Les Templiers   Chartes Ain   Les Croisades

Chartes et actes du Temple dans l'Ain

Retour

Commanderie de Saint-Martin-le-Châtel

5
Bruel
Brueil.
Département: Ain, Arrondissement et Canton : Bourg-en-Bresse, hameau: Saint-Didier-d'Aussiat - 01
— Ce village, au XIVe siècle, était possédé presque entièrement par les Templiers de Saint-Martin-le-Châlel.
— Archives du Rhône, titres de Malte, Inventaire, de 1627, f° 66.
Templiers
27
Confranchesse
Confrancheschi, Confrancechi, Confrancechy, Confranseiche
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Saint-Martin-le-Châtel - 01
— Les Templiers de Saint-Martin étaient possessionnés dans le village, dès 1287.
— Archives du Rhône, Inventaire, de Laumusse, manuscrits f° 62.
— Confranchesse, XVIIIe siècle (Cassini)
Il y a un Confranchesse à Saint-Martin-le-Châtel et un autre à Saint-Martin-du-Mont sous le nom de Confranchette
— Confranchesse, XVIIIe siècle (Cassini)
Confranchesse
— Confrancheschi, 1287 (Cartulaire lyonnays, tome II, n° 816)
— Confrancechi, 1345 (Archives du Rhône, terrier de Saint-Martin, tome I, folio 11 r°)
— Confranchechy, parrochie Sancti Martini, 1495 environ (Archives de l'Ain, terrier de Saint-Martin, folio 18 r°)
— Confrancechy, 1495 (Ibidem, folio 31 v°)
— Confranseiche, 1675 (Archives de l'Ain, H 862, folio 132 v°)
— Confranchesse, 1677 (Ibidem, folio 23 v°)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
29
Cras
Ecclesia de Cra, decima de Crasso.
Département: Ain, Arrondissement et Canton : Bourg-en-Bresse, Commune: Cras-sur-Reyssouze - 01
En 1293, les Templiers de Saint-Martin-le-Châtel acquirent les fonds que possédait dans cette paroisse Guillemette, fille de François de Cuisery.
— Paroisse sous le vocable de saint Jean-Baptiste. Le chapitre de Saint-Vincent de Mâcon nommait à la cure.
— Cras était déjà paroisse au XIIIe siècle. En 1272, Bérard de Beyviers reconnut tenir du comte de Savoie la moitié de la dîme.
— En 1293, les Templiers de Saint-Martin-le-Châtel acquirent les fonds qu'y possédait Guillemette, fille de François de Cuisery.
— Le revenu de la cure consistait dans le quart des dîmes et dans le produit de quelques terres et prés. Le tout, évalué en argent, pouvait s'élever à 400 ou 500 livres.
Cras ou Cras-sur-Reyssouze
— Cartulaire de Savigny et d'Ainay, page 929, 950, 977, 1006 et 1017.
— Guichenon, Bresse, du Bugey page 20.
— Crac, 1335 (Terrier de Teyssonges, folio 23 v°)
— Archives du Rhône, fonds de Malte, titres du Temple de Saint-Martin, chapitre I, n° 5.
— Cras, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
59
Hôpital-d'Epaisse (L')
Epeisi, Epeissi, Expeissie, Espeissia
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Bâgé-la-Ville - 01
Maison de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commune de Bâgé-la-Ville.
— Domus hospitalis d'Epeisi, 1236 (Cartulaire lyonnais, tome I, folio 310)
— Fratres hospitalis d'Epeissi, 1238 (Ibidem, tome I, n° 325)
— Domus hospitalis Expeissie, 1410 environ (Terrier de Saint-Martin, folio 94 v°)
C'est à cette maison qu'avaient été remises, en 1312, les possessions de l'ancien temple de Laumusse.
— J. de Ferrariis, baillivus et judex, in Terra Baugiaci... mandamus quatenus omnes domos et grangias que quondam fuerunt de ordine militie Templi Guillemo de Unlmo, preceptori domus Hospitalis de Espeissia deliberetis, 19 novembre 1312 (Archives du Rhône, fonds de malte, H 25)
— Epaisse, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Hospitaliers
73
Morellière (La)
Moreliri, La Moreliry, La Morelliry
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton et Commune: Montrevel-en-Bresse - 01
Localité détruite.
— Li Moreliri, 1345 (Archives du Rhône, terrier de Saint-Martin, tome I, folio 23 v°)
— Li parrochia de Cueil, loco dicto Moreliri, 1410 environ (Archives l'Ain, terrier de Saint-Marin, folio 77 v°)
— La Moreliry, 1410 environ (Ibidem, folio 19 r°)
— La Morelliry, 1496 (Archives l'Ain, H 356, folio 2 r°)
La Terre de la maison du Temple appelé la Moreillière, 1675 (Archives l'Ain, H 862, folio 68 r°)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
100
Perrex
In agro Poriato ; Perroes, Peresc, Perees, Perezt, Pères.
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Pont-de-Veyle - 01
— Paroisse sous le vocable de l'Assomption. Le chapitre de Saint-Vincent de Mâcon nommait à la cure.
— Perrex faisait partie des anciennes dotations du siège épiscopal de Mâcon.
— Au Xe siècle, il était le chef-lieu d'un Ager dont dépendait Mézériat.
— En 1223, Guillaume de Loëse donna aux Templiers de Saint-Martin-le-Châtel un mas dit Baret, qui y était situé.
— Quelques années plus tard, l'église métropolitaine de Lyon y acquit des droits d'Ogier Boches, chevalier, et de son frère.
— Parmi les bienfaiteurs de l'église on compte Pierre de Sachins, curé de Chavagnat-sur-Veyle, qui lui fit un legs, le 1er septembre 1360.
— Les revenus de la cure, aux derniers siècles, s'élevaient à environ 300 livres et consistaient en quelques parts des dîmes et dans le produit de terres, prés, bois et vignes.
— Archives du Rhône, fonds de Malte, titres Epaisse, chapitre 1, n° 3 et 11.
— Titres Saint-Martin-le-Châtel, chapitre 2, n° 2.
— Perrex, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
122
Planchemel
Pleinchemier, Planchimeil
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Commune: Saint-Martin-le-Châtel - 01
— Hameau, commune de Curtafond.
— Grangia Pleinchemier (1289)
— Planchemel, in parrochia de Cortefont (1249)
— Planchimeil (1335 environ)
— Villa de Planchimel (1345)
— Planchimel, parrochie de Cortaffon (1410 environ)
— Plancemel (1490)
— Village de Planchemel, parroisse de Curtaffon (1675)
— Le chemin de Planchemel à Saint-Martin-le-Chatel (1763)
— Planchemel, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
133
Remondange
Villa de Hermondangis, Villa de Armondanges
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Commune: Saint-Didier-d'Aussiat - 01
— Villa de Armondanges, 1345 (Archives du Rhône, terrier de Saint-Martin, tome I, folio 6 r°)
— Armondanges, parrochie Sancti Desiderii Onciaci, 1410 (Terrier de Saint-Martin, folio 78 v°)
— Remontange, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
137
Reyssouzet (Le)
Roisoset
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Commune: Saint-Martin-le-Châtel - 01
— Ruisseau sort d'un étang de Saint-Didier-d'Aussiat, court à la limite de Montavel et de Marsonnas, traverse Jayat et va se perdre dans la Reyssouze à Saint-Julien
— Roisoset, 1335 environ (Terrier de Teyssonge, folio 20 v°)
— Ripperia de Reysouset, 1345 (Archives du Rhône, terrier de Saint-Martin-le-Châtel, tome I, folio 8 r°)
— Riparia de Roissoset, 1410 environ, (Terrier de Saint-Martin-le-Châtel, folio 8 r°)
— Reyssouset, 1845 (Etat-Major)
Aucune trace de ce nom de ruisseau
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
111
Saint-Didier-d'Aussiat
Capella que est in honore S. Andrée ad Hureacum ; ecclesia S. Andrem in Cimaloco ; S. A. de Cimaloco ; S. Andréas ; S. A. de Uria, de Uyria, d'Huria, d'Huriat.
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Saint-Sulpice, Commune: Saint-Didier-d'Aussiat - 01
— Le droit de collation à l'église appartenait au monastère de Saint-Pierre-de-Mâcon, qui avait reçu, vers 1120, d'Ulric, sire de Bâgé, au moment où il partait pour se joindre à la croisade, toutes les dîmes de la paroisse et, en 1217, de Gui de Châtillon-en-Dombes, tout ce qu'il y possédait.
— Les hospitaliers de Tessonges, ainsi que les Templiers de Saint-Martin-le-Châtel et de Laumusse, étaient aussi possessionnés à Saint-Didier.
— Les fonds et les services dont jouissaient ces derniers leur provenaient de donations faites, en 1236, par Robert de Clairmont et Humbert, son frère, et, en 1284-1285, par Humbert de Coucy, écuyer.
— Les revenus de la cure, aux derniers siècles, ne s'élevaient qu'à 150 livres. Ils consistaient en neuf ânées, un tiers froment et deux tiers seigles, et dans le produit de six ou sept coupées de terre et d'un pré de « trois meaux de foin. »
— Archives du Rhône, fonds de Malte, titres de Tessonges ; chapitre II, n° 1.
— Titres de Saint-Martin-le-Châtel, chapitre I, n° 2.
— Inventaire, de Laumusse de 1627, f° 8 et suivantes.
— Saint-André-d'Huiriat, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Saint-André-d'Huiriat
— Les Templiers de Laumusse possédaient jadis, dans la paroisse, des droits qui leur avaient été donnés, en 1244, par noble Mathieu de Vinzelles.
— Archives du Rhône, Grande pancarte de l'Ile-Barbe, 2e peau.
— ibidem, Registre des insinuations de l'officialité, vol. A-B, f° 71.
— ibidem, Inventaire manuscrits de Laumusse de 1627, f° 9.
— Archives de l'Ain, titres de Saint-André-d'Huirial.
— Saint-André-d'Huiriat, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
115
Saint-Martin-le-Châtel
Sanctus Martinus ; domus S. Martini lo Chastel, S. Martini Castri.
Département: Ain, Arrondissement et Canton: Bourg-en-Bresse, Commune: Saint-Martin-le-Châtel - 01
Importante Maison du Temple.
L'établissement que les Templiers possédaient à Saint-Martin-le-Châtel paraît avoir pour origine quelques fonds qui leur avaient été donnés « en aumône » dans les villages de Mons et des Ouches. Ces fonds firent le sujet d'une transaction au mois de mars 1213 avec Ulric du Thil, chevalier, et les enfants de feu Odon du Thil, son frère. A cette première donation vinrent s'ajouter successivement celles que firent Guillaume de Loëze, chevalier, en 1223, Guillaume Frillet en 1242, Albert de la Tour en 1243, et Sorine et Bérarde, filles de Bernard de Saint-Sulpice en 1276. C'est très probablement vers cette époque (1276) que le commandeur de Laumusse établit des frères de son Ordre en permanence à Saint-Martin-le-Châtel. Cette maison resta néanmoins toujours membre de Laumusse. En 1286, un Ponce était précepteur du Temple de Saint-Martin.
Au mois d'avril 1238, Etienne de Chatillon, sa femme Guigone et ses fils Alard, Gui et Etienne, donnent aux Templiers tous les biens que tient d'eux Girard de Corvangel : terres, prés et forêts, pour lesquels il paie une redevance annuelle de 5 sols.
Au mois de juin 1286, Ponce, précepteur de Saint-Martin, acquiert de Guillaume de Montfalconnet, damoiseau, la moitié du pré « de canali domariers », la moitié du pré de la Fontaine-sous-Belmont, et la moitié du pré des Pæles, le tout pour 76 sols viennois.
En 1288, le même Ponce achète à Johannet de Montfalconnet les fonds que ce dernier possède à Belmont.
Le 22 août 1289, Johannet de Montfalconnet, damoiseau, fils de feu Rolland de Montfalconnet, vend à Jean Castelous, commandeur de Laumusse et de Belleville, pour le prix de 26 sols viennois, un cens annuel de 2 sols viennois et d'une demi-poule dus par Bernardet de Beaumont.
Le 3 avril 1293, Guillerma dite Donna, fille de feu François de Cuzieu et femme d'Etienne dit Donna, vend à frère Jean Casteluz, commandeur de Laumusse, pour 7 livres 10 sols viennois un pré dit « Saveyr », un courtil, une terre dite « del chant de lento », une île dite « del Mulym » dans la Reyssouze, un pré dit de « vado de Chiletes » et un autre dit « de quart. »
Au hameau de Corvangel : au mois de février 1276, Sorine et Bérarde, filles de feu Bernard de Saint-Sulpice, aliènent aux Templiers de Saint-Martin-le-Châtel, moyennant 7 livres viennoises, les cens et les servis qui leur appartiennent sur un bois à Corvangel.
Au hameau de Confranchesse : les Templiers de Saint-Martin y sont possessionnés dès 1287.
Au hameau de Belmont (Balmont) : dès le milieu du XIIe siècle, les Templiers y possèdent des fonds. Ils en acquièrent de nouveaux en 1276, 1286 et 1288.
Sources : Guigue, Marie-Claude. Topographie historique du département de l'Ain, ou Notices sur les communes, les hameaux, les paroisses, les abbayes, les prieurés, les monastères: accompagnée d'un précis de l'histoire du département depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution.
— Paroisse sous le vocable de saint Martin, comprise dans les anciennes dotations du monastère de Saint-Pierre de Mâcon, qui s'associa en pariage, en 1208, dans la jouissance de ses droits de justice et seigneuriaux, Ulric III, sire de Bâgé. Cet acte d'association fut renouvelé, en 1235, dix-huit ans après que le monastère eut reçu de Guy de Châtillon, chevalier, tout ce qu'il possédait dans le village. Les chanoines de Saint-Pierre restèrent collateurs de la cure jusqu'à l'union de cette cure, en 1515, par le pape Léon X, au chapitre de Bourg.
— Les revenus du curé, aux derniers siècles, consistaient en la sixième partie de la dîme, en deux maux de foin et en 420 coupes de blé.
— L'établissement que les Templiers possédaient jadis à Saint-Martin-le-Châtel paraît avoir pour origine quelques fonds qui leur furent « donnés en aumône, » dans les villages de Mons et des Ouches.
— Ces fonds firent le sujet d'une transaction, au mois de mars 1243, avec Huric du Til, chevalier, et les enfants d'Odon du Til, son frère.
— A cette première donation vinrent s'ajouter successivement celles que firent Guillaume de Loèse, chevalier.
— En 1223, Guillaume Frillet.
— En 1242, Albert de la Tour.
— En 1243, Sornine et Berarde, filles de Bernard de Saint-Sulpice.
— En 1276, c'est très-probablement vers cette dernière époque que les Templiers établirent des frères de leur ordre en permanence à Saint-Martin-le-Châtel, dont la maison néanmoins resta toujours membre de Laumusse.
— En 1286, un Ponce était précepteur du temple de Saint-Martin. Au mois de juin de cette année, il acquit des prés de Guillaume de Montfalconnet, damoiseau, et, en 1288, les fonds que possédait à Belmont, Johannet de Montfalconnet, qui se constitua, en 1289, vassal du temple, et prit en fief de lui tout ce qu'il avait dans la paroisse.
— En 1342, les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem succédèrent aux Templiers, dont ils arrondirent l'héritage par des acquisitions faites en 1348, 1402, 1403, 1407 et 1430.
— Les possessions de la maison de Saint-Martin s'étendaient sur les villages de Perrex, de Cornaton, de Dompierre, de Salvigny, de Bréniguier, de Corvandelle, de Belmont, de Curtafond, de la Potière, etc.
— Suivant le procès-verbal des visiteurs de Malte, en 1652, le temple de Saint-Martin-le-Châtel n'avait plus de chapelle. Il ne consistait qu'en un grand domaine, des maisons, des granges et des étables. Le domaine était affermé 500 livres. Les renies censuelles s'élevaient à 300 livres ?
— Comme seigneurie, la terre de Saint-Martin-le-Châtel resta unie au domaine des comtes, puis ducs de Savoie, jusqu'au 16 novembre 1445, époque où le duc Louis l'en détacha pour la remettre, en échange de partie du mandement de Gourdans, à Claude de la Baume, comte de Montrevel. Le 10 août 1584, le duc Charles-Emmanuel l'érigea en marquisat, en faveur de Françoise de la Baume, dame de Carnavalet. Ce marquisat, transmis de branche en branche, était encore dans la famille de la Baume lors de la convocation des Etats-Généraux.
— En 1603, il ne subsistait déjà plus qu'une tour du château-fort de Saint-Martin-le-Châtel.
— Saint-Julien de Balleure, page 239.
— La Teyssonnière, tome II, page 165.
— Guichenon, 1re partie, page 54 ; Généalogies Bresse, page 118 ; Notices Bresse, page 102.
— J. Baux, Nobiliaire Bresse, page 133.
— Cartulaire de Savigny et d'Ainay, tome II.
— Archives du Rhône, titres de Malte.
— Saint-Martin-le-Châtel, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Ain, rédigé par M. Edouard Philipon. Paris, Imprimerie Nationale MDCCCCXI.
Templiers
120
Vacon
Vascon, nemus de Vacon.
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Marboz, Commune: Bény - 01
— Ce hameau existait déjà en 1242.
— Au mois de mai 1253, Albert de la Tour, seigneur de Coligny et de Treffort céda aux Templiers de Saint-Martin-le-Châtel tout le droit, le domaine, le fief et l'usage qu'il avait sur la forêt de Vacon.
— Archives du Rhône, fonds de Malte, titres de Saint-Martin-le-Châtel, chapitre I, n° 1, et chapitre II, n° 3.
— Moulin Vacon, XVIIIe siècle (Cassini)
Sources : Guigue, Marie-Claude. Topographie historique du département de l'Ain, ou Notices sur les communes, les hameaux, les paroisses, les abbayes, les prieurés, les monastères: accompagnée d'un précis de l'histoire du département depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution.
Templiers
Retour
Haut-page

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.