Chartes des Templiers   Les chartes ou actes   Chartes des Templiers

Les chartes ou les actes concernant las Templiers du Marquis d'Albon

Chartes de Conan IV duc de Bretagne

Relative aux Biens de l'Ordre du Temple

Chartes relatives aux Biens des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

Lorsque je publiai, il y a quelques années, les notes que j'avais alors recueillies sur les documents relatifs aux Templiers et aux Hospitaliers en Bretagne, je faisais remarquer que les chartes rappelées dans la confirmation ducale du 1er novembre 1451 étaient toutes retrouvées à l'exception de celle dont les premiers mots étaient : « si nuperrime et noviter (1). » Depuis, j'ai continué mes recherches, et formé une collection assez riche de documents nouveaux, et parmi ceux-ci se trouve le diplôme « Si nuperrime » qui est d'une grande importance puisqu'il énumère les biens possédés par les Templiers bretons. L'original n'existe plus depuis longtemps, mais le texte en a été conservé par une charte du duc Pierre II, vidimant les principaux titres des chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui, depuis le commencement du XIVe siècle, représentaient les Templiers. Ce diplôme, daté également du 1er novembre 1451, complète la charte donnée par D. Morice, dont il vient d'être parlé.

La première copie que j'en eus était du XVIe siècle, et très défectueuse : je la découvris aux archives des Côtes-d'Armor, dans les papiers de la commanderie de Pontmelvez. Le texte était tellement altéré qu'il était à peu près impossible de chercher à s'en servir au point de vue des assimilations géographiques. Je me contentai donc de le faire connaître tel quel, dans un article de compte-rendu sur le Cartulaire de Redon édité par M. de Courson ; je faisais simplement des vœux pour qu'un texte meilleur fût retrouvé, et permît de tirer de ce document tous les éclaircissements que l'on avait le droit d'espérer (2). Depuis, je vis aux Archives de la Vienne, une nouvelle copie notariée donnée le 18 septembre 1642 à Gilles du Buisson, commandeur de Carentoir, d'après un transumpt fait par Alain de Boiséon, commandeur de Pontmelvez (3); mais cette copie était aussi mauvaise que la première. J'eus la chance enfin de tomber, par hasard, sur un original du vidimus du duc Pierre, et c'est celui-ci que je vais publier. Je le ferai suivre du texte de l'acte de la charte qui intéresse l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, et je terminerai cette étude par quelques observations sur la valeur de ces deux actes, et principalement sur leur authenticité.

J'ai indiqué, de mon mieux, en note, les noms modernes des localités qui sont énumérées dans l'une et l'autre charte. J'espère que ce travail permettra de fixer définitivement ces vocables géographiques, grâce aux rectifications qui seront proposées pour quelques-unes de mes attributions. On aura ainsi une base certaine pour étudier l'histoire des Templiers et celle des Johannites dans l'ancienne province de Bretagne.

I

Si nuperrime et noviter acta vix ad memoriam revocare valemus diu preterita nisi scripto firmentur in thesauro memorie tenere non possumus, ideoque previdit antiqua morum sollercia et instituit annotari quicquid imposterum vellet reservari, quorum mores et vestigia ego C. dux Britannie et comes Richemundie sequens, tam presentibus quam faturis notum fieri volo quatenus quicquid domni Templarii in omni ducatu meo possidunt liberum et quietum me concessisse ab omnibus costumis et redditibus ad me et ad meos successores pertinentibus. Hec sunt que suscribimtur libera et quieta ut cartula presens demonstrat : Languivurt et elemosina de Castello Pauli (4), Lerachoou (5), Guerncadiou (6), Pontaul (7), Coetrevar, Runargant (8), Runhaleuc (9), Trevoelan (10), Goetbelan (11), très villas in Plejehan (12) quas dedit Roaut filius Philippi, elemosina de Gouelou, Cleerfonten (13), Crihirac (14), Le Rochochert, Sencheco, le Montfrocher, Ilfiniac (15), unam villam quam dederunt duo fllii Cahat, la Verger a Ploehmic (16) et alteram villam in eadem Ploehmic, la Fougerat (17) et una elemosina in Sanheliren (18), Lanhane Cuncar (19), elemosina Gaufredi Coeron scilicet suum molendinum de Vaal Ourugun et terra sua de Viridario de Heenan (20),la VilBarbe (21), la Bochin, San Sanson (22), elemosina Sahart, et monasterium Hevariu (ou Hevarni), Boocerhut (23) filius Aguen le Hil de Gerenes, et in Moelan (24) decimam unius ville in Pleiben (25), elemosina una domus Nampnet (26) et La Han (27), centum solidos de bancis Nampnet (28), et fornaces, et molendina de Marac et Maupertus (29) de Tornine, et elemosina de Anchenes (30), Karantoe (31), Landiern (32), Goholac (33), Apondo (34), unus homo in Guemgampo (35) cum suis rebus, Caerguen (36), Sendefaduc (37), Tourc (38), Cires Audroent (39) et Busic in Stahart (40), San Kaan, Punmaelvas (41), et parrochia de Clihiriac (42) cum omnibus appendiciis suis, et hoc donum dedit Alanus pater meus (43) et Hilarius Vigerius, et in presencia mea habuit Katgoret filius ejus Vigerii D. solidos quia hoc donum concessit, Brugel, Moelac (44), terra Guidonis filii Iven que erat libera absque herede, elemosina de Magno fonte (45), Trevalac (46), Goetbili (47), Portaradur (48), Losteliritelier (49), Guengalan (50), Karaart (51), Trepartan (52), Lanhoe (53), La Fogerac (54), Sangoruc (55), et unum molendinum juxta le val Arveliu, elemosina de Hirac, Bidon (56), Alahalan (57), molendina de Haduc et stagnum, elemosina de Romille (58), et elemosina de Montfort (59) et elemosina de Ploemagada (60), elemosina Roberti filii Senter, elemonisa Roaut Vigerii, elemosina Anger Manasac (61) et Thome fratris ejus, Gallac (62), duo homines in Lohimac,duo in San Theliaut (63), domus Radulphi archidiaconi in Raenes juxta ecclesiam sancte Marie (64) et unus burgensis in eadem civitate, et una elemosina juxta forest ejusdem civitatis (65), la Creuhit, tres homines in Vitre (66), et una domus in Castro Girunt (67), et unus homo de Languinurt (68). Hec omnia in protectione mea recipio et si quis alicui horum molestiam inferre presumpserit mihimet inferre ne dubitet. Huic dono et concessioni legitimi testes interfuerunt egomet qui dedi et concessi, Haimo Leonensis episcopus (69), G. Corisopitensis episcopus (70), R. Kempeelensis abbas (71), capitulum sancti Corentini, Iven magister Hospitalis in Britannia (72), Regnault Botorel (73), Guiumars junior vicecomes (74), Gemelli (75), Henricus Bertran (76). Factum est in Kempercorentin anno dominice incarnacionis Mº. cº octuagesimo secundo. Et ut hoc breve ratum per succendia tempora permaneat mei sigilli munimine corroborare curavi ; datum est autem Guillelmo fratri Ferron (77), his suprascriptis : adduntur Bocherut, Moustoer Euvrani et cetera acquisita et deinceps acquirenda (78).
Sources : Auteur — Anatole de Barthélémy — Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, année 1872, volume 33, Numéro 1, pages 443 à 454.
Sources Internet document électronique : Les oeuvres reproduites sur le site « persée » sont protégées par les dispositions générales du Code de la propriété intellectuelle.
Top

Notes
1. Mélanges, histoire et archéologie sur la Bretagne, 2º série, 1er fasc, p. 53. — Dom Morice, II, col. 1599.

2. Revue archéologique, nouvelle série, t. VII, p. 403.

3. H. 3, liasse 300.

4. Je propose, sous toutes réserves, de voir ici Lamballe (Côtes-d'Armor), appelé quelquefois à cette époque castellum Lanna Pauli. Un acte de 1351, du jeudi après Pâques-Fleuries constate que Pierre Costantin, tuteur des héritiers de Geoffroi Herbert, a échangé avec l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois « la messon et herbergement du Temple » contre une rente de six perrées de froment. La même année, le mardi après la Saint-Martin d'été, Hervé de la Motte, d'Hénansal, faisait avec la même abbaye, un autre échange; il donnait un emplacement situé à Lamballe entre le mur de « l'herbergement du Temple qui estesdiz religieuse et la messon Jehan Bernart, sur la rue qui mêne du Temple à la porte Moguel ». — L'échange de Pierre Costantin avait eu lieu le jeudi après Judicame 1350 ; on y remarque que l'hébergement en question se composait d'une maison avec terrain, murs et courlils, situés dans la clôture du grand château de Lamballe ; la maison était appelée le Temple, et l'abbaye en l'acquérant était tenue « d'acquitter ledit herbergement des Hospitalliers de 20 souldées de rente que ledit herbergement leur doit chascun an. » Plus tard cette maison était désignée ainsi : « la Croix-Verte sous la butte du Chasteau. » — M. Le Men propose Saint-Pol de Léon, appelé quelquefois Castel-Paul.

5. Saint Jean-de-Réchou, commune de Plounérin (Cotes-du-Nord). Le vocable de Saint-Jean, dans cette hypothèse, aurait été ajouté après la réunion des biens du Temple aux possessions des Hospitaliers.

6. On ne peut penser au Temple de Guerno, en Noyal-Muzillac (Morbihan), puisque la charte des Hospitaliers mentionne ce lieu, appelé plus tard le Temple de Saint-Jean de Guerno : la première partie de son vocable peut lui avoir été donnée parce qu'il fut réuni au Temple de Carentoir. M. A. Longnon propose Guervézo en Silflac (Morbihan), appelé Guergezou en 1394 et Guernhuezou en 1427. — Un bien nommé Kercadio, appartenait à l'ordre de Saint-Jean en Penhars (Finistère).

7. On trouve le moulin de Pontol en la commune de Ploulech (Côtes-d'Armor).

8. Runan (Côtes-d'Armor).

9. Runellec en Squiffiec (Côtes-dn-Nord).

10. M. Longnon propose Treffléan (Morbihan), appelé Tréflégan en 1387 et Tréveléen en 1397.

11. Coëtbihan en la commune de Questembert (Morbihan). D'après le Dictionnaire d'Ogé, on y voyait les ruines d'un chateau attribué aux Templiers par la tradition.

12. Ploujean (Finistère).

13. M. Le Men propose Kerfeunteun (Finistère).

14. Le Créhat, commune de Plédran (Côtes-d'Armor).

15. Yvignac (Cotes-du-Nord). C'est dans cette commune que se trouvait le Temple de Lannouée.

16. Plémy (Côtes-d'Armor); un hameau de cette commune porte encore le nom de village du Temple.

17. Faugaret, commune d'Assérac (Loire-Inférieure). La commanderie de ce nom s'étendait en Assérac et Pont-Darme.

18. Saint-Hilaire-de-Chaléons (Loire-Inférieure) ; il y a un village du Temple dans cette commune.

19. Il y a le hameau de Launay-Congar en Hénansal (Côtes-d'Armor) qui dépendait, en 1424, de la Templerie près Montbran. Il y avait aussi le Temple de Saint-Congard, dans la commune du même nom (Morbihan), réuni au XVIIe siècle à l'Hôpital de Pont-D'Oust.

20. Ce moulin et cette terre doivent être cherchés dans les communes de Hénanbihen et de Hénansal (Côtes-d'Armor), Le personnage mentionné ici est Geoffroi de Corron que nous trouvons en 1145 à Quimper, figurer comme témoin d'une charte donnée par le comte Alain le Noir en faveur de l'abbaye de Saint-Mélaine (D. Mor., T. 1, col. 596) ; il avait son château, dont il portait le nom, et dont les restes existent encore, dans la forêt de Corron, en la commune de Saint-Alban, limitrophe de deux Hénan. Geoffroi, dont la ligne directe s'éteignit au commencement du XIIIe siècle, fut un des seigneurs les plus riches de cette partie du diocèse de Saint-Brieuc qui forma le Pènthièvre ; ses domaines passèrent, par alliance, dans les maisons de Dinan et de Tournemine. J'essaierai de réunir dans un autre travail tout ce que j'ai pu recueillir sur le Corron.

21. M. Longnon propose la Ville-au-Barbé, hameau de la commune de Quessoy (Côtes-d'Armor).

22. Saint-Samson est un hameau de la commune de Hénanbihen (Côtes-da-Nord) ; la terre de Saint-Samson, en 1424, dépendait de la Templerie près Montbran, et la chapelle Saint-Samson était encore affermée en 1587.

23. Bocquého (Côtes-d'Armor). — Il y a évidemment une lacune ici : elemosinam quam dedit... filius Aguen.

24. Moélan (Finistère).

25. Pleiben (Finistère).

26. Nantes. — Il y s'agit de l'emplacement de la commanderie de Nantes et des cent sous de rente donnés en 1141 par le comte Conan III et sa mère, sur le revenu de la boucherie de Nantes, sise au pratum Aniani, voy. D. Mor., 1 col. 583.

27. L'ile de la Hanne ou la grande Hanne, commune de Doulon (Loire-Inférieure), donnée aux Templiers, en 1441 ? plutôt 1141, par le comte Conan III et sa mère.

28. Nantes.

29. Maupertuis (Loire-Inférieure).

30. Ancenis (Loire-Inférieure). 31. Carentoir (Morbihan). Le temple de Carentoir devint au XVIIe siècle l'une des principales commanderies de l'ordre de Saint-Jean, elle était composée de quatorze membres. Le commandeur résida à Carentoir jusqu'aux guerres de la Ligue ; le manoir ayant été détruit, le chef-lieu de la commanderie fut transféré à la CoifFerie, en la commune de Messac.

32. Lantiern, commune d'Arzal (Morbihan) : un membre de la commanderie de Carentoir s'appelait Saint-Jean de Lantiern. C'est encore un exemple de biens du Temple ayant pris le vocable de Saint-Jean par suite de leur annexion aux possessions des Hospitaliers.

33. Guillac (Morbihan). Le Temple de Guillac en la paroisse de Saint-Servant, réuni, à la fin du XVIe siècle, à l'Hôpital de Saint-Jean-de-Villenart, fut échangé avant la fin du XVIIe.

34. M. Le Men propose le Ponthou (Finistère).

35. Guingamp (Côtes-d'Armor).

36. Caerguen, est un de ces nombreux hameaux du nom de Kerguen ou Ville-Blanche, très communs en Bretagne : il y avait une Villeblanche en La Feuillée (Finistère), une autre en Penhars (Finistère).

37. Saint-Evarzec (Finistère) qui se dit en breton Sendefriduc, d'après M. Le Men.

38. Tourc'h (Finistère). 39. M. Longnon suppose que ces deux mots réunis peuvent indiquer quelque localité du nom de Keraudren, et il rappelle que dans la commune d'Inzinzac (Morbihan), où était situé le Tempte d'Inzinzac, il y a un hameau de Keraudren. Ce nom de lieu est commun en Bretagne; on pourrait penser aussi à Chatelaudren, castrum Audroeni (Côtes-d'Armor), où on signale une pierre tumulaire qui paraît représenter un Templier.

40. M. Longnon propose de lire Scahart, et de voir ici le hameau de la Boissiere en Scaër (Finistère).

41. Ponlmelvez (Côtes-d'Armor). Cette commanderie devint assez importante, puis fut réunie à la Feuillée.

42. Cléguerec (Morbihan).

43. Alain-le-Noir, comte de Richemont, 1093-1146.

44. Molac (Morbihan); — dans cette commune il y avait le Cours de Mollac qui dépendait de la commanderie de Carentoir.

45. Grand'Fontaine, hameau de la commune d'Hénanbihen (Côtes-d'Armor). En 1424,1e Temple de la Grant Fontaine dépendait de la Templerie près Montbran.

46. Trévalot en Scaër (Finistère).

47. Couébily, hameau de la commune de Plurien (Côtes-d'Armor) : en 1424, la tenue de Coaybily dépendait de la Templerie près Montbran.

48. Port-à-la-Duc, commune de Pléhérel (Côtes-d'Armor).

49. Serait-ce le manoir de Lesterizien, mentionné dans les aveux de l'Ordre de Saint-Jean, en Plozévot (Finistère) ?

50. Vildé-Guingalan (Côtes-d'Armor).

51. Kerhars, commune de Sainl-Gilles-les-Bois (Côtes-d'Armor), où le dictionnaire d'Ogé place la Templerie de Kerhénoret.

52. M. Le Men propose Trébeurden (Côtes-d'Armor).

53. La Nouaye (Ille-et-Vilaine). Ogé parle d'un ancien vivier situé dans cette commune qui avait dépendu, d'après la tradition, d'un prieuré de moines blancs.

54. Le Temple Fougeray, commune de Saint-Alban (Côtes-d'Armor), dépendait, dès 1424, de la Templerie près Montbran.

55. Saint-Carreuc (Côtes-d'Armor).

56. Vildé-Bidon (Ille-et-Vilaine}. Le bailliage de Vildé-Bidon relevant de l'Hôpital de Dol faisait en dernier lieu partie du Temple de la Guerche.

57. Même observation pour le bailliage de Lanhellain.

58. Romillé (Ille-et-Vilaine) : on y remarque un hameau du Temple.

59. Montfort (Illle-et-Vilaine) ; le bailliage de Montfort s'étendait au Bedée, Iffendic et Talensac et relevait de la Guerche.

60. M. Longnon propose Plumaugat (Ille-et-Vilaine), où l'on trouve le moulin du Temple et la Templerie de Plumaugat.

61. Au XIIIe siècle on trouve une famille Ménassac établie dans la paroisse de Erquy (Côtes-d'Armor).

62. Callac (Côtes-d'Armor).

63. Saint-Thélo (Côtes-d'Armor) : on y remarque le hameau de la Villeblanche.

64. L'église Notre-Dame à Rennes.

65. Cette aumône avait été faite par la comtesse Hermengarde, elle consistait en métairies qui avaient été possédées auparavant par le chapelain Hervé Mahaut, mère du comte, avait aussi donné ce qu'elle avaitdans la forêt de Rennes.

66. Vitré (Ille-et-Vilaine).

67. Châteaugiron (Ille-et-Vilaine).

68. M. Le Men propose Langonnet (Morbihan).

69. Hamon, évêque de Léon, 1157-1171.

70. Geoffroi, évêque de Cornouailles, 1167.

71. Rivalon, abbé de Sainte-Croix de Quemperlé, 1163-1186.

72. Evenus, maître de l'Hôpital en Bretagne, figure dans les actes de 1162 a 1170.

73. Renault Boterel, paraît encore dans un acte de 1184, voy. D. Morice, 1, col. 701.

74. Guyomar, vicomte de Léon.

75. On désigne ainsi deux frères jumeaux qui figurent dans des actes publiés par D. Morice, t. I, col. 635, 636, 663, 665, 698, 700 et 704 ; ils s'appelaient Richard et Alain et on les trouve encore après 1184. Ils étaient fils de Richard à qui Conan IV avait donné la villa Quitcken, en Tregunc. Voy. Hist, de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, p. 602.

76. Nous retrouvons Henri Bertrand dans un acte de D. Morice, col. 636.

77. Guillaume Ferron était maître des Templiers en Bretagne.

78. Depuis le mot addunlur, il est évident que l'on a voulu authentiquer des mots qui avaient été ajoutés entre les lignes dans l'acte original.

Sources: Auteur — Anatole de Barthélémy — Bibliothèque de l'Ecole des Chartes, année 1872, volume 33, Numéro 1, pages 443 à 454.

Sources Internet document électronique : Les oeuvres reproduites sur le site « persée » sont protégées par les dispositions générales du Code de la propriété intellectuelle.



Warning: include(../1_menus/chartes_pages.php): failed to open stream: No such file or directory in /public_html/chartes/1_pages/chartes_bretagne_templiers.php on line 110

Warning: include(): Failed opening '../1_menus/chartes_pages.php' for inclusion (include_path='.:/usr/share/php:/usr/share/pear') in /public_html/chartes/1_pages/chartes_bretagne_templiers.php on line 110
Les Chartes visitées 103039 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.