrey, 1557 (Archives de la Côte-d'Or, C 5128, folio 26 v.).
— La grangerie du Temple, 1691 (Archives de la Côte-d'Or, C 6770).
— La ferme du Temple, 1757 (Archives de la Côte-d'Or, C 3530, page 281).
— Commanderie, 1783 (Etats-Cassini).
— La Commanderie du Temple, 1780 (Courtépée, III, page 410).
— Le Temple, 1783 (Nouvel état général, folio 300 v.).
En 1789, possession de la commanderie du Temple de Chalon-sur-Saône.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
Top

 

Départements visité 1341748 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.